Identification

Arts

Tout ça, de la collection de Charles-Henri Favrod

Ecrit par Valérie Debieux , le Dimanche, 28 Octobre 2012. , dans Arts, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Campiche

Tout ça, de la collection de Charles-Henri Favrod, préface et éd. scientifique par Edith Bianchi, 2012, 130 p. 42 € . Ecrivain(s): Charles-Henri Favrod Edition: Campiche

 

 

Charles-Henri Favrod, qui a partagé sa vie entre la politique, la production cinématographique et la direction du « Musée de l’Elysée » à Lausanne, est, pour reprendre son expression, un « chineur à la lampe ». Au fil des ans, après avoir « fouiné » chez les antiquaires et brocanteurs, il a réussi à rassembler une série de photographies aussi incroyables les unes que les autres. Avec le concours de Bernard Campiche et d’Edith Bianchi, un livre est né : Tout ça.

Ce présent ouvrage au titre évocateur offre au lecteur un ensemble de clichés, mémoire vivante de quelques événements marquants qui reviennent sur des souvenirs, enfouis à jamais pour la plupart d’entre nous, ou inconnus pour d’autres. Le tout sélectionné avec soin : de Louis Meurisse en passant par John Philips, René Burri, Philippe Halsman, Jean-Luc Cramatte, Charles Murray, Wilhelm Bürger et tant d’autres encore.

L'exactitude des songes, Denis Grozdanovitch

Ecrit par Olivier Verdun , le Vendredi, 13 Juillet 2012. , dans Arts, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Le Rouergue

L’exactitude des songes, textes et photographies de Denis Grozdanovitch, 2012, 128 p. 22 € . Ecrivain(s): Denis Grozdanovitch Edition: Le Rouergue

 

« La vision photographique se distingue par une aptitude singulière à découvrir de la beauté dans tout ce que l’on peut apercevoir mais que l’on néglige habituellement comme offrant un aspect trop ordinaire » (Susan Sontag, Sur la photographie).

 

Le titre du dernier opus de Denis Grozdanovitch, L’exactitude des songes, paru en janvier 2012 aux Éditions du Rouergue, a la beauté mélancolique des oxymores, des vieilles photos sépia, des murs lézardés, des amitiés burinées par le temps.

L’auteur publie ici des photographies prises de 1978 à aujourd’hui, accompagnées de textes courts, empreints d’une lenteur contemplative, tant il s’agit de cueillir, au cœur des choses, la poésie latente qui y gît. – Écrire avec la lumière, sur une plage temporelle de plus de trente ans, impressions fugitives, visions, enthousiasmes, comme pour les ressusciter, puisque, nous le rappelle Denis Grozdanovitch en une manière d’hommage à Marcel Proust, « on ne vit réellement sa vie qu’après coup ».

Boilly en trompe-l'oeil, Jacques Jouet

Ecrit par Marianne Desroziers , le Mardi, 27 Mars 2012. , dans Arts, Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, Invenit

Boilly en trompe-l'oeil, Jacques Jouet 11/2011. 10 € . Ecrivain(s): Jacques Jouet Edition: Invenit

Attention : voici un livre hors norme, difficile à ranger dans une case, entre littérature oulipienne, essai sur l’art et tentative de valorisation du patrimoine régional. En effet, il s’agit d’un bel objet, un joli petit livre  qui s’inscrit dans une collection nommée Ekphrasis créée par la maison d’édition Invenit basée dans le Nord de la France. Cette maison d’édition s’est fait connaître pour avoir réédité « Feu » de Barbusse, prix Goncourt 1916 illustré par le dessinateur lillois François Boucq.

Le principe de la collection Ekphrasis, créée en 2010 est simple et complexe à la fois : associer un peintre, un musée et un écrivain. La maison d’édition, très intéressée par les arts graphiques, a passé commande à un écrivain d’un texte libre sur une œuvre précise exposée dans un musée situé dans le Nord de la France. Cette collection compte déjà une dizaine de titres : Maurice Pons a ainsi écrit un livre sur Paul Klee, Michel Butor sur Dirk Bouts, Jean-Bernard Pouy sur Rémy Cogghe, etc.

C’est ici l’oulipien Jacques Jouet qui propose sa lecture très personnelle de « Trompe-l’œil aux pièces de monnaie sur le plateau d’un guéridon » de Louis-Léopold Boilly (1761-1845) exposé au Palais des beaux-arts à Lille.

Oeuvres complètes, Charles Baudelaire

Ecrit par Eddie Breuil , le Samedi, 30 Juillet 2011. , dans Arts, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Poésie, Bouquins (Robert Laffont)

Œuvres complètes, Charles Baudelaire, 2011, 27 euros, 1024 p. . Ecrivain(s): Charles Baudelaire Edition: Bouquins (Robert Laffont)

Les éditions Bouquins ont proposé cette année une nouvelle édition des Œuvres complètes de Charles Baudelaire. Le défaut des « œuvres complètes » des écrivains classiques est qu’en tant que lecteur, l’on est souvent amené à considérer d’abord la qualité prêtée à l’auteur et à ses textes qu’à l’établissement du texte lui-même, alors qu’il convient surtout de se demander si la nouvelle édition propose une lecture intéressante de l’œuvre concernée ? Car la mention trop facilement apposée d’« œuvres complètes » est une construction commerciale qui a le défaut d’aider à ignorer cette question. Pour ne regarder que le contenu même de l’œuvre (et donc pas l’annotation) presque aucune édition d’« œuvres complètes » ne se ressemble et même aucune n’est jamais « complète » (car selon les contextes, on considère tel ou tel document de l’auteur comme faisant partie de son Œuvre : les actes notariés, la correspondance, les œuvres écrites en collaboration, les traductions sont parmi les premières victimes de ces purges). L’édition Bouquins n’échappe pas à la règle avec ses « Œuvres complètes » de Baudelaire : il convient cependant d’apprécier la particularité du choix réalisé (puisque choix il y a). L’avantage de cette édition par exemple est d’avoir accepté et explicité la majorité de ses choix (quand d’autres éditeurs préfèrent simplement passer sous silence les éléments non retenus).