Identification

Italie

Rome brûle, Carlo Bonini, Giancarlo De Cataldo

Ecrit par Yan Lespoux , le Mardi, 18 Octobre 2016. , dans Italie, Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Roman, Métailié, La rentrée littéraire

Rome brûle (La notte di Roma), septembre 2016, trad. italien Serge Quadruppani, 293 pages, 19 € . Ecrivain(s): Carlo Bonini et Giancarlo De Cataldo Edition: Métailié

 

Samouraï n’est plus là et la nature a horreur du vide. Si Sebastiano, le bras droit du roi de Rome, entend continuer à tenir la ville, d’autres profiteraient bien de cette vacance du pouvoir pour rebattre les cartes. D’autant plus que le pape François vient d’annoncer un nouveau Jubilé. Et qui dit Jubilé dit millions de pèlerins et nécessité de construire de nouvelles infrastructures. Ce sont des contrats juteux qui s’annoncent et qui font saliver l’ensemble de la pègre romaine, mais il faut que quelqu’un prenne tout cela en main. Difficile à un moment où, après la chute de l’ancienne municipalité, le nouveau maire de la ville annonce clairement sa volonté de faire du ménage au sein de l’institution.

Sous-titré Suburra 2, Rome brûle, suite avouée du très dense Suburra, est centré sur la figure de Sebastiano dont l’ascension occupait en partie le roman précédent. Tenté de s’affranchir de son maître, confronté à Fabio, ambitieux déterminé à s’imposer à sa place, et obligé de composer avec un personnel politique agité par les basses manœuvres et désireux de s’affranchir de l’emprise mafieuse, le jeune homme s’embarque dans une véritable guerre dans laquelle il conviendra d’éliminer les adversaires ou de disparaître.

Lisario, ou le plaisir infini des femmes, Antonella Cilento

Ecrit par Patryck Froissart , le Samedi, 15 Octobre 2016. , dans Italie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Actes Sud

Lisario, ou le plaisir infini des femmes, avril 2016, trad. italien Marguerite Pozzoli, 375 pages, 23 € . Ecrivain(s): Antonella Cilento Edition: Actes Sud

 

Naples, en l’an de grâce 1644, Belisaria Morales, dite Lisario, devenue muette des suites d’une opération chirurgicale ratée pratiquée sur sa gorge dans son enfance, s’endort, à l’âge de quinze ans, pour échapper à un mariage arrangé qui lui fait horreur, et ne se réveille plus. Plongée de façon permanente dans une sorte de coma, elle est alimentée de force, dans le palais de Baia, propriété du roi Philippe IV d’Espagne, Naples, Sicile et Portugal, où résident ses parents, qui font venir à son chevet les médecins les plus illustres, sans résultat, jusqu’au jour où leur est envoyé Avicente Iguelmano, un obscur « médicaillon » catalan dont s’est débarrassé à cette occasion le maître chirurgien de la Haye chez qui ce médiocre disciple faisait des études peu glorieuses.

Lisario et Avicente sont les héros de ce roman baroque, dont l’intrigue (ou, mieux, les intrigues, tant multiples sont les destinées qui se croisent et s’intriquent) a pour toile de fond principale la Naples espagnole dans un contexte historique de luttes de pouvoir, de complots, et de la révolte populaire contre la monarchie espagnole, conduite par Masaniello et Genoino, qui aboutit à la création d’une éphémère République Napolitaine (1647-1648), dans le cadre général de la Guerre de Trente Ans.

La trama dell’invisibile. Sulle tracce di Antonio Tabucchi, Maria Cristina Mannocchi

Ecrit par Malgorzata Kobialka , le Mercredi, 12 Octobre 2016. , dans Italie, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

. Ecrivain(s): Maria Cristina Mannocchi

 

Maria Cristina Mannocchi, La trama dell’invisibile. Sulle tracce di Antonio Tabucchi (le titre en français : La trame de l’invisible. Sur les traces d’Antonio Tabucchi*) éd. Ensemble, Rome, juin 2016, p. 196

Ce livre n'est pas (encore) traduit en français


Antonio Tabucchi est un auteur particulier. Certains universitaires et directeurs de recherche ont remarqué que, contrairement à leurs autres étudiants, ceux qui écrivent sur Tabucchi, l’auteur italien est une partie intégrante de leur vie, comme un ami très proche, comme une philosophie, un engagement à la fois personnel, poétique et politique à défendre. S’agit-il d’une communauté de pensée, d’une reconnaissance, d’une “filiation” secrète ? Peut-être. Après la mort de l’écrivain survenue au printemps 2012, plusieurs lecteurs sont allés en “pèlerinages” sur ses traces, tels des parcours plus ou moins initiatiques et surtout littéraires, des voyages vers les jardins secrets des topographies poétiques d’Antonio Tabucchi. Mais il ne suffit pas de faire un déplacement géographique pour y arriver, il faut une certaine sensibilité, un état d’esprit.

Les incendiés, Antonio Moresco

Ecrit par Marc Ossorguine , le Lundi, 10 Octobre 2016. , dans Italie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire, Verdier

Les incendiés (Gli incendiati), août 2016, trad. italien Laurent Lombard, 187 pages, 16 € . Ecrivain(s): Antonio Moresco Edition: Verdier

 

 

Voilà sans doute l’un des plus étranges récits qu’il m’ait été donné de lire ces derniers mois. Les climats et images que nous avions découvert dans La petite lumière ou dans Fable d’amour, à cheval entre une réalité concrète, dure voire brutale, et un monde onirique voire simplement fantastique et surnaturel, sont ici dans une oscillation encore plus affirmée entre ces deux mondes. De façon encore plus puissante, plus radicale, le style, les images, nous installent dans un onirisme hyperréaliste qui n’épargne ni le lecteur, ni le narrateur, ni ses personnages.

Tout au long du récit, il semble que nous soyons dans un long écho, de plus en plus déformé, lointain, du Rêve familier de Verlaine :

Les yeux fermés, Federigo Tozzi

Ecrit par Philippe Leuckx , le Samedi, 03 Septembre 2016. , dans Italie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La Baconnière

Les yeux fermés (Con gli occhi chiusi), juin 2016, trad. italien Philippe Di Meo, 206 pages, 18 € . Ecrivain(s): Federigo Tozzi Edition: La Baconnière

 

Véritable renaissance, grâce à cette découverte, d’un auteur largement omis par les anthologies, oublié, sinon totalement inconnu. Né en 1883, décédé en 1920 de la grippe espagnole, l’auteur italien, d’origine siennoise, a publié nombre de livres, dont ces Yeux fermés, en 1919. Le Robert des noms propres, édition 2014, signale qu’il est mort à Rome, qu’il a fait connaître ses nouvelles par l’entremise des écrivains Borgese et Pirandello, qu’il a écrit, entre autres, Les Bêtes, Trois croix, et Le Domaine, et que sa stature de narrateur insigne lui est aujourd’hui reconnue à l’instar de Svevo.

Cet exact contemporain de Saba propose donc avec ce roman nourri d’autobiographie une histoire autant âpre que révélatrice d’une époque où la ruralité était encore d’un poids massif, où la province – ici la Toscane – déroulait ses codes ancestraux et signait les derniers sursauts familiaux et terriens, entre domaine à sauvegarder et quête presque impossible de l’amour. Le tout jeune Tozzi a connu toute une série de traits qu’il partage avec son antihéros Pietro : un père autoritaire, la latifundia menée à coups de violence et de dressage des ouvriers agricoles, un tempérament d’une timidité maladive, une quête de sentiments que sa nature a bien du mal à maîtriser sinon éprouver, etc.