Identification

Théâtre

E-passeur.com, Sedef Ecer

Ecrit par Marie du Crest , le Lundi, 05 Septembre 2016. , dans Théâtre, Les Livres, Critiques, La Une Livres

E-passeur.com, L’Avant-scène Théâtre, juin 2016, 30 pages, 15 € . Ecrivain(s): Sedef Ecer

 

Les deux pièces de Sedef Ecer qui constituent le volume des éditions de L’avant-scène théâtre, Lady First et E-passeur.com, établissent comme un diptyque autour du thème du pouvoir : dans la première, celui d’un couple à la tête d’une république bananière qui sera renversée, et dans la seconde, plus inquiétante, une société d’anticipation politique entre les mains d’un Big Brother des migrants, d’« un seigneur des frontières » qui a le contrôle sur les connections des réfugiées, des exilées. Ce personnage sera aussi un des principes dramatiques à la fois de l’écriture passant du turc au français et inversement, se transformant dans l’une ou l’autre langue et de la mise en scène et scénographie qui font la part belle à des écrans, à des images vidéo.

Par ailleurs ce second opus réintroduit ce qui a nourri les œuvres précédentes de Sedef Ecer ; à savoir les périphéries, les franchissements, les seuils, et le porte ici à son paroxysme puisque, comme l’annonce au début de la pièce le porte-parole de l’ONU (p.65) :

Il ne reste plus d’Etats, il ne reste plus que des frontières.

Lady first, Sedef Ecer

Ecrit par Marie du Crest , le Mercredi, 31 Août 2016. , dans Théâtre, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Lady first, L’Avant-scène Théâtre, juin 2016, n°1405, 128 pages, 15 € . Ecrivain(s): Sedef Ecer

 

« First lady ou lady first »

Sedef Ecer avec Lady First inscrit sa parole dramatique, cette fois-ci au cœur du pouvoir, elle qui jusqu’ici s’attacha dans ses pièces à dire les frontières, les périphéries et les seuils et à parler des humbles. L’action se déroule en effet dans un palais (d’été), lieu de villégiature d’un président sans nom et absent du texte. Unité de lieu, prison dorée dont il faudra tenter de s’évader pour sauver sa peau. Repaire de l’épouse de ce dictateur mésopotamien qui ressemble à bien des autocrates, tyrans de l’Histoire ancienne ou contemporaine. D’une certaine manière, comme chez Jarry, la farce politique s’installe « dans un pays de nulle part », « une république bananière » dit le texte p.10, entre deux fleuves, dans une époque indéterminée. Quelques éléments nous transportent dans un orient musulman indéfini, hétérogène. Les quatre personnages portent des noms (Ishtar, Yasmine, Gazal et Elish) qui renvoient soit à la mythologie orientale antique, soit à des noms arabisants.

Ode au recommencement, Jacques Ancet (2ème article)

Ecrit par Marie du Crest , le Mardi, 07 Juin 2016. , dans Théâtre, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Ode au recommencement, Lettres Vives, 2013, 100 pages, 20,70 € . Ecrivain(s): Jacques Ancet

 

A l’occasion de la reprise d’Ode au recommencement (poème dansé) au Croiseur (Lyon) le 11 et 12 mai 2016, Jacques Ancet, spectateur de son texte : « Une chose de bouche, de chair, de mouvements, d’air, de sonorités où ne cesse de se chercher, se perdre, se retrouver l’irrésistible élan de cet inconnu qu’on appelle la vie ».

« Les canettes de couleur »

Le poème, l’ode se lisent, se disent, s’accompagnent de musique, s’entendent et s’écoutent. Gislaine Drahy (fondatrice de Théâtre Narration) découvrit les versets de Jacques Ancet, les lut, s’en fit une matière intime en les apprenant par cœur comme autant d’exercices spirituels. La lectrice redevint comédienne pour faire résonner, entendre « le bruit des syllabes frottées, le ressac des images de la phrase » comme le dirait l’auteur lui-même, sur le plateau.

La comédienne, le chorégraphe/danseur (Frédéric Cellé), et le musicien Alain Lamarche en firent un poème dansé.

Défaut de fabrication, Jérôme Richer

Ecrit par Marie du Crest , le Mercredi, 01 Juin 2016. , dans Théâtre, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Espaces 34

Défaut de fabrication, avril 2016, 60 pages, 13 € . Ecrivain(s): Jérôme Richer Edition: Espaces 34

 

« Une femme, un homme »


Défaut de fabrication fait partie d’un diptyque que J. Richer consacre au monde ouvrier. D’un côté, une pièce chorale, Nouveau monde, et de l’autre sur le versant de l’intimité d’un couple, Défaut de fabrication, pièce distribuée pour deux personnages : la Femme, l’Homme (p.8). Le texte se construit tout entier d’une part sur la parole en dialogues et en monologue (parties 1 et 2) et un effet de réel, à travers les très nombreuses et très détaillées didascalies descriptives comme notamment celle qui ouvre la pièce (p.9-10). Les trois premières phrases servent à caractériser le milieu social des personnages sans nom :

La cuisine d’un appartement HLM. Dans une tour. En périphérie d’une grande ville.

William Shakespeare, Comédies, tome II et III (+ album Shakespeare) en la Pléiade

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 26 Mai 2016. , dans Théâtre, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, La Pléiade Gallimard

William Shakespeare Comédies, tome II et III. Mai 2016. Direction d’édition Jean-Michel Déprats et Gisèle Venet. . Ecrivain(s): William Shakespeare Edition: La Pléiade Gallimard

Commencée depuis 14 ans, la publication dans La Pléiade des oeuvres complètes de Shakespeare en édition bilingue anglais-français touche à sa fin (*) avec ces deux nouveaux volumes. On devrait dire 3, car un magnifique album Shakespeare, dirigé par Denis Podalydès, est offert avec l’achat des deux opus. De fait, ces deux tomes complètent la publication des comédies, un premier volume avait vu le jour en 2013.

Cette livraison nous offre donc en version bilingue, traduites par Jean-Michel Déprats, Jean-Pierre Richard, Jean-Pierre Maquerlot et Paul Bensimon, "Les joyeuses épouses de Windsor", "Beaucoup de bruit pour rien", "Comme il vous plaira", "La nuit des rois", "Mesure pour mesure" et "Tout est bien qui finit bien" dans le volume II des Comédies. "Troïlus et Cressida", "Périclès, prince de Tyr", "Cymbeline", "Le Conte d'hiver", "La Tempête" et "Les deux nobles cousins". Un programme alléchant et qui tient, par sa qualité éditoriale, le haut du pavé shakespearien. 400ème anniversaire oblige, le grand Will est mort en avril 1616.