Identification

Maghreb

1994, Adlène Meddi

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Vendredi, 16 Novembre 2018. , dans Maghreb, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire, Rivages/noir, Cette semaine

1994, septembre 2018, 328 pages, 20 € . Ecrivain(s): Adlène Meddi Edition: Rivages/noir

Honneur 2018 de la Cause Littéraire

Bien au-delà du roman noir passionnant qu’il nous offre, Adlène Meddi nous dresse un portrait saisissant de l’Algérie des terribles années 90, de ses horreurs, de ses lâchetés et des dégâts irréparables causés aux cœurs et aux esprits de ceux qui les ont traversées. Surtout quand ces cœurs avaient alors 15 ou 16 ans, et qu’ils étaient pleins d’espoir et d’amour avant de connaître la dévastation. Pleins d’idéaux aussi et d’élans libertaires.

Amin, Sidali, Farouk, Kahina, Nawfel et les autres sont lycéens, jeunes, insouciants, remplis de rêves de succès et d’amour. Leur amitié est fusionnelle, ils sont inséparables. On est en 1992 et Alger offre un écrin lumineux à nos compères, à leurs flirts, à leurs jeux, à leurs plaisanteries. Mais l’histoire va frapper et – comme toujours quand l’histoire frappe – violemment, impitoyablement. C’est le début des « années de Braise », celles où le sang algérien va couler à flots, celles où les Algériens vont massacrer des Algériens. Les tueurs sont des deux côtés, Barbus du FIS où flics et militaires ivres de vengeance devant l’hécatombe des leurs. Et, peu à peu, inexorablement, tous vont glisser dans le fleuve de l’histoire, dans le fleuve de sang.

L’exil d’Ovide, Salim Bachi (par Emmanuelle Caminade)

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Vendredi, 16 Novembre 2018. , dans Maghreb, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits, Jean-Claude Lattès, Cette semaine

L’exil d’Ovide, octobre 2018, 190 pages, 17 € . Ecrivain(s): Salim Bachi Edition: Jean-Claude Lattès

 

Dans ce dernier livre mêlant l’autobiographie, le récit de voyage et l’essai, Salim Bachi, auteur algérien ayant quitté son pays encore en proie à la guerre civile et lieu de ses premières désillusions amoureuses pour renaître écrivain à Paris avec Le chien d’Ulysse (Gallimard, 2001), nous entraîne dans une promenade littéraire en compagnie d’Ovide marquée du sceau de l’exil et plombée par le soleil noir de la mélancolie.

Seul dans son appartement parisien déserté par sa famille, l’auteur s’échappe dans son esprit et son imaginaire, arpentant avec le poète antique, mais aussi avec Joyce et Pessoa, les villes de Rome ou de Lisbonne dans lesquelles il eut l’occasion de séjourner, évoquant au passage d’autres exilés célèbres comme Alfred Döblin, Thomas Mann ou Stefan Zweig. Et son errance labyrinthique rebondissant d’un exil à l’autre le mène à Grenade où, parti en 2005 sur les traces de Federico Garcia Lorca, il avait frôlé la mort et traversé une grave crise dont témoigne son Autoportrait avec Grenade (éditions du Rocher, 2005), avant de reprendre un long parcours essentiellement romanesque et de fonder une nouvelle famille.

Le silence des rives, Leïla Sebbar (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Jeudi, 15 Novembre 2018. , dans Maghreb, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Elyzad

Le silence des rives, mai 2018, 144 pages, 7,50 € . Ecrivain(s): Leïla Sebbar Edition: Elyzad

 

Le silence des rives a été publié en 1993 par Stock, couronné par le Prix Kateb Yacine. A cette époque l’Algérie était noyée dans le terrorisme. Les uns restaient, les autres préféraient s’exiler ailleurs, notamment sur la rive d’en face, la France.

Ce roman ne donne pas de l’importance à l’intrigue. Il ne présente pas une fiction que le lecteur peut reconstruire en suivant les événements. L’intrigue présente des éléments disparates. Ainsi, il y a deux rives : l’une face à l’autre. Dans la rive d’ici, celle du sud, il y a des femmes dans une grande maison. « Elle est si vieille la maison, les hommes partent loin travailler, et ils oublient que leurs femmes vivent là, sans protection, les murs se lézardent et les colonnes, la terrasse n’est plus sûre, la fontaine ne coule plus (…) » (p.23).

Sur cette rive, la vie échappe aux femmes qui passent leur temps à ressasser des contes, à attendre les hommes installés sur l’autre rive, et à surveiller les trois sœurs qui sentent la mort et lavent les cadavres.

Khalil, Yasmina Khadra (par Belkacem Meghzouchene)

Ecrit par Belkacem Meghzouchene , le Mercredi, 17 Octobre 2018. , dans Maghreb, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Julliard

Khalil, août 2018, 260 pages, 19 € . Ecrivain(s): Yasmina Khadra Edition: Julliard

 

Quand on esquive la nébuleuse

Dans son dernier roman Khalil, l’écrivain algérien Yasmina Khadra (de son vrai nom Mohammed Moulessehoul), enfile la salopette d’un kamikaze d’origine marocaine, prénommé Khalil de surcroît, vivant à Molenbeek, pour écosser la psychologie d’un laissé-pour-compte maghrébin déterminé à se faire sauter dans le RER parisien la soirée d’une joute footballistique. Contre toute attente suicidaire, la ceinture explosive qui lui ceint le corps échoue à ensanglanter la foule compacte. Pris de panique, sans le moindre sou, amusé que les soixante-douze houris lui tournent le dos édénique, Khalil prend contact avec son ami d’enfance, Rayan, pour le rapatrier dare-dare en Belgique. Ignorant le sort de ses trois autres acolytes, l’ayant covoituré à Paris pour perpétrer aussi un bain de sang, il n’arrive pas à comprendre pourquoi il n’y a pas eu déflagration, le privant du coup du statut de martyr ! Rayan ne sachant rien des intentions autodestructrices de son copain, le dépose chez sa sœur à Mons. Khalil y cache sa ceinture non explosive, à l’insu de sa frangine divorcée.

Le Train d’Erlingen ou La métamorphose de Dieu, Boualem Sansal, par Gilles Banderier

Ecrit par Gilles Banderier , le Mardi, 16 Octobre 2018. , dans Maghreb, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Gallimard

Le Train d’Erlingen ou La métamorphose de Dieu, août 2018, 248 pages, 20 € . Ecrivain(s): Boualem Sansal Edition: Gallimard

Très rares sont les écrivains qui, dès le seuil de leur œuvre, acceptent de reconnaître leurs dettes à l’égard de leurs prédécesseurs. En général, les auteurs entendent surtout que l’on admire leur puissante originalité créatrice. Dès lors, c’est le travail – plutôt ingrat – de la critique littéraire et de l’exégèse universitaire, que d’indiquer les « sources » auxquelles l’auteur a bu, les influences subies, qu’elles aient ou non été conscientes.

Boualem Sansal salue Thoreau, Baudelaire, Kafka, Gheorghiu, et Buzzati : du beau monde, comme on dit. Certains passages du Train d’Erlingen sont des commentaires de leur œuvre, qui feraient honneur à un critique professionnel. Le roman entrelace de façon subtile deux histoires, aussi fictives, mais pas aussi vraisemblables, l’une que l’autre. Boualem Sansal est un authentique créateur – un des derniers ? – qui ne se réfugie pas derrière la tentation facile de la biographie écrite ou filmée. Les protagonistes sont deux femmes (le mot « héroïne » ne leur convient guère) que tout sépare : le lieu, la fortune (aussi bien la richesse que le destin), le statut social. Riche héritière d’un conglomérat alimentaire, Ute von Ebert vit à Erlingen, une de ces bourgades allemandes où le temps semble s’être arrêté, désormais en proie à une fièvre obsidionale.