Identification

Poésie

Nos parcelles de terrain très très vague, Marlène Tissot

Ecrit par Cathy Garcia , le Jeudi, 24 Mars 2011. , dans Poésie, Les Livres, Recensions, La Une Livres

Nos parcelles de terrain très très vague aux Ed. Asphodèle - 7 € Asphodèle-éditions . Ecrivain(s): Marlène Tissot

Marlène Tissot ! J’ai eu la grande joie de publier plusieurs fois dans la revue Nouveaux Délits, la première fois dans le numéro 6 (juillet 2004), et qui sera également dans le numéro 39 (avril 2011). Son écriture, faussement légère, mais véritablement sincère, raconte la vie, la vraie, celle de tous les jours, avec des mots qui tapent au cœur de la cible, c’est-à-dire ton cœur à toi, lectrice-lecteur. Marlène, vous ne la trouverez pas dans les salons, mais plutôt dans la cuisine. Marlène c’est la perle qui tombe d’un paquet de chips, c’est le talent à la fois le plus naturel et le plus discret qui soit. Marlène, c’est à petites touches, une peinture du quotidien, sans fard, sans fioriture, mais avec une maîtrise parfaite de la lumière et une grande lucidité. Derrière ce qui pourrait sembler fragilité, tristesse, il y a une grande force, celle de prendre de front ce qui est, avec un sens aigu de l’observation, et d’en extraire tout le jus pour en tirer un peu de ce sublime nectar de poésie. De quoi nourrir les jours… « Les jours qui s’échouent, avec parfois leur gueule de déchet, sur l’étendue incertaine de nos terrains très très vagues ». Elle a donc publié en 2010, « Nos parcelles de terrain très très vague » aux Ed. Asphodèle dans la très attachante collection Minuscule. A lire et à relire.


Ariel de Sylvia Plath

Ecrit par Jean Bogdelin , le Mercredi, 16 Mars 2011. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, USA, Gallimard

Ariel, Avant-propos et trad. Valérie Rouzeau. Du monde entier 2009 116 p 14,50 €) . Ecrivain(s): Sylvia PLATH Edition: Gallimard

Entre Sylvia Plath et sa traductrice, Valérie Rouzeau, il y a une ressemblance flagrante de ton. Pour traduire Sylvia Plath il faut être poète. Et pour traduire Ariel, son œuvre la plus aboutie, il faut en plus une certaine connivence, sans doute la même qui a existé entre Baudelaire et l’auteur du Corbeau, Edgar Poe.

Ariel est un recueil de quarante poèmes, dans la veine du mouvement Confessionnal Poetry, des années 50 et 60, où le poète s’exprime sur le ton de la confidence, en se mettant à nu, sans fausse pudeur. La confession est parfois de l’ordre du honteux sur les choses de sa vie, destinées normalement à rester secrètes. Il n’y a plus de différence entre l’art et la vie, et le poète vit quotidiennement sa poésie. Et cela n’est pas sans danger puisque Sylvia Plath s’est suicidée, à 30 ans, peu de temps après l’échec de son mariage avec le poète anglais Ted Hughes, dont elle a eu deux enfants, Frieda et Nicholas, auxquels a été dédié Ariel.