Identification

Articles taggés avec: Bendhif-Syllas Myriam

Mon ami le zombie, Vincent Malone et Miré

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 12 Novembre 2014. , dans La Une Livres, Seuil Jeunesse, Critiques, Les Livres, Jeunesse

Mon ami le zombie, août 2014, 64 pages, 13,50 € . Ecrivain(s): Vincent Malone et Miré Edition: Seuil Jeunesse

Personnage à la mode dans les productions cinématographiques et télévisuelles pour adultes, il fallait bien que le zombie atteigne nos chères têtes blondes et brunes, etc. Et qui d’autre que Vincent Malone pour le présenter avec humour et mordant, ce fameux zombie ?

Voici donc un nouvel album de la désopilante collection « L’Ours qui pète », dans un format italien bien vu, contenant presque deux albums : le récit d’un petit garçon rencontrant un zombie et son cahier pratique avec « quelques trucs à savoir » à propos de ces étranges créatures, placé au centre du livre et servant de référence au lecteur dans la suite de l’histoire. Miré illustre avec réussite ce texte délirant et scientifique en inventant une galerie de personnages zombies croqués et craquants, dans de sombres paysages, mais aussi en inventant les dessins du héros, plus gribouillés et naïfs.

Ne venez pas vous plaindre si vous ne lisez pas ce cahier, accompagné de ses schémas détaillés et instructifs, ses méthodes et astuces ! Si vous vous faites mordre, ce sera votre faute. Car ce qu’il faut savoir avant tout, c’est qu’un zombie cherche à mordre tout ce qui passe, même ce qui ne bouge pas car il est dévoré par une faim insatiable et qu’une fois mordu, vous devenez un zombie à votre tour.

Combien de terre faut-il à un homme ?, Annelise Heurtier et Raphaël Urwiller

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 04 Novembre 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse, Thierry Magnier

Combien de terre faut-il à un homme ?, août 2014, 40 pages, 17 € . Ecrivain(s): Annelise Heurtier et Raphaël Urwiller Edition: Thierry Magnier

 

Inspirée d’une nouvelle de Tolstoï, voici l’histoire de Pacôme, un paysan sibérien qui est hanté par l’insatisfaction et qui ne parvient pas à trouver le bonheur.

Certes, il n’est pas riche mais il vit bien du produit de son travail, avec sa femme et ses trois enfants. Que lui faudrait-il pour « être tout à fait heureux » ? se demande-t-il. Sûrement plus de terres…

Pacôme vend ses biens et achète plus de terres. Pourtant, il n’est toujours pas pleinement heureux. Peut-être lui faut-il partir ailleurs, « là où le sol est tellement fertile qu’en quelques saisons, une seule poignée de grains offre la richesse au plus pauvre des paysans » ? Et voilà le paysan insatisfait reparti « vers cette terre où pousse le bonheur ». Le récit de cette course au bonheur pointe du doigt l’incapacité à se contenter de ce que l’on a et démontre que l’envie mène à une perte inévitable. Leçon facilement transposable par le jeune lecteur à des situations proches de lui.

La drôle d’évasion, Séverine Vidal

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 30 Octobre 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse, Sarbacane

La drôle d’évasion, illustrations de Marion Puech, août 2014, 160 pages, 9,90 € . Ecrivain(s): Séverine Vidal Edition: Sarbacane

 

 

Une nouvelle pépite dans la collection « Pépix » pour cette rentrée : La drôle d’évasion, un roman d’aventures à San Francisco, à la prison d’Alcatraz, plein de rebondissements et d’humour !

Mais que peut bien faire un gamin d’aujourd’hui dans la célèbre prison, vous demanderez-vous avec raison ? Zach est un garçon comme bien d’autres, la tête emplie des exploits de personnages célèbres ou fictifs dont il s’inspire pour imaginer ses propres aventures imaginaires.

« À force de tourner des pages et des pages, je suis devenu – entre autres : Zachary le Vaillant un chevalier de la table ronde ; ZACH-SANS-PEUR, un pirate des mers du Sud ; ou encore PLUME ÉTANCHE, un chef indien de la tribu Navajo ! Toute une bande de héros à moi tout seul ».

Poupoupidours, Benjamin Chaud

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 28 Octobre 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse

Poupoupidours, Hélium, septembre 2014, 32 pages, 15,90 € . Ecrivain(s): Benjamin Chaud

Petit ours est de retour pour une nouvelle aventure, aussi pleine d’une jubilante fantaisie et d’une douce atmosphère que les précédentes. Son créateur Benjamin Chaud lui offre une rencontre de taille puisqu’il le confronte avec le monde fabuleux du cirque.

Petit ours part pour une simple promenade où l’on ressent les plaisirs éprouvés par l’ourson : « C’est le soleil qui éclaire un chemin, un chemin que Petit ours n’avait pas encore vu. Un chemin qui sent bon la noisette et qu’il a terriblement envie de suivre ». Une découverte en amenant une autre, il poursuit sa route, ouvert à toutes les sensations, à toutes les curiosités ; jusqu’au moment où, intrigué, il plonge dans un trou qui l’amène vers une grotte…

Et soudain, le voilà arrivé en plein milieu d’un campement réunissant de bien étranges individus, « une faune d’artistes en pleine préparation ». Or, derrière le rideau qui s’ouvre sur le chapiteau, Petit ours croit apercevoir « le popotin de Papa ours ». Il n’a pas rêvé, voici Papa ours, tout en haut des gradins, parmi les spectateurs, « coiffé d’un très joli chapeau pointu ». Mais que peut-il faire là ? Petit ours part à la poursuite de son Papa qui enchaîne les numéros, d’une double page à l’autre, entre les acrobates, les pyramides de tigres et les animaux à roulettes. Mais ne dévoilons pas toutes les surprises cachées sous le grand chapiteau du cirque…

La Gueule du loup, Marion Brunet

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 23 Octobre 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse, Sarbacane

La Gueule du loup, août 2014, 232 pages, 15,50 € . Ecrivain(s): Marion Brunet Edition: Sarbacane

 

La Gueule du loup nous propose un récit complexe qui bascule d’un genre à l’autre, sans crier gare, du récit de voyage au thriller, du roman psychologