Identification

Le sein dans tous ses états, Apollo Parnassius (photographies), Philippe Pelletier (textes)

Ecrit par Matthieu Gosztola 06.10.17 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Arts

Le sein dans tous ses états, Apollo Parnassius (photographies), Philippe Pelletier (textes), Éditions du Petit Véhicule (20 rue du Coudray, 44000 Nantes, www.lepetitvehicule.com), coll. La Galerie de l’Or du Temps n°59, septembre 2016

Le sein dans tous ses états, Apollo Parnassius (photographies), Philippe Pelletier (textes)

Apollo Parnassius, médecin avançant masqué, écrit : « Organe nécessaire à la croissance des petits humains avant l’arrivée des laits en poudre, le sein a délaissé sa fonction nourricière pour n’être plus, au fil du temps, qu’un des symboles de la féminité, objet de désir et de plaisir. Menu ou opulent, léger, voire inapparent, ou encombrant au point de provoquer des souffrances dorsales et une attitude voutée, sa présence demeure étonnamment irrésistible. […] Le sein, au XXIe siècle, tient une place considérable dans notre univers. Il suffit de descendre dans la rue pour recevoir nombre de messages érotiques représentant des jeunes femmes dénudées dont le galbe du sein est souligné par un soutien-gorge élégant. Ces derniers, d’ailleurs, selon la mode, augmentent le volume de la poitrine ou rapprochent les seins afin de dégager un sillon attirant le regard. Le monde de la lingerie est florissant et tend à masquer les éventuels défauts de seins jugés trop menus ou tombants. […] Les chirurgiens esthétiques ont vite compris la manne qui se présentait à eux en confectionnant des seins à la carte, parfois au détriment de la santé des femmes ».

Non, un sein avec des imperfections n’est pas laid. Non, une femme avec des seins normativement imparfaits ou abîmés peut s’épanouir de toute sa féminité, et déployer en elle, hors d’elle, cette beauté par quoi l’instant peut se dire – nous dire – avec magnificence.

Car les imperfections sont légion, et sont même le propre de la nature (ainsi, rien de plus a-normal que la beauté normative). « Le sein, plaqué contre la partie antérieure du thorax, à portée de main, est un organe extrêmement fragile. Le stress, les hormones, un environnement [contraignant] et une nourriture malsaine sont des perturbateurs endocriniens aux conséquences fâcheuses. Les cancers du sein prolifèrent, ce qui conduit à une surveillance parfois excessive et obsédante. Les mammographies et échographies se succèdent au point d’être répétées tous les deux ans, voire plus en cas de micro calcifications. L’objet de désir devient alors source d’inquiétude et d’angoisse. Aux mutilations succèdent des reconstructions mammaires, souvent très douloureuses ».

En faisant s’étreindre délicats poèmes (comme des effleurements) et photographies (qui ne sont ni des photos d’art ni des clichés médicaux) de seins de jeune fille, de femme mûre ou vieillissante, de femme bien portante, photographies de sein reconstruit par mesure esthétique ou à la suite d’une ablation totale, de sein atypique, de sein blessé, de sein porteur d’une maladie particulière, de sein d’anorexique ou d’obèse, tombant ou vigoureux, Le sein dans tous ses états nous rappelle combien une femme belle est d’abord une femme qui « s’assume » : qui écoute avec bienveillance, sans la juger, cette beauté qui est en elle, et qui, dans la façon qu’elle a de moduler cette écoute, laisse tomber, une à une, ses gênes, comme s’il s’agissait de vêtements lourds et informes, se mettant, peu à peu, instant après instant, à resplendir suivant toute la mesure sans mesure de son unicité.

Don de la présence fait au présent. À cet absolu.

 

Matthieu Gosztola

  • Vu : 1362

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com