Identification

Pays nordiques

Rien, Janne Teller

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Lundi, 17 Septembre 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse, Les grandes personnes

Rien, juin 2012, 137 p. 13,50 € . Ecrivain(s): Janne Teller Edition: Les grandes personnes

 

Qui n’a jamais réfléchi au sens du mot « Rien », chez lui au fond de son lit, ou, plus vraisemblablement assis, somnolent près de la fenêtre d’une salle de classe ? Qui n’a jamais cru, face à l’incompréhension des autres ou la sienne propre, que la vie n’avait aucun sens et qu’il n’était donc d’aucune utilité d’agir en quoi que ce soit ? Mais qui a eu, à l’instar de Pierre Anthon, élève en 4e, le courage de grimper dans un prunier et d’y élire domicile ad vitam aeternam, parce que de toute façon « tout commence pour finir » ?

Rien, de Janne Teller, est un OVNI dans le paysage de la littérature jeunesse. Pas simplement parce qu’il propose au lecteur une réflexion philosophique, voire métaphysique, sur le destin de l’humanité et son absurdité ; pas seulement parce qu’il offre une vision désabusée des événements historiques de notre siècle, mais surtout parce qu’il est loin de l’image enchanteresse d’une jeunesse optimiste et pleine d’aspirations. Pierre Anthon, perché dans son arbre comme d’aucuns prêchaient du fond d’un tonneau, lance des imprécations, prédit la chute de tout, crie l’absence de vérité et dresse le tableau d’adolescents perdus dans un maelstrom qui les dépasse.

La Sirène, Camilla Läckberg

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 02 Août 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, Actes Noirs (Actes Sud)

La sirène, Trad. Suédois Lena Grumbach, Juin 2012. 411 p. 23,50 € . Ecrivain(s): Camilla Läckberg Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

Faut-il ranger les livres de Camilla Läckberg au rayon littérature ? Peut-être pas, si l’on s’en tient aux qualités d’écriture ou à l’entreprise créative. Mais sans aucun doute si on entend que la littérature romanesque est aussi une machine narrative.

Parce que dans ce domaine, ce livre est redoutable d’efficacité ! Quand vous entrez dans l’engrenage de la terrible histoire qu’il raconte, vous n’en sortez en aucun cas avant le dernier mot, avant le craquement de la dernière dent du mécanisme implacable construit par notre suédoise. Toute la structure narrative est au millimètre, menant une histoire unique scandée par des chapitres mettant en scène – et en voix – les protagonistes de ce thriller haletant.

Qu’apporterait, par exemple, une citation extraite du livre ? Rien, car rien ne dépasse, rien n’emporte l’enthousiasme, rien ne soulève l’adhésion  littéraire. Mais tout est impeccablement à sa place ! Et on n’en perd pas une goutte de ce conte noir qui perd les êtres qui le vivent comme une tragédie antique.

Bon. Un extrait quand même. Pour faire le contraire de ce qui est annoncé. Pour exemple aussi de la sobriété efficace de la « machine » (ce passage rappelle irrésistiblement les nouvelles noires de Robert Bloch).

La muraille de lave, Arnaldur Indridason

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 21 Juin 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, Roman, Métailié

La muraille de lave. Métailié noir. Mai 2012. 319 p. 19,50 € . Ecrivain(s): Arnaldur Indridason Edition: Métailié

La maîtrise d’Indridason dans ce genre qu’il a beaucoup contribué à élever au rang d’art absolu – le roman noir venu du Nord – est époustouflante. On le sait depuis des années. Le point d’orgue de cette virtuosité a sûrement été le « Betty » d’octobre 2011. Le maître islandais nous y prenait par la main, dans un blues familier qui nous berçait de certitudes, avant de nous piéger en plein milieu du gué dans un jeu de miroir où on ne trouvait plus soudain nos repères. (Recension de "Betty" par Léon-Marc Levy)

Dans ce nouvel opus, Indridason remet ça. Sur des registres très différents bien sûr.

Erlendur, son héros triste et débonnaire est parti. En « vacances » sur les lieux de son enfance, voyage entouré de mystère. En son absence, son collègue, Sigurdur Oli, se retrouve en charge d’une affaire explosive, mêlant le destin d’un homme brisé par les viols incestueux qu’il a subis dans son enfance, le meurtre de la femme d’un couple échangiste qui tentait de faire chanter une de leurs rencontres, la mort mystérieuse d’un homme d’affaires emporté par le rêve « mondialiste » et doré de l’Islande nouvelle. Et maître Indridason nous épate ! Les trois intrigues s’entrecroisent dans une construction parfaite, haletante, noire comme l’hiver. Comme ce jour sombre où un homme a disparu sur la « Svörtuloft », falaise de lave au pied de laquelle la mer s’écrase en des tourbillons effrayants. La muraille de lave.

La part de l'homme, Kari Hottakainen

Ecrit par Sophie Adriansen , le Jeudi, 17 Mai 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Jean-Claude Lattès

La part de l’homme, trad. finnois par Anne Colin du Terrail, 2011, 290 p. 19,80 € . Ecrivain(s): Kari Hotakainen Edition: Jean-Claude Lattès

« L’écrivain n’existe qu’à travers ses livres » (page 155).

Parce qu’il a l’impression de ne plus exister, alors même qu’il en a désespérément besoin, l’écrivain imaginé par le Finlandais Kari Hotakainen propose un étrange marché, dans cette foire du livre où il la rencontre, à Salme, âgée de 80 ans, dont l’activité, lorsqu’elle travaillait encore, consistait à vendre des boutons.

En échange de 7.000 euros, elle lui racontera sa vie. Lui en fera un livre.

Salme Malmikunnas a besoin d’argent. Elle accepte.

L’idée de départ est improbable, comme le sont souvent celles qui font les grands livres – improbable, mais ici fascinante. De son développement, que l’auteur organise autour d’une galerie de personnages qualifiés selon leur rôle à un moment précis de l’intrigue, Kari Hotakainen fait une histoire formidable, une histoire de famille tragique mais riche.

Les antihéros, bourrés de défauts et de traumatismes, évoluent tant bien que mal dans une société qui ne convient jamais, et qu’ils subissent.