Identification

Articles taggés avec: Godefroy Cyrille

L’errance intérieure - Chapitre 2 : l’après-midi

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Vendredi, 12 Décembre 2014. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

 

Si je travaillais, j’aurais vraisemblablement moins de temps libre pour m’ennuyer. Pourquoi ne travaillé-je pas ?! Qui en a décidé ainsi ? Je pourrais très bien être avocat, banquier ou cadre… Non, j’en doute, je n’en ai pas les compétences. Les recruteurs, ces monstres retors, exigeraient des diplômes que je ne possède pas. J’aurais pu les obtenir, en travaillant un minimum à l’école. Oui, si j’avais travaillé un peu et si j’avais fréquenté l’école, je les aurais sûrement obtenus. Comme tout le monde, ou presque. Et aujourd’hui, je serais banquier dans une grande banque. Ou même petite. Ou caissier dans une grande surface… ou sous-caissier dans une petite surface. Il est indécent de prétendre à d’excessives ambitions. Souvent les ambitieux finissent par gâcher leur vie, et celle des autres. Ou par mourir.

Je mangerai plus tard, je n’ai pas faim. Pourquoi devrais-je manger tous les jours à la même heure ?! C’est insensé ! Je suis libre d’attendre 15 heures pour manger, personne ne me le reprochera. Sauf si je sors et que je croise quelqu’un. Il ne faudrait surtout pas, dans ce cas, évoquer ce sujet. Il faudrait deviser d’autre chose. Mais de quoi ? Je n’ai rien en tête à ce moment précis. Probablement me viendra-t-il un sujet intéressant avant que je décide de sortir.

L’errance intérieure - Chapitre 1 : le matin

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Mardi, 02 Décembre 2014. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

 

Allez, Trico, lève-toi, un peu de courage ! Il en faut du courage pour affronter la vie. Et pour supporter mes congénères qui la peuplent. Quel mot curieux : congénère. On entend surtout la première syllabe.

Du courage ou… de l’insouciance, cette huile qui fait coulisser les rouages les plus résistants, cette disposition qui transforme en poussière la pointe de la flèche.

En considérant plus attentivement l’équation, il suffirait de répondre tout uniment aux questions que me posent mes chers congénères, de consentir à leurs désirs, en un mot, de ne pas les contrarier. C’est simple finalement. En théorie.

Quand on y réfléchit un peu plus, les inconnues se démultiplient : comment dire, par exemple, à un collègue, que ses considérations personnelles me rasent profondément ? Si j’ose le lui avouer, il se vexera inévitablement, s’offusquera, se carapatera dans une bouderie belliqueuse. A moins qu’il soit naïf ou irrémédiablement allègre, il le prendra pour lui et une dégradation marquée de nos relations en résultera immanquablement. Il pourrait même avoir l’indélicate faiblesse de ne plus m’adresser la parole.