Identification

Chroniques régulières

« Théâtrale ! » A l’occasion de la création de Lady First de Sedef Ecer, par Marie du Crest

Ecrit par Marie du Crest , le Lundi, 29 Août 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

A l’occasion de la création de Lady First de Sedef Ecer, le 3 août 2016 au Théâtre du Peuple à Bussang, dans une mise en scène de Vincent Goethals

 

Lorsque l’on pénètre dans le théâtre des Pottecher, à Bussang, l’on est surpris par cette curieuse et puissante odeur de bois et d’humidité, de chalet ancien, dans ce village vosgien. Le spectateur prend place sur de longs bancs de bois, un peu comme ceux des églises paysannes anciennes. De grands lustres de fer forgé sont suspendus au plafond. On mange avant le spectacle sur la pelouse. Les habitués tiennent dans leurs bras des coussins qui rendront plus confortable la représentation. Un théâtre plus chaleureux, « pour l’humanité et pour l’art », un théâtre où tout au long de l’année se côtoient amateurs et professionnels.

Un bel endroit pour créer la pièce de Sedef Ecer. Le terme « création » prend ici tout son sens : la genèse du texte, sa première vérité scénique dans la connivence de l’auteure et du metteur en scène ont lieu là, à la lisière de la forêt.

Je ne suis pas islamophobe, je suis libre, par Kamel Daoud

Ecrit par Kamel Daoud , le Mercredi, 24 Août 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

Trêve. Le sujet est aujourd’hui une explication et un remerciement. D’abord il me faut expliquer pourquoi je choisis de me reposer. Et ma raison première est ma fatigue. Ecrire c’est s’exposer, comme a dit un collègue, mais c’est aussi s’user. Il y a en Algérie une passion qui use, tue parfois, fatigue ou pousse à l’exil immobile (rester chez soi, dans sa peau), ou à l’exil qui rame (partir ailleurs).

Nous sommes passionnés par le vide en nous, mais aussi par notre sort. Cela nous mène à des violences qui ont parfois l’apparence d’une folle affection ou d’une exécution sommaire par un peloton de désœuvrés. Ou à des procès permanents de « traîtrise » du bout des lèvres. Les verdicts des Algériens sur eux-mêmes ont la force des radicalités. Et, durant des années de métier, j’ai subi cette passion. J’ai fini par incarner, sans le vouloir, les contradictions de l’esprit algérien, ses affects, passions et aveuglements. Palestine, religion, femme, sexe, liberté, France, etc.

J’ai parlé, parce que libre, de ces sujets parce qu’ils m’interrogeaient et pesaient sur ma vie. Cela a provoqué des enthousiasmes et des détestations. Je l’ai accepté jusqu’au point de rupture ou l’on vous traite de harki et de vendu ou de sioniste.

Carnets d’un fou, XLII - Juillet 2016, par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Mardi, 23 Août 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

« Pour comprendre la controverse, il faut comprendre la normalité.

La normalité, c’est répéter à l’envi les mots qu’il faut dire et entendre : tolérance, générosité, vivre-ensemble, liberté, les droits, lutte contre l’injustice, lutte contre les inégalités, etc.

La controverse, c’est interrompre le cours tranquille de ces mots.

Quand on est controversé, on est condamné mais on attend son procès, on est au purgatoire médiatique »

Cincinnatus, Dictionnaire de la Controverse, Ed. de Londres, 2016

 

« Marceline pense à prendre un amant dont le corps serait beau comme l’alcool, une espèce de bête de confiance »

Aragon, Le Libertinage

« Cher corps stupide »

Aragon, La Femme française, in Le Libertinage

Les poèmes sans fin - à propos de Ceux qui s’éloignent, de Serge Meurant

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 22 Août 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

Ceux qui s’éloignent, de Serge Meurant, éd. Le Cormier, Bruxelles, 2016

J’ai choisi de titrer ma chronique sur le dernier livre de Serge Meurant, avec cette locution, « poèmes sans fin », car elle figure bien l’ensemble de mon point de vue. Au propre, ces poèmes ne finissent pas et ne sont pas ponctués de point finaux, mais par contre s’ouvrent sur un surcroît où le lecteur reste en suspens dans l’air au milieu de la phrase, juste en équilibre sur le dernier vers, et déjà penché sur le premier vers du poème suivant. D’ailleurs cette impression de quelque chose qui ne finit pas, s’accentue dans le vers du dernier poème du recueil qui laisse le lecteur aux prises avec des gestes nouveau-nés qui closent sans point final, qui ferment l’ouvrage sur un halètement – ou allaitement d’ailleurs.

Et encore, un « sans fin » au figuré. Car si j’ai bien compris le fond du livre, il s’agit pour le poète de dire quelques mots aux absents, à ceux qui se sont éloignés dans la mort, mais qui ne s’oublient pas. Ces disparus laissent une empreinte dans la mémoire du poète, et grâce à lui revivent une seconde vie, renaissent en un sens. Il ne s’agit plus dès lors que de décrire en quoi ce qui reste est susceptible de faire matière à la combustion d’une sorte de Phoenix. Où la mort n’est pas une fin, mais une frontière que le travail d’écrire transgresse et améliore. Poèmes pour autrui, pour un autre post-mortem.

L’écriture comme expérience - à propos de Ecrit parlé de Philippe Jaffeux

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 18 Août 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

à propos de Ecrit parlé de Philippe Jaffeux, Passages d’encre, mai 2016, 37 pages, 5 €

 

En détournant légèrement les propos d’Allan Kaprow qui prônait Art as experience (de Dewey), je voudrais dire quelques mots sur le dernier livre de Philippe Jaffeux, Ecrit parlé. Mais comment qualifier l’ensemble de ses remarques sur la question d’écrire – sur sa propre interrogation – en une simple chronique qui ne peut envisager au mieux que de donner des pistes de réflexion ?

Ce que je peux dire cependant, c’est que la question d’écrire est pour lui une affaire réfléchie, et qui surgit au croisement de puissances contraires : vie/mort, oral/écrit, disparition du sujet/empreinte de l’écriture, dépersonnalisation/conscience de soi. Toutes ces ambiguïtés agissent sur les propos de l’auteur en son « continent intérieur inexploré ».

Je poursuis une aventure qui s’appuie sur des risques, des décalages ou des contrepoints afin d’insuffler un mouvement et un rythme à un bricolage plus ou moins créatif.