Identification

Amérique Latine

Une infinie tristesse, Alfredo Bryce-Echenique

Ecrit par Marc Ossorguine , le Jeudi, 17 Décembre 2015. , dans Amérique Latine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Métailié

Une infinie tristesse (Dándole pena a la tristeza), février 2015, trad. espagnol (Pérou) Jean-Marie Saint-Lu, 280 pages, 19 € . Ecrivain(s): Alfredo Bryce-Echenique Edition: Métailié

Chronique d’une décadence attendue

Voilà une saga familiale qui tourne bien mal. Qui tient même plus du jeu de massacre que de quoi que ce soit d’autre. Tout commence avec l’ancêtre à l’origine de cette dynastie liménienne (de Lima) au début du siècle dernier, Don Tadeo De Ontañeta, devenu très riche et très vieux. Une vieillesse qu’il accepte assez mal comme il annonce dès l’ouverture de cette « infinie tristesse ».

– Ne vieillis jamais, Alfonsinita… Ne sois jamais vieille, au grand jamais.

– …

– Et encore moins archivieille, Carlita, jamais…

– …

– Et toi non plus, Ofelita… Ne sois jamais archivieille, ce qui s’appelle jamais… Et encore moins archivieux, comme moi. Archivieux, comme moi. Archivieux pour de bon comme moi seul peut l’être. Archivieux, comme moi seul, ça alors non, jamais, jamais, jamais, Elenita…

Adam en Eden, Carlos Fuentes

Ecrit par Marc Ossorguine , le Lundi, 07 Décembre 2015. , dans Amérique Latine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Gallimard

Adam en Eden (Adán en Edén), janvier 2015, trad. espagnol (Mexique) par Vanessa Capieu, 225 pages, 19,50 . Ecrivain(s): Carlos Fuentes Edition: Gallimard

 

En ce début d’année 2015 nous a été proposé à la découverte l’un des derniers textes, à tous les sens du terme, d’un auteur qui reste prolifique et réjouissant au-delà de sa disparition en 2012, le mexicain Carlos Fuentes.

Adam Gorozpe est un avocat et homme d’affaire, très bien de sa personne, respecté, ayant fait un mariage « réussi » avec la fille du pape des gâteaux, Don Celestino Holguín. Respecté de ses collaborateurs… Enfin, peut-être conviendrait-il d’un peu relativiser. Pour commencer, que peut bien signifier le fait que lesdits collaborateurs portent maintenant tous des lunettes noires en sa présence ? Ironie ? Message ? Nouveau conformisme aux clichés du cinéma ? Mystère… Côté mariage, il est vrai que la relativement quelconque Priscilla est surtout remarquable par l’incohérence de ses propos, par sa compréhension limitée du monde et de ce qu’elle entend ou par son habitude à gifler la bonne sans raison apparente. Le fait qu’elle ait été un jour Reine du Printemps, courtisée aussi assidûment qu’une porte donnant accès à la fortune enviable de son père, n’arrange rien mais reste son heure de gloire.

A toi, Claudia Piñeiro

Ecrit par Marc Ossorguine , le Mercredi, 02 Décembre 2015. , dans Amérique Latine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Actes Sud

A toi, avril 2015, trad. espagnol (Argentine) par Romain Magras (Tuya, 2005), 176 pages, 18 € . Ecrivain(s): Claudia Piñeiro Edition: Actes Sud

 

Il suffira d’un petit mot griffonné avec un bâton de rouge à lèvre qui dit « à toi » pour qu’Inès découvre que son mari Ernesto a une aventure extra-conjugale. Une aventure qui ne doit pas être la première et qu’elle s’efforce de trouver bien compréhensible, excusable même, car il ne l’a pas quittée pour autant. Tant que les apparences sont sauves et qu’il n’y a pas de drame spectaculaire… L’autre, c’est apparemment la secrétaire de son mari. Poussée par une irrésistible curiosité, Inès va cependant suivre celui-ci sur l’un de ses rendez-vous nocturnes… pour assister au meurtre accidentel de sa rivale !

