Identification

Nouvelles

Concert champêtre, Jacques Borsarello

Ecrit par Valérie Debieux , le Vendredi, 03 Octobre 2014. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Concert champêtre, Editions Symétrie, 2013, 191 pages, 12,50 € . Ecrivain(s): Jacques Borsarello

 

Qui suis-je ? « […] mon corps est de bois et mon système d’horlogerie a été soigneusement calibré en Autriche. […] J’ai fonctionné pendant des années sans me dérégler, pourtant j’ai été si souvent malmené, bringuebalé et même jeté à terre par des musiciens incapables. C’est bien la preuve de ma robustesse ! J’ai changé de propriétaire au moins dix fois depuis que je suis sorti de chez mon fabricant. Le tout premier a été une grande dame. […] »

… Je suis un métronome !

Avec son Concert champêtre, Jacques Borsarello signe un recueil de nouvelles qui, précisément, se parcourent au rythme d’un métronome. L’auteur entraîne le lecteur non seulement dans les coulisses de la vie d’un musicien mais également dans des arrière-fonds secrets insoupçonnés, et de citer, en particulier, La dame aux papillons ou encore la vie d’une femme chef d’orchestre, du fils de l’habilleuse, et j’en passe…

Première neige sur le Mont Fuji, Yasunari Kawabata

Ecrit par Victoire NGuyen , le Jeudi, 25 Septembre 2014. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Albin Michel, La rentrée littéraire, Japon

Première neige sur le Mont Fuji, août 2014, traduit du Japonais par Cécile Sakai, 156 p. 16 € . Ecrivain(s): Yasunari Kawabata Edition: Albin Michel

 

Esquisse des sentiments


Première neige sur le Mont Fuji constitue une curiosité de cette rentrée littéraire 2014. En effet, cet ouvrage est une anthologie de six récits inédits de Yasunari Kawabata. Comme le précise la quatrième de couverture, ce sont des nouvelles qui ont été écrites entre 1952 et 1960. Ils ont été réunis une première fois par l’auteur lui-même pour une publication antérieure. Ici, Cécile Sakai, traductrice et spécialiste de l’œuvre kawabatienne, les a choisis pour mettre en lumière l’art de l’auteur à fixer les instants, les impressions et les portraits de ses personnages.

Dans la nouvelle-titre, Kawabata insiste sur les retrouvailles d’un couple au pied du Mont Fuji lors des premières neiges. Ils contemplent cette beauté éphémère et pure encore de toute trace humaine tout en se penchant sur un passé détruit où l’amour n’a plus sa place. Seuls planent la mort et la folie. Le lecteur, à la fin du récit, ressent l’arrière-goût mélancolique du temps qui passe et qui efface toute joie et candeur.

La Dame de pique, Pouchkine

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Lundi, 22 Septembre 2014. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Russie, Folio (Gallimard)

La Dame de pique, traduit du russe par André Gide, août 2014, 112 p. 4,50 € . Ecrivain(s): Alexandre Pouchkine Edition: Folio (Gallimard)

 

La Dame de pique, célèbre nouvelle d’Alexandre Pouchkine publiée en 1834, est peut-être, tout comme son roman en vers, Eugène Onéguine, ou sa tragédie, Boris Godounov (1), moins connue des lecteurs que des mélomanes, le magnifique opéra qu’elle inspira à Tchaïkovski en 1890 se donnant toujours régulièrement sur les scènes occidentales. Dostoïevski y voyait à juste titre un sommet de l’art fantastique et on peut rapprocher cette nouvelle de La Venus d’Ille (2) de Prosper Mérimée parue en 1837 peu après la mort de Pouchkine.

Les deux auteurs se vouaient une admiration réciproque et c’est Mérimée qui le premier traduisit en français La Dame de pique en 1849. Elle fut ensuite l’objet de nombreuses traductions, la plus renommée restant celle d’André Gide en 1935 que reprend fort opportunément cette nouvelle édition. Une édition scolaire certes destinée aux élèves de collège, auxquels elle propose le texte intégral et des pistes pour rendre compte de leur lecture, mais qui intéressera certainement un public beaucoup plus vaste. Car le consistant dossier établi par Sylvie Howlett, enseignante en lettres et traductrice, enrichit considérablement l’appréhension de cette œuvre en la mettant largement en perspectives et en nous faisant pénétrer au cœur-même de la littérature.

La voleuse de fraises, Eun Hee-Kyung

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 22 Septembre 2014. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Asie, Decrescenzo Editeurs

La voleuse de fraises, traduit du coréen par Lee Myung-eun et Anne-Marie Mauviel (et Jean Bellemin-Noël), octobre 2013, 116 p. 12 € . Ecrivain(s): Eun Hee-Kyung Edition: Decrescenzo Editeurs

 

Cette phrase « Je ne peux pas dire que je sois quelqu’un de bien. Ce n’est pas non plus mon obsession » qui inaugure la première nouvelle de ce recueil de micro-fictions, celle qui donne son titre à ce livre, donne le ton pour l’ensemble de ces textes, dans lesquels les personnages semblent évoluer comme dans des sortes d’aquariums et l’auteur donne au lecteur la possibilité de les observer ainsi, tels des poissons un peu blafards. Le quotidien de ces personnages est souvent morne et si ça change c’est pour passer au noir, voire au morbide, donnant une sensation d’absurdité. Absurde comme le moment où la mort sans prévenir vient frapper et mettre fin à toutes nos prétentions, mais ici c’est à chaque fois l’autre qu’elle vient frapper. Mort accidentelle et tragique quand il s’agit de celui ou celle que l’on désire « plus on se côtoie, plus on se désire et plus on finit dans une obsession qui ronge le cœur » ou criminelle quand il s’agit de celles et ceux qui nous insupportent. L’écriture de EUN Hee-Kyung, froide, détachée, clinique, appuie sur le malaise, elle rappelle parfois celle de l’écrivain Lee Seung-U.

Lettre d’une inconnue, Stefan Zweig

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Jeudi, 18 Septembre 2014. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Langue allemande, Magnard

Lettre d’une inconnue, nouvelle traduction française de Sylvie Howlett, juin 2014, 96 p. 5,20 € . Ecrivain(s): Stefan Zweig Edition: Magnard

 

Lettre d’une inconnue, nouvelle de Stefan Zweig publiée en 1922 (1927 dans sa version française), est sans doute l’une des plus connues en France où elle fut immortalisée au cinéma par Max Ophüls en 1948. C’est aussi, sur le plan purement littéraire, une excellente illustration du génie de cet écrivain autrichien, résidant tant dans son talent, nourri de psychanalyse freudienne, à décrire la psychologie de ses personnages que dans sa maîtrise de la composition. Deux qualités qui se reflètent dans un style au vocabulaire certes simple mais jouant en profondeur sur les réseaux sémantiques et, avec une grande musicalité, sur les rythmes.

Sylvie Howlett nous en propose une nouvelle traduction venant moderniser celle de l’édition française initiale de Alzir Hella et Olivier Bournac reprise par bien des éditions par la suite (1), tout en s’avérant plus fidèle à l’auteur. Et, comme de coutume dans cette collection destinée aux scolaires, elle l’accompagne d’une présentation et d’un « après texte » proposant des pistes d’analyse pour en approfondir la compréhension, ainsi que d’un « groupement de textes » divers en enrichissant l’approche grâce à de pertinents rapprochements.