Identification

Chroniques régulières

Grand chœur vide des miroirs, Jacques Pautard, éd. Arfuyen

Ecrit par Didier Ayres , le Samedi, 30 Août 2014. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Narrer

Quelques propos sur Grand chœur vide des miroirs, de Jacques Pautard.

J’ai pris le temps pour écrire cette page, car la formule du poète du Grand chœur vide des miroirs est d’un principe complexe, que je voulais bien posséder pour rédiger ces lignes. Ainsi, comme il existe en peinture une conduite artistique plus propre à la ligne, au contour ou à la tâche, à la macule, il me semble que l’activité de la poésie est elle aussi bornée par l’art de la musique d’un côté, et celui de raconter de l’autre. Et les choses s’arrangent merveilleusement avec le Virgile de l’épopée, ou le Dante Alighieri des voyages en Enfer. Le texte de Jacques Pautard se trouve justement sur cette crête, cette interrogation. Et je dis cela à dessein, car je suis très touché par cette discussion : que doit narrer le poème, et faut-il que le poème raconte, relate ? C’est-à-dire, comment faire fonctionner le mode lyrique et le récit.

D’Images et de bulles (8) - Herakles, tome II, Edouard Cour

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 30 Août 2014. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Herakles, tome II, Edouard Cour, Editions Akileos, avril 2014, 160 pages, 18 €

 

Herakles revient pour un second volume aussi détonant et sanglant que le premier. Si vous avez manqué cette revisitation du mythe par Edouard Cour, procurez-vous ces deux tomes élégants à la couverture noire. Sur le second, une main aux doigts épais, rouge sang, fait le pendant à la figure jaune du héros comme esquissée à la craie du premier : farouche, violent, c’est un Herakles hanté par la culpabilité, un héros au cœur pur et aux mains souillées que vous allez rencontrer.

« Un lion se fait faire la peau, un hydre ne sait plus où donner de la tête ? Herakles est passé par là !

Une biche innocente capturée, un génocide pour un sanglier ? Herakles a bien bossé !

Une pluie d’oiseaux percés, un taureau dompté, un compagnon bouffé par des équidés ? Herakles continue sur sa lancée !

D’Images et de bulles (7) : Sherlock Fox 1 Le Chasseur, Du Yu, Jean-David Morva

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 21 Août 2014. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Sherlock Fox 1 Le Chasseur, Du Yu, Jean-David Morvan, Ed. Glénat, mars 2014, 64 pages, 14,95 €

 

À la croisée entre Blacksad et les récits de Conan Doyle, voici Sherlock Fox, un nouveau héros enquêteur dans un univers animalier des plus inquiétants. Fox est un incorruptible ; il dirige avec poigne et flegme le commissariat dont il est responsable. Pas de docteur Watson à ses côtés, ni d’acolyte sympathique, Sherlock Fox travaille en solo et son véritable nom est Ney Quitsou.

Dans la bourgade en pleine campagne où œuvre Fox, vit une communauté animalière aux mœurs surprenantes et aux principes bien arrêtés : tous les habitants sont devenus végétariens, la sexualité à visée de reproduction a été limitée. Le commissaire règle une première affaire avec détermination et talent, mettant en prison l’un des membres influents de la ville.

Les écrivains judéo-algériens

Ecrit par Amin Zaoui , le Lundi, 18 Août 2014. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

En ces jours funestes où les haines et les guerres sacrées très sales sont devenues la culture quotidienne, banale, dans le monde arabo-musulman, et afin de lever tout amalgame politico-culturel, j’évoque la littérature judéo-algérienne d’expression française.

Si l’école judéo-algérienne de musique est considérablement connue, par le large public comme par les spécialistes, la littérature judéo-algérienne, quant à elle, demeure totalement méconnue ou tabou.

Le monde de la culture artistique connaît assez bien les génies de la musique et de la chanson à l’image de cheikh Raymond, Reinette l’Oranaise, Lili Labassi, Blond-Blond, Salim Halali, José de Suza, Lili Boniche, René Perez, Maurice El-Medioni, et j’en passe. Une école judéo-algérienne qui a marqué l’histoire de la musique algérienne jusqu’à nos jours.

De l’autre côté, la société littéraire et les gens du livre algériens ne savent rien ou peu de chose sur les écrivains judéo-algériens, à l’image de :

D’Images et de bulles (6) - La Nuit Mac Orlan, Le Gouëfflec et Bria

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 27 Juin 2014. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

La Nuit Mac Orlan, Le Gouëfflec et Briac, Sixto, mai 2014, 56 pages, 15,90 €

 

L’œuvre de Mac Orlan a déjà donné lieu à plusieurs belles adaptations en bande dessinée : À bord de l’Etoile Matutine par Riff Reb’s, Roi Rose de David B. ou La Cavalière Elsa par Jean Cubaud notamment. Les auteurs de La Nuit Mac Orlan ont fait le choix courageux d’imaginer une intrigue originale, nous plongeant au cœur de l’univers de l’écrivain, à travers ses lieux et ses thèmes de prédilection. À la fois hommage et création, cet ouvrage révèle toute la modernité d’un auteur à redécouvrir et la puissance du neuvième art.

Le personnage principal, Marin – prénom rêvé pour un spécialiste du vieux Mac –, se rend à Brest pour sa thèse. Il doit y rencontrer un libraire qui prétend détenir un trésor inestimable, un inédit de l’écrivain, L’Amiral Bamboche. Poursuivi par ses propres démons, Marin va se retrouver plongé dans une intrigue policière et fantastique dont il devient le héros bien malgré lui. Cette nuit semble éveiller tous les fantômes de l’œuvre de Mac Orlan et ses personnages s’incarnent dans une Brest brumeuse et inquiétante : un commissaire fou régnant sur la ville, des pirates et des squelettes, une Marguerite ô combien séduisante et dangereuse, des êtres marginaux comme le peintre Teuz…