Dans une famille exemplaire de la bourgeoisie aisée de Buenos Aires, il va falloir cacher les choses. Disparition des preuves, à commencer par le corps, fabrication des alibis… heureusement qu’Inès est là pour sauver ce couple et cette famille si convenable. Une épouse et mère « modèle » dont on découvre petit à petit le peu d’estime dans laquelle sa fille et son époux la tiennent. Un couple bien convenable qui est aussi passablement égoïste et centré sur lui-même. Un couple qui semble plutôt bien désuni malgré les apparences et qui ne voit rien de ce qui arrive à leur fille, Laura dite Lali. Lali qui se retrouve bien seule pour faire face à ce qui lui arrive et qui va radicalement transformer sa vie.

Nocturno Petite fabrique à rêves, Isol

Ecrit par Marjorie Rafécas-Poeydomenge , le Vendredi, 27 Novembre 2015. , dans Amérique Latine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse, Editions Syros

Nocturno Petite fabrique à rêves, octobre 2015, 32 pages, 15,90 € . Ecrivain(s): Isol Edition: Editions Syros

 

Ce livre objet est une formidable trouvaille pour aider vos enfants à s’endormir et illuminer leurs rêves. Les dessins de ce livre ont la particularité d’être phosphorescents et peuvent être utilisés comme une veilleuse. Nocturno permet d’instaurer un cérémonial du coucher pour aider son enfant à apprivoiser la nuit, tout en valorisant les rêves pour chasser les cauchemars.

Ce livre se présente comme un plaidoyer du rêve, car il met en exergue la diversité des rêves et leur richesse : « Les rêves qui nous font vivre de grandes aventures, ceux qui sont un peu ridicules » et ceux qui nous font grandir. Une nuit, c’est tout sauf ordinaire ! Cette petit fabrique à rêves favorise l’endormissement tout en stimulant l’imagination, « le rêve d’avoir un copain secret », « le rêve du pêcheur distrait », « le rêve de la porte qu’il est interdit d’ouvrir ». Et à la fin, le rêve que l’enfant peut dessiner…

Comment l’utiliser ? Votre enfant sélectionne le rêve qu’il souhaite visualiser pour s’endormir. Comme les papillons, il suffit d’approcher le livre sous une lumière très forte pendant 5 minutes, puis le placer face au lit, éteindre la lumière, et la magie de la nuit commence.

Puerto Apache, Juan Martini

Ecrit par Cathy Garcia , le Samedi, 21 Novembre 2015. , dans Amérique Latine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Asphalte éditions

Puerto Apache, traduit de l’espagnol (Argentine) Julie Alfonsi et Aurélie Bartolo, octobre 2015. 224 p., 21 €. . Ecrivain(s): Juan Martini Edition: Asphalte éditions

Puerto Apache est un polar social, trempé dans un humour noir et amer sur des airs de cumbia, qui à travers le récit d’un seul narrateur, aborde le quotidien d’un des bidonvilles autogérés de Buenos Aires. Bâti sur une ancienne friche industrielle sur la rive du río de la Plata, c’est un des lieux où ont atterri bon nombre de personnes pendant la crise monumentale qui a frappé l’Argentine, au début des années 2000. Des exclus porteurs d’un élan malgré tout, qui espéraient donner à ce lieu une forme de dignité.

Et celui qui raconte, c’est Le Rat.

Le Rat, c’est le fils du Vieux, celui qui tient les rênes de Puerto Apache, qui fait marcher la boutique… Les filles surtout. Comme tout lieu à la marge, faut bien se débrouiller, car même si les habitants s’autoproclament comme « un problème du XXIe siècle », ils savent bien que ce n’est pas de l’extérieur qu’il va se résoudre ce problème. Alors tout le monde se débrouille et la débrouille ça finit souvent par tremper dans la magouille, on fait un peu de rapine, des petits trafics, des petits boulots, comme faire passer des messages chiffrés, juste des chiffres, c’est ce que fait le Rat pour le Pélican, un caïd de la ville. Ça paye un peu et le Rat ne se pose pas trop de questions, rien de mal, juste délivrer des chiffres, jusqu’au soir où trois hommes déboulent chez lui et l’embarquent pour un passage à tabac conséquent et incompréhensible.