Identification

Italie

Les Saintes du scandale, Erri de Luca

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 12 Juin 2013. , dans Italie, Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, Mercure de France, Histoire

Les saintes du scandale, traduction de l’italien par Danièle Valin, avril 2013, 112 p., 15 € . Ecrivain(s): Erri de Luca Edition: Mercure de France

 

Erri De Luca connaît parfaitement l’hébreu ancien et fréquente quotidiennement la Bible depuis de très nombreuses années, et ce non-croyant à l’esprit libre est devenu un remarquable exégète des textes sacrés, dont il nous livre une lecture humaniste s’appuyant sur une argumentation à la fois simple et érudite.

Dans ce dernier essai traduit en français, Les saintes du scandale, publié dans une belle édition judicieusement enrichie d’une quinzaine de reproductions en noir et blanc, il propose à nouveau une réflexion passionnante fondée sur une approche neuve des textes bibliques, qu’il développe dans un style léger et limpide empli d’humour et de poésie.

Partant d’une analyse de la langue hébraïque qui consacre dans sa grammaire la division sexuelle des tâches entre celle qui donne la vie et celui qui, marqué dans sa chair par le sceau de l’alliance avec Dieu, transmet le « bagage sacré », il montre comment la femme, malgré son moindre pouvoir apparent, est le principe moteur de l’humanité, celle qui, rebelle et courageuse, « gouverne le temps ».

Mon premier voyage, Paloma Sánchez Ibarzábal et Massilimiano di Lauro

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 05 Juin 2013. , dans Italie, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Espagne, Jeunesse

Mon premier voyage, trad. de l’espagnol par Maud Huntingdon, OQO éditions, février 2013, 40 p. 15,50 € . Ecrivain(s): Paloma Sánchez Ibarzábal et Massilimiano di Lauro

Celui qui raconte cette histoire ne sait pas trop qui il est. Serait-il un étrange poisson glissant dans un océan accueillant ? Serait-il aux commandes d’une puissante navette dont les moteurs vrombissent de POUM POUM incessants ? Serait-il un nuage flottant dans le ciel ? Un événement terrible survient, le projetant hors de sa navette. Il craint le pire : va-t-il mourir ?

Au terme de son voyage, il n’a toujours pas de réponse à ses questionnements identitaires mais il sait qu’il vit et que le voyage ne fait en réalité que commencer. Il retrouve sa navette chaude et moelleuse et leurs deux moteurs vibrent à l’unisson.

Dans ce bel album se dessine le voyage par lequel débute toute existence et le jeune lecteur comprend d’emblée que le narrateur est un enfant à naître. Tout le plaisir réside alors dans la mise en images de ce que cet être en construction imagine et devine de l’espace dans lequel il grandit et « voyage », dans la joyeuse naïveté de ses paroles et de ses hypothèses. D’une page à l’autre, la situation se précise : de la bulle à la navette, de la poche à la fenêtre, le cordon prenant diverses formes.

Triptyque lybien, Alessandro Spina

Ecrit par Victoire NGuyen , le Vendredi, 17 Mai 2013. , dans Italie, Les Livres, Recensions, La Une Livres, L'Âge d'Homme, Histoire

Triptyque Libyen, traduit de l’Italien par Gérard Genot, 2013, 262 pages, 19 € . Ecrivain(s): Alessandro Spina Edition: L'Âge d'Homme

 

 

Une fresque historique en trois panneaux

 

Triptyque Libyen est un récit composé de trois nouvelles. La première est la plus longue. Elle s’intitule Le jeune maronite. Elle constitue en quelque sorte la trame principale du récit. Il s’agit de l’histoire d’un jeune arabe chrétien et les péripéties de sa vie, pris dans le tourbillon de l’histoire libyenne ainsi que ses rencontres avec des personnages secondaires qui tissent et impulsent une dynamique à l’histoire. Les deux nouvelles suivantes, Les noces d’Omar et Le visiteur nocturne, mettent l’accent non seulement sur le regard occidental et en particulier italien sur les autochtones pendant la période coloniale, mais aussi sur les tensions et crispations de la part des libyens en réaction à l’administration coloniale et ses répressions.

La fête du siècle, Niccolò Ammaniti

Ecrit par Benjamin Cerulli , le Lundi, 15 Avril 2013. , dans Italie, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, 10/18

La fête du siècle, février 2013, 358 pages, 8,40 € . Ecrivain(s): Niccolò Ammaniti Edition: 10/18

 

Quelle est donc cette fête du siècle à laquelle Niccolo Ammaniti veut nous convier ? Mannequins, footballeurs, artistes et peoples en tout genre sont réunis à la villa Ada, pour la grande soirée organisée par le millionnaire mégalomane Sasa Chiatti, qui a tout mis en œuvre pour que cette fête reste dans l’histoire : innombrables buffets, chasses au lion ou au renard, concert privé de la chanteuse pop Larita, le millionnaire a réuni tous les ingrédients pour en mettre plein la vue à ses invités. Mais tout ne se déroule pas comme prévu…

Un récit binaire construit autour de Fabrizio Ciba, l’écrivain trentenaire et débauché, et de Saverio Moneta, alias Mantos, le chef des Enragés d’Abaddon, une secte satanique de second plan. Alors que Ciba recherche l’inspiration pour son prochain roman entre les jambes de la traductrice Alice Tyler, il apprend que son éditeur est sur le point de le lâcher, et se doit d’organiser la riposte. De l’autre côté, Mantos a un plan pour que les Enragés deviennent la première secte d’Italie, devant ces satanés Fils de l’Apocalypse et leur chef charismatique, Kurtz Minetti.

Bus en goguette, Gianni Rodari

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Mardi, 12 Février 2013. , dans Italie, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse, La Joie de lire

Bus en goguette, illustrations Blanca Gomez, 24 pages, février 2013, 14,90 € . Ecrivain(s): Gianni Rodari Edition: La Joie de lire

 

 

Aujourd’hui est un jour comme un autre, Rome est agitée de mille voix : les voitures klaxonnent et cornent ; les piétons piétinent d’un air pressé, les Vespa se faufilent dans la circulation et le trolleybus n°75 file en direction du centre-ville, chargé de son contingent de passagers maussades. A neuf heures du matin, ils sont tous plongés dans la lecture de leur gazette favorite avant de rejoindre leur bureau.

Aujourd’hui est donc un jour comme un autre, sauf que… sauf que le trolleybus n°75 et l’intégralité des voyageurs, sans compter le contrôleur et le conducteur, se retrouvent mystérieusement déroutés sur un chemin forestier isolé, puis stoppé net au milieu d’une clairière herbue et parsemée de cyclamens.

D’abord peu enclins à la mansuétude, les fonctionnaires grognons et tatillons y vont de leurs petits commentaires agacés :