Identification

Etudes

A propos de Regain, Rachel

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 27 Août 2013. , dans Etudes, Les Dossiers, La Une CED

Les amours spirituelles

 

Il n’est pas aisé de faire état de ce livre de la collection Neige, des éditions Arfuyen, à plusieurs titres. D’abord, par ce qu’il faudrait citer in extenso l’ouvrage pour en rendre la musique et la signification. Pour aussi rendre palpable ce qu’a été la vie de la poétesse, son activité, ses goûts, sa nature. Or, si l’on veut construire un éclairage sur l’ouvrage, il faut choisir un angle, tout relatif qu’il soit. Donc, essayer, malgré tout, de donner à entendre la voix particulière de l’auteur.

Cela dit, on peut aussi se porter ardemment vers l’appareil critique, et aux appels de note très instructifs, ce que, comme lecteur, je me suis autorisé parfois. Si je m’en suis privé jusqu’à un certain point, c’est afin de laisser aux poèmes leur intégrité et leur mystère, leur mouvement personnel. Car cette édition bilingue, faite à partir de l’hébreu moderne, laisse un goût impénétrable et fort, non seulement à cause de la présence de cet alphabet hébraïque en regard de la traduction française, mais aussi par la complexité grammaticale de certaines formules, qui ne rendent pas le sujet du poème abstrus, mais lui procurent, au contraire, une épaisseur et une présence, un feuilletage et une puissance.

Louis Calaferte - Septentrion

Ecrit par Benjamin Cerulli , le Samedi, 13 Juillet 2013. , dans Etudes, Les Dossiers, La Une CED

 

« Au commencement était le Sexe.

Sauveur. Chargé d’immoralité. Il y a la Bête. Héroïque. Puissante. Et au-delà de la Bête il n’y a rien. Rien sinon Dieu lui-même. Magnifique et pesant. Avec son œil de glace. Rond. Statique. Démesurément profond. Fixe jusqu’à l’hypnose. Tragique regard d’oiseau. Allumé et cruel. Impénétrable de détachement. Rivé sur l’infini d’où tout arrive ».

La première fois que j’ai ouvert Septentrion, j’ai reçu une gifle littéraire. Jamais des mots n’étaient entrés en moi avec autant de puissance et de signification. Septentrion est un livre fort, percutant. Septentrion est le livre de la Vie, dans sa plus déchirante et complexe réalité. Septentrion est rédigé dans la soie de la passion brûlante, finement brodé autour d’une cuisse charnue. Septentrion c’est la luxure verbale. Dès l’incipit, Louis Calaferte pose les jalons d’une œuvre fleuve qui semble écrite d’une traite, et où le personnage principal est trimballé au gré de ses pulsions, malmené par sa propre rage intérieure. Le sexe, la religion, la mort. Triptyque de l’existence. Retour à l’essentiel, à l’Homme, et dans une langue parfaitement ficelée, convergeant vers cette idée que l’on peut se faire du Style avec un grand S.

A propos d'une image photographique - Le feu de Bernard Faucon

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 09 Juillet 2013. , dans Etudes, Les Dossiers, La Une CED

 

À propos d’une image photographique Le Feu de Bernard Faucon, tirage cibachrome, 31x31, appartenant au FRAC Limousin

 

Le Feu ou Les Troubles de la représentation

 

Il y a plusieurs semaines que j’ai acquis le catalogue d’une exposition de photographie, remontant à l’été 1986, dont une photo en particulier m’a impressionné. En l’occurrence une photo de la série Le Feu de Bernard Faucon, photographe que je connais depuis très longtemps par l’intermédiaire d’une série d’images qui mettaient en scène des enfants et des petits mannequins de vitrine. J’ai suivi Bernard Faucon un peu plus loin dans son travail quand il photographiait des chambres où brûlaient des feux déjà, qui, si je ne me trompe, avaient été publiées par les éditions William Blake.

Néant calme - Méandres et néant, Stéphane Sangral

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 01 Juillet 2013. , dans Etudes, Les Dossiers, La Une CED

 

 

Méandres et Néant, Stéphane Sangral, Editions Galilée, juin 2013, 112 pages, 9 €

 

Permettez-moi d’ouvrir ce petit texte de recension de Méandres et Néant, de Stéphane Sangral, par une ou deux notes attenantes, afin de comprendre comment a pris corps ma lecture de cet ouvrage très riche et original. Tout d’abord, le fait que le livre soit arrivé anonymement ou presque à mon domicile, donnait à voir une démarche à la fois sûre d’elle et aventureuse. Par ailleurs, je connais bien les éditions Galilée – par exemple avec le remarquable ouvrage de Michel Deguy, Au jugé, à partir duquel j’ai fait plusieurs conférences en milieu académique – et je sais qu’elles produisent des livres charnus et intelligents.

"Besoin de fiction" et "Philosopher avec la littérature", Hermann éditions

, le Mercredi, 19 Juin 2013. , dans Etudes, Les Dossiers, La Une CED

Besoin de fiction. Sur l’expérience littéraire de la pensée et le concept de fiction pensante, Frank Salaün, Ed. Hermann, coll. Fictions pensantes, 2013, 120 p., 15 €

Philosopher avec la littérature. Exercices de philosophie littéraire, Pierre Macherey, Ed. Hermann, coll. Fictions pensantes, 2013, 394 p., 27 €

 

Les éditions Hermann, éditeurs des sciences et des arts depuis 1876, a une longue tradition de publication de monographies littéraires sérieuses et de qualité. Voici donc deux titres réunis dans la collection « Fictions pensantes », dirigée par Frank Salaün qui compte à ce jour 17 parutions. Les deux ouvrages rendent hommage à « la nécessaire alliance des intellectuels et des écrivains » (Philippe Sollers) en approfondissant l’analyse des rapports entre littérature et philosophie. Sans céder à la tentation d’acclimater la philosophie à la littérature, Pierre Macherey et Frank Salaün s’interrogent sur les enjeux philosophiques de la fiction comme « pensante » (Salaün, 18) ou « dispositif à faire penser » (Macherey, 25). Il est à noter que tous deux consacrent un large pan au philosophe de la méthode archéologique, Michel Foucault, qui – petite précision historique – a fondé la collection « Savoir lettres » chez Hermann.