Livres

Identification

Arts

En regard sur Lino de Giuli, Alain Marc

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Mardi, 06 Octobre 2015. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

En regard sur Lino de Giuli, éd. Dumerchez, août 2015, 59 pages, 20 € . Ecrivain(s): Alain Marc

 

« Lino de Giuli voudrait tenir les deux fils du vide et des interstices », cite l’exergue placé sur le rabat de la quatrième de couverture de ce bel ouvrage publié par les éditions Dumerchez. Tandis que la page de garde pose la question du poète : « Tenter de répondre à cette question : / les mots, le poème, sont-ils capables de traduire au plus près, le visuel ? »

Cette mise en regard des créations (peintures, sculpture, installation) du peintre-plasticien Lino de Giuli, et des créations du poète Alain Marc (auteur de plus d’une dizaine de livres), cette rencontre où les mots du poète posent leurs regards et leur langue (poétique) sur les représentations créatives de l’art(-iste) visuel, relance la question permanente des vases communicants entre poésie et création artistique.

Les éditions Dumerchez proposent ainsi ces livres de belle facture au contenu de haute qualité, livre d’artiste justement défini par Bernard Noël comme le carrefour d’un échange à trois personnages :

Artist and her model, Elina Brotherus

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Lundi, 05 Octobre 2015. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Artist and her model, éd. Le Caillou Bleu, Waterloo, 2012, 224 pages . Ecrivain(s): Elina Brotherus

 

Elina Brotherus : anti-mémoires

Des premières séries les plus intimes et narratives, l’artiste Elina Brotherus est passée de l’autoportrait au portrait par l’intermédiaire d’un modèle comparable à ce qu’il représente pour un peintre classique. La photographe Elina Brotherus reprend l’esthétique et les thématiques (principalement le portrait) de la peinture figurative. Mais travaillant autant la lumière et les couleurs que la composition, l’artiste pousse plus loin les questions fondamentales de l’image. Si la « décoration » où elle situe son modèle garde une importance, chaque photographie recèle bien d’autres buts que l’ornemental. Et si l’esthétique demeure identique dans les deux « temps » chronologiques des créations, néanmoins le propos a évolué. Dans des photographies telles que I hate sex ou Divorce Portrait, surgissait une histoire induite par le titre. Désormais – et avec des titres plus anonymes (Fille aux fleurs, Horizon, L’artiste et son modèle) – Elina Brotherus s’oriente vers une critique d’un art jusque-là aux mains des hommes. Chez eux la nudité était propre au modèle, et l’habit réservé à l’artiste masculin en induisait une forme de soumission chez la femme. La créatrice se réapproprie ce qui avait été volé à la femme.

Cartier : Panthère, Collectif

Ecrit par Elisa Amaru , le Jeudi, 27 Août 2015. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Cartier : Panthère, Collectif, éd. Assouline, juin 2015, relié sous coffret, 150 ill. couleur, 300 pages, 150 €

(tous visuels reproduits avec l’aimable autorisation de l’éditeur)

 

Les éditions Assouline célèbrent dans un beau livre la plus iconique des emblèmes Cartier : la Panthère. Un ouvrage ultime et racé, sous le sceau du félin, qui revient sur un siècle d’aventure joaillière de la célèbre Maison Cartier, des salons feutrés de la rue de la Paix, aux coffres à bijoux du Gold Gotha, en passant par la jungle de verre des vitrines du monde entier.

De tous les animaux du riche bestiaire iconographique et ornemental de la marque, la panthère occupe une place historique dominante chez Cartier. Symbole féminin et conquérant, la panthère Cartier appartient au mythe du grand livre de la parure. Son motif ocellé et musculeux n’a cessé d’évoluer et de se réinventer au fil des dessins des artisans-joailliers. Des hommes aux doigts 24 carats, qui adaptent sa silhouette tout en courbes aux mille et un caprices de créations toujours plus inventives et spectaculaires, allant jusqu’à créer de nouveaux procédés techniques et de sertissage pour insuffler vie au délicat félidé.

Shérazade était toquée, Mona Fajal

Ecrit par Patryck Froissart , le Vendredi, 03 Juillet 2015. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits

Shérazade était toquée, Les Itinéraires Editions Gourmandes, avril 2015, 264 pages, 26,90 € . Ecrivain(s): Mona Fajal

 

Quelle merveilleuse idée !

Quelle belle initiative que de réunir en un même livre 10 villes, 10 histoires dont chacune se déroule dans chacune de ces villes, et 10 recettes qui sont chacune en relation avec chacune de ces villes où se passe chacune de ces histoires… Résumer ainsi la trame de l’ouvrage suffirait déjà presque à provoquer le début d’un tournis de mille et une sensations !

Alors, si on ajoute que ce kaléidoscope a pour décors naturels, pour saveurs traditionnelles, pour assaisonnement culturel toute la richesse et la magie de ce pays incomparable qu’est le Maroc, on fait forcément entrer le lecteur avant même qu’il ait soulevé, déjà tout alléché, le couvercle du livre, dans mille et un enchantements, d’où le titre du livre, qui en soi est d’emblée porteur d’un savant et savoureux tajine sémantique d’images et de références intertextuelles épicées d’un humour subtil.

La Ferveur de Vivre (Nous, Visitandines)

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Lundi, 29 Juin 2015. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

La Ferveur de Vivre : Nous, visitandines, quatre siècles de présence à Moulins et Nevers, Dir. Gérard Picaud, Coédition musée de la Visitation, Moulins Somogy éditions d’Art, 29 avril 2015, 336 pages, 320 illustrations, 42,00 €, 24,6 x 28 cm

 

 

Depuis quatre cents ans, des femmes veillent sur la ville de Moulins, capitale du duché de Bourbonnais. Ces femmes, membres de l’ordre de la Visitation, sont un point de rencontre essentiel entre deux mondes : celui de la vie cachée et celui de la vie mondaine.

Cette ferveur de vivre s’exprime dans la beauté des œuvres présentées, manifestation vivante d’un patrimoine frère de la beauté et du trouble que donne au paysage le brouillard lorsqu’il est apprivoisé par la vibration de la lumière, comme en témoignent, ici, et là, les pièces dévoilées pour la première fois au public.

Ici : en ce bel ouvrage.