Identification

Arts

Mû, Hugo Pratt

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 13 Juin 2013. , dans Arts, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Italie, Casterman

Mû, édition anniversaire en couleurs, 511 pages, 29 € . Ecrivain(s): Hugo Pratt Edition: Casterman

 

Magnifique édition anniversaire en couleurs de , qui nous permet d’apprécier à sa juste valeur l’univers de Corto Maltese, qui a des affinités tellement profondes avec la littérature, et pas uniquement du fait de l’emprise toujours discrète mais constante qu’a la figure de Rimbaud sur ce héros sauvage et d’une exquise politesse, amoureux des voyages au long cours au cours desquels il s’agit pour lui, en perdant ses habitudes, de se retrouver lui-même.

Shoe obsession, Valérie Steele et Colleen Hill

Ecrit par Elisa Amaru , le Jeudi, 02 Mai 2013. , dans Arts, Les Livres, Recensions, La Une Livres

Shoe Obsession, Valérie Steele et Colleen Hill, Yale University Press et Fashion Institute of Technology, 192 p. 200 ill. couleur, 30 avril 2013, 30 €

Faisant écho à l’exposition éponyme qui s’est tenue jusqu’au 13 avril dernier au Museum at the Fashion Institute of Technology de New York, voici un ouvrage bien calibré et sacrément haut-perché paru à l’initiative de Yale University Press à se procurer urgemment, c’est-à-dire dans toutes les bonnes librairies le 30 avril prochain.

La question est intrigante et pourtant, comme on va le voir, a son intérêt : combien de fois par jour prêtez-vous attention aux chaussures des gens ? Enfonçant le point d’interrogation, Shoe Obsession de Valérie Steele et Colleen Hill prend le contrepied des idées reçues sur ces « accros aux chaussures » souvent stigmatisées comme des reines de superficialités par une société tellement intelligente qu’elle en oublie de penser. Etrangement, l’amalgame entre l’artifice dont nous parons nos petons ou qui nous aide simplement à marcher, et la médiocrité intellectuelle ne date pas d’hier. Ne dit-on pas d’un auteur aux phrases particulièrement mal tournées qu’« il écrit avec ses pieds » ? En effet, piètre cervelle et amour de l’accessoire vont souvent de pair pour la sagesse populaire ! De là à ramasser d’un même geste honni culte du paraître et fascination envers la beauté… il n’y a qu’un pas.

L'art de Tim Burton, Leah Gallo

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 20 Mars 2013. , dans Arts, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA

L’Art de Tim Burton, illustrations de Tim Burton, texte de Leah Gallo, mise en page de Holly C. Kempf, relecture de Derek Frey, Leah Gallo et Holly C. Kempf, Los Angeles (USA), Steeles Publishing Inc., 2009, 434 p. . Ecrivain(s): Leah Gallo

 

Le premier intérêt de cet ouvrage pour les amoureux de Tim Burton tient au fait qu’il regroupe des témoignages de personnes le connaissant très bien, alors même qu’il est réputé être très secret (cette connaissance intuitive se faisant souvent par-delà le langage), à savoir Allison Abbate, Colleen Atwood, John August, Rick Baker, Helena Bonham Carter, Felicity (Liccy) Dahl, Johnny Depp, Danny DeVito, Danny Elfman, Carlos Grangel, Ray Harryhausen, Rick Heinrichs, Martin Landau, Christopher Lee, Lindsay Macgowan, Ian MacKinnon, Shane Mahan, Alex McDowell, Victoria Price, Ken Ralston, Paul Reubens, Deep Roy, Winona Ryder et Richard Zanuck.

Ce recueil de témoignages rend ce livre précieux pour toute personne désirant mieux connaître et la personnalité du cinéaste et l’intense féérie de ses créations. Comme s’il était possible de suivre, grâce à L’Art de Tim Burton, peu à peu du regard les contours de cette féérie qui n’a pourtant pas d’autre matière réelle que notre émerveillement et notre stupeur, notre horreur parfois aussi, à mesure qu’elle se déplie sous nos yeux, faisant de notre silence intérieur une anémone. Fleurie en un instant.

Verlaine emprisonné, Jean-Pierre Guéno et Gérard Lhéritier

Ecrit par Eddie Breuil , le Mercredi, 06 Mars 2013. , dans Arts, Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, Poésie, Gallimard

Verlaine emprisonné, Musée des Lettres et Manuscrits et Gallimard, janvier 2013, 237 p. 29 € . Ecrivain(s): Jean-Pierre Guéno et Gérard Lhéritier Edition: Gallimard

L’exposition présentée au Musée des Lettres et Manuscrits recouvre une période phare pour comprendre la poésie et la personne de Paul Verlaine. Son emprisonnement (après avoir tiré au pistolet sur Rimbaud) engendre une réflexion autant sur sa poésie que sur son rapport avec Rimbaud. Il va entre autre mûrir le projet du recueil Cellulairement, écrivant en prison quelques-uns des poèmes du recueil, les envoyant à Rimbaud, qui les recopie. L’exposition propose un ensemble important de documents, et le catalogue qui l’accompagne se présente ainsi comme un outil de première main pour toute personne s’intéressant à cette période, grâce à la reproduction (et donc la mise à disposition) de documents rares ou inédits, manuscrits, documents administratifs, etc.

Néanmoins, pour la confection du volume, quelques idées ont été mises en pratique : un texte courant où Verlaine est tutoyé (pour échapper apparemment au côté supposé « rébarbatif » du discours documentaire ou historicisant…) et des tentations d’élargir le sujet, notamment par des comparaisons (le poète en prison, etc.). Parmi les ouvertures proposées, on trouve une évocation de Jean Genet (p.26), on regrettera simplement qu’il n’ait pas été fait référence à la raison d’une des arrestations de Jean Genet : arrêté en mai 1943 pour avoir dérobé une édition de luxe des Fêtes galantes de… Verlaine.

Paris à vue d'oeil, Henri-Cartier Bresson

Ecrit par Romain Vénier , le Jeudi, 14 Février 2013. , dans Arts, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Points

Paris à vue d’œil, 255 pages, 8 € . Ecrivain(s): Henri Cartier-Bresson Edition: Points

 

« Auteur : Henri Cartier-Bresson ». Oui : auteur des photos. Hormis une courte introduction du photographe, un petit texte d’analyse de Vera Feyder, trois pages de l’ami André Pieyre de Mandiargues et un paragraphe en guise de remerciements du photographe à nouveau, pas de littérature ici. Le noir et blanc seul avec ses légendes (lieu lorsqu’il est connu et date de chaque cliché), et il ne reste plus au lecteur qu’à goûter les images les yeux écarquillés.

A l’origine, les photos ont été montrées lors d’une exposition au musée Carnavalet (musée d’histoire de la ville de Paris) en 1984. Toutes ? non, la sélection du catalogue initial de l’exposition a été augmentée d’inédits. Oh, on retrouvera bien les photographies incontournables qui ont contribué à la célébrité de Cartier-Bresson, et qui font presque partie de l’imaginaire collectif (comme ce gamin avec ses deux bouteilles de rouge sous le bras, un grand sourire éclairant son visage). On en verra bien d’autres tout aussi évocatrices.