Identification

Pays nordiques

Guerre - et si ça nous arrivait ? Janne Teller (illust. J-F. Martin)

Ecrit par Olivier Verdun , le Jeudi, 29 Mars 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Contes, Jeunesse, Les grandes personnes

Guerre, et si ça arrivait ? Trad. danois par Laurence W.O.Larsen. Éditions des Grandes Personnes. Mars 2012. 64 p. 7.90 € . Ecrivain(s): Janne Teller Edition: Les grandes personnes


« C'est ici-bas que les insensés trouvent leur Enfer » (Lucrèce, De la Nature, livre troisième)


Et si ça nous arrivait ? Et si ces histoires de guerre n'arrivaient pas qu'aux autres, qu'à ces hordes barbares venues des confins de l'axe du Mal ? Et si ça lui arrivait ?

Imaginez monsieur Guéant dans la peau d'un réfugié, ayant à ses trousses ses propres sbires, courant après une fantomatique identité nationale. Il a quatorze ans. Les murs de son appartement sont percés de trous. Il pleut à l'intérieur. Seule la cuisine est encore habitable. En Europe, la guerre fait rage. Français, Anglais et Scandinaves se tirent dessus. L'Union européenne s'est effondrée et a laissé la place à des régimes autocratiques. La France vit sous la férule de la Police de Redressement. Non, nous ne sommes pas en 2012. Il s'agit d'une fiction. Partout règne la désolation. La peur au ventre. La faim. La délation. Matin, midi et soir des tirs de roquettes embrasent les ciels fuligineux. Les villes sont en cendres. L'Occident, si imbu de sa supériorité, lorgne désormais vers ce Moyen-Orient qui ne peut pas accueillir toute la misère du monde, fût-il à l'envers.

Millenium 2. La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette, Stieg Larsson

Ecrit par Yann Suty , le Mardi, 28 Février 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, Roman, Actes Sud, Babel (Actes Sud)

Millénium 2, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, (Flickan som lekte med elden, 2006), traduit du suédois par Lena Grumbach et Marc de Gouvenain, Babel Noir, 796 p. 10 € . Ecrivain(s): Stieg Larsson Edition: Babel (Actes Sud)


Millénium, épisode 2. Le travail est prémâché pour l’auteur qui s’attaque à une suite. Le terrain est familier. On connaît déjà les personnages, on n’a pas besoin de perdre son temps en présentations, on peut tout de suite plonger dans l’action. Force est de constater que Millénium 2 n’y parvient pas. Il faut s’avaler près de deux cents pages avant que l’intrigue démarre, et alors elle le fait au rythme d’un tracteur diesel rouillé qui n’a pas servi depuis des décennies.

Le livre souffre d’un gros problème de rythme. Les personnages se multiplient et chacun analyse la situation, mais en ne faisant quasiment que répéter ce que le précédent a dit. Ça tourne en rond. Les pages défilent et rien de nouveau n’apparaît. Le livre fait 800 pages, il n’en aurait pas mérité plus de 400. A croire que l’auteur tire à la ligne.

Millénium 2 est beaucoup plus faible que le premier opus, à tel point qu’il pourrait presque faire passer son aîné pour un chef d’œuvre. Ce qui est pourtant loin d’être le cas.

Les dépossédés, Steve Sem-Sandberg

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Dimanche, 12 Février 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Récits, Robert Laffont

Les dépossédés, traduit du suédois par Johanna Chatellard-Schapira (De Fattiga i Łódź), août 2011, 587 p. 22 € . Ecrivain(s): Steve Sem-Sandberg Edition: Robert Laffont


Les dépossédés relate l’histoire du ghetto de Łódź de 1940 à 1945, reprenant les faits dont témoignent la Chronique et les archives du ghetto et divers documents cachés par les résistants. L’auteur a décidé d’y articuler fiction et faits authentiques pour délivrer un récit insoutenable, prenant et atrocement vraisemblable. S’il transpose et adapte l’Histoire, il ne trahit pas la mémoire. Il œuvre pour transmettre.


« Le mensonge commence toujours dans le déni.

Il est arrivé quelque chose – pour autant, on se refuse à l’admettre.

Ainsi commence le mensonge ».

L'armoire des robes oubliées, Riikka Pulkkinen

Ecrit par Yann Suty , le Vendredi, 03 Février 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Albin Michel

RiikaL’armoire des robes oubliées. 400 p. 20,90 € (2010) Traduit du finnois par Claire Saint-Germain . Ecrivain(s): Riikka Pulkkinen Edition: Albin Michel

« Je suis en train de pourrir. […] Ne me laisse pas putréfier, je veux rentrer à la maison », dit Elsa à son mari, Martti.

Elsa est atteinte d’une tumeur. Ses derniers jours, elle veut les passer auprès de ses proches et pas dans une chambre d’hôpital. C’est difficile pour elle d’adopter le rôle de malade. La psychologue qu’elle est avait en effet plutôt l’habitude de se consacrer à autrui.

Chaque membre de la famille avait un rôle dans les soins prodigués à Elsa.

Mattri, son mari, était peintre. Il a arrêté de peindre depuis des années, mais soudain il veut s’y remettre et réaliser un portrait de sa femme.

Eleanoora, leur fille, maigrit à l’annonce de la maladie de sa mère.

Le deux petites-filles, Anna et Maria, complètent le tableau familial.

L'armoire des robes oubliées, Riikka Pulkkinen

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 24 Janvier 2012. , dans Pays nordiques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Albin Michel

L'armoire des robes oubliées. Janvier 2012. 400 p. 20,90 € . Ecrivain(s): Riikka Pulkkinen Edition: Albin Michel

Helsinki. Années 2010. Une fresque de famille. Trois générations. Trois strates de peinture sur une toile dense de vécus, d’émotions, de non-dits. Superposition, mélange de couleurs. Parfois claires, vivantes, emplies de lumière mais aussi, sombres en certains endroits.

Au centre de la toile, la grand-mère, Elsa Ahlqvist, professeur à la retraite, psychologue de renommée internationale. Le cancer l’accompagne discrètement vers la porte de sortie. La mort l’attend, patiemment, sur le seuil. Elle le sait.

« Je suis en train de pourrir. Elle lui avait dit cela la semaine précédente, dans l’unité de soins palliatifs, comme un appel au secours. Ne me laisse pas me putréfier, je veux rentrer à la maison »

Adossé en contrefort, son mari, Martti. Artiste-peintre reconnu et estimé. Il délaisse pinceaux et palette. L’esprit occupé par celle qu’il a aimée et qu’il aime. Mais il a peur. « Martti craignait les nuits, il craignait les instants où il se réveillait seul au milieu de rêves qui lui restaient obscurs. Il craignait de s’éveiller et qu’Elsa ne respire plus à ses côtés. » À leurs côtés, leur fille Eleonoora, médecin. Elle s’oppose au retour de sa mère.