Identification

Poésie

Avènement d’un rivage, Jacques Guigou

Ecrit par Marc Wetzel , le Jeudi, 31 Mai 2018. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, L'Harmattan

Avènement d’un rivage, mars 2018, 66 pages, 10 € . Ecrivain(s): Jacques Guigou Edition: L'Harmattan

 

« Déplacé par les courants du Rhône

le rivage revient

chargées ou lestes

les saisons de son passé

signent ses lignes à venir

altérés insatisfaits

les sables de Petite Camargue

n’en finissent jamais

de faire des avances à la mer » (p.11)

L’Epreuve et le baptême, Jacques Demaude

Ecrit par Patrick Devaux , le Mercredi, 30 Mai 2018. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres

L’Epreuve et le baptême, Le Taillis Pré, Poésie, mars 2018, frontispice Jeanne-Marie Zele, 122 pages, 14 € . Ecrivain(s): Jacques Demaude

 

Comment définir autrement Jacques Demaude que par « marteleur d’éternité », lui-même étant cet écrin d’absolu qu’on ne prête qu’aux grandes références, l’auteur se ressourçant depuis longtemps auprès d’autres grandes voix telles celles de Marcel Hennart, Michel Defgnée ou Max Elskamp.

Cet auteur éponge la nuit pour en transcender la lumière, celle qui nous continue, la « mort » n’étant qu’un vain mot : « charmer la lumière incréée ».

Sensible à l’élan du moindre mouvement poétique mais avec une prudence de Sioux car si « les branches surabondent, les fruits nous sont mesurés ».

Enfant littéraire de ce « Créateur » où « ratures sous les ratures, nous irons peut-être graver la lumière perpétuelle ».

Les samedis sont au marché, Thierry Radière, Virginie Dolle

Ecrit par Balval Ekel , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Carnets du dessert de lune

Les samedis sont au marché, Thierry Radière, Virginie Dolle, octobre 2017, 52 pages, 12 € . Ecrivain(s): Thierry Radière Edition: Carnets du dessert de lune

 

D’une expérience commune à beaucoup d’entre nous – le marché du samedi matin – Thierry Radière tire vingt-huit tableaux originaux, proses poétiques touchantes et souvent prétextes à sourire, malgré l’incommensurable nostalgie dont elles sont lestées.

La promenade en famille parmi les étals suscite rêveries et questionnements interrogeant dès le titre par exemple la notion d’appartenance : « les samedis sont au marché » et « chaque personne devant son marchand oublie d’où il vient »  pour se fondre cette seule fois de la semaine dans une foule bigarrée. Un peu comme dans le poème de Prévert, Cortège, Thierry Radière associe étrangers et locaux, adultes et enfants, êtres humains et chiens ou rats, femme nomade et homme sédentaire, poètes, chanteuses et bouchers, extra-terrestres et terriens mais surtout rêveurs mélancoliques et réalité prosaïque du marché de province.

Comme résonne la vie, Hélène Dorion

Ecrit par France Burghelle Rey , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Comme résonne la vie, éd. Bruno Doucey, février 2018, 80 pages, 13 € . Ecrivain(s): Hélène Dorion

 

Le dernier recueil d’Hélène Dorion a été publié en France quelques mois seulement avant que ne soit à l’honneur le Québec au 36è Marché de la Poésie.

Les premières pages déjà parues en livret aux éditions du Petit Flou sous le titre également de Tant de fleuves seront relues avec bonheur.

Avant de développer ce qu’annonce l’incipit :

et comme résonne étrangement l’aube

à l’horizon, enfin résonne la vie

la poète, au moyen des groupes verbaux anaphoriques « on voudrait » et, plus loin dans le texte, « on consacre », exprime l’interaction forte entre le rêve et la réalité sous le signe à la fois du désir et de la possession. La douleur puis la renaissance qui souvent lui succède n’empêchent pas le paradoxe que les mots lus et écrits font surgir :

Le Cercle de l’aurore, Sylvie Méheut

Ecrit par Guy Donikian , le Jeudi, 17 Mai 2018. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Le Cercle de l’aurore, Monde en poésie éditions, 2017, 219 pages, 13 € . Ecrivain(s): Sylvie Méheut

 

S’immerger dans la poésie revient ici à confirmer le décloisonnement entre texte poétique et « sciences dures », entre émotion devant le monde et une rationalité capable d’expliquer ce monde. Le poète a ainsi toujours raison, lui qui se surprend à surprendre la réalité dans ce qu’elle a pourtant de plus évident, de plus rationnel. Sylvie Méheut est de ces poètes qui s’émeuvent de tant de beautés naturelles et qui écrit cette émotion avec une précision paradoxale quand elle oscille entre étonnement devant tant de beauté que recèle notre monde et une volonté de s’y intégrer. Elle explore notre incapacité à intégrer ce monde et le sentiment que cette immersion seule peut nous fournir la clé.

Et c’est en tant que spectatrice qu’elle s’émerveille de toute la vie qui foisonne, chacun n’a qu’à prendre ce qui nous tend les bras, la jouissance d’être au monde est offerte à tous.

Et je n’attendais rien

Quand tout me fut offert