Identification

La rentrée littéraire

Les Bourgeois, Alice Ferney

Ecrit par Stéphane Bret , le Lundi, 18 Septembre 2017. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Actes Sud

Les Bourgeois, août 2017, 350 pages, 22 € . Ecrivain(s): Alice Ferney Edition: Actes Sud

 

C’est l’histoire d’une famille, les Bourgeois, que retrace Alice Ferney dans son dernier roman, et à travers elle, celui de la fin du XIXe, du XXe et du début du XXIe siècle.

La présentation de la famille est accomplie par l’auteure d’une manière assez simple pour que le lecteur puisse se repérer en cours de lecture : ils sont les enfants d’Henri et de Mathilde, ils sont dix : huit garçons, deux filles, ils s’appellent Bourgeois, ont été tous baptisés dans l’Eglise catholique, ils se prénomment : Jules, Jean, Nicolas, André, Joseph, Louise, Jérôme, Claude, Guy, Marie. Ils sont nés entre une hécatombe, celle de 1914, et un génocide, celui de 1945.

A priori, le choix sociologique fait par Alice Ferney peut paraître peu convaincant à un électorat contemporain : un fragment de la bourgeoisie catholique, maurrassienne, conservatrice, étroitement localisée entre le boulevard Emile Augier dans le seizième arrondissement de Paris, et les allées du bois de Boulogne voisin, où la progéniture s’égaye. Les femmes n’y ont pour fonction et pour rôle social que d’être au service des autres, de reproduire l’espèce, de s’effacer devant la bienséance, de renoncer à tout, surtout à l’affirmation de leur propre personnalité.

Être, tellement, Jean-Luc Marty

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 15 Septembre 2017. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Julliard

Être, tellement, août 2017, 306 pages, 18 € . Ecrivain(s): Jean-Luc Marty Edition: Julliard

 

« L’inconnue avait pris l’initiative de s’imposer à lui. Il en est maintenant certain : qu’elle ait pu marcher de cette manière, d’un arbre à l’autre, témoignait de l’intérêt qu’elle avait eu à se trouver là, à aller et à venir sous ses yeux, car elle ne pouvait pas ne pas l’avoir remarqué. Il en a été impressionné et, en même temps, affaibli, dans l’incapacité de faire face ».

Être, tellement est le roman d’un musicien aventurier, son archet tient ses personnages sous tension, roman grave et profond, qui frisonne comme une tragédie à venir, mais aussi comme une joie lointaine qui va se dessiner, à l’image de la suite N°3 de Johann Sébastian Bach par Alexander Kniazev, un éclat à naître et un frisson en devenir. Être, tellement est un roman du bout du monde du Brésil, le Nordeste, roman des sables mouvants, du désert qui gagne sur la vie, roman où se brisent des vagues rêvées, où des êtres se rencontrent, et une douce musique s’élève dans leurs cœurs*.

By the rivers of Babylon, Kei Miller

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 15 Septembre 2017. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Zulma

À propos de By the rivers of Babylon, septembre 2017, trad. anglais (Jamaïque) Nathalie Carré 304 pages, 20,50 € . Ecrivain(s): Kei Miller Edition: Zulma

 

 

Voici un roman qui a gardé le titre anglais d’un territoire décrit par Kei Miller, jadis jardin de paradis, devenu une vallée délabrée faite de ruelles bordées de tôle ou de clôtures en ferraille (…) Là où se tenait autrefois une merveille de verte colline. On sent ce pays à travers la perception d’une vieille femme aveugle, du peuple jamaïcain accablé de cicatrices (balafres, œil crevé), de dévastations (l’autoclapse des rats), d’injustices et de violences policières contre les badboys d’Augustown. Babylone, littéralement Porte du dieu – selon Jacques Ellul –, le jardin originel du désir de l’homme qui le remplace par la Ville parfaite annoncée dans la Bible, qui oscille entre chute et rédemption. L’origine mythique de la croyance rastafari se loge en Éthiopie, un des berceaux de l’humanité et du règne d’Haïlé Sélassié, Ras Tafari Makonnen. Babylone est donc identifiée par les rastafaris qui se nomment descendants des tribus perdues d’Israël, un lieu perverti car volé par l’Occident et ses potentats.

Climats de France, Marie Richeux

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Jeudi, 14 Septembre 2017. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Sabine Wespieser

. Ecrivain(s): Marie Richeux Edition: Sabine Wespieser

Après Achille, récit revisitant le mythe du célèbre héros grec, qui reçut le Prix Littéraire des Grandes Ecoles en 2015, ce troisième livre de Marie Richeux présenté par l’éditeur comme son premier roman s’avère une très belle réussite.

Alors qu’elle découvre adulte une Algérie avec laquelle elle pensait n’avoir aucun lien, et se trouve « au milieu de l’immense cour aux deux cents colonnes » de Climat de France, ce grand ensemble monumental rêvé par Fernand Pouillon et réalisé en 1957 sur les hauteurs de Bab El Oued grâce à Jacques Chevallier, le maire d’Alger de l’époque, Marie est saisie d’une émotion intense, d’un paradoxal sentiment d’étrangeté et de familiarité. Et ce n’est que plus tard qu’elle apprend que ce bâtiment est l’œuvre achevée par le célèbre architecte juste avant qu’il n’entreprenne la construction de cette « citée heureuse » où elle a grandi en France, si différente au premier abord dans sa conception.

Jusqu’où un bâtiment, « par ses espaces, ses sons et ses circulations », peut-il « conditionner la forme d’une existence », peut-il influer sur notre rapport à l’autre et au monde ? Comment les lieux d’enfance déposent-ils en nous ? Cela est sans doute impossible à préciser mais peut-être ce livre nous en donne-t-il une idée.

Ma vie sans moi, Nathalie Rheims

Ecrit par Stéphane Bret , le Jeudi, 14 Septembre 2017. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Léo Scheer

Ma vie sans moi, roman, août 2017, 188 pages, 15,50 € . Ecrivain(s): Nathalie Rheims Edition: Léo Scheer

 

Nathalie Rheims fait partie de cette catégorie d’auteurs susceptibles de provoquer un rejet, ou un sentiment de dérision teinté d’une compassion ironique : la fille des beaux quartiers se raconte encore… Pourtant, dans les deux précédents romans, Laisser les cendres s’envoler et Place Colette, il n’y avait guère de place prépondérante pour la superficialité ou la pure frivolité. Dans le premier récit, c’était l’absence d’une mère partie du foyer très tôt, que décrivait Nathalie Rheims. Le second roman s’attachait lui à la description d’un amour juvénile, une passion initiatique à l’amour avec un homme bien plus âgé que l’héroïne.

Dans Ma vie sans moi, roman, l’auteure aborde un vieux rêve humain : recommencer sa vie, en produire une nouvelle version, en évitant autant que faire se peut les erreurs et errements de la première vie. Cette exploration d’une deuxième vie commence après que l’intéressée a été anesthésiée lors d’une opération dans un cabinet dentaire. Le chirurgien se nomme Mithridate, ce qui laisse supposer que la narratrice va s’accoutumer aux poisons qu’il instille dans son organisme… Chaque chapitre du roman est illustré en préambule par des vers du poète Armand Robin, vers tirés de Ma vie sans moi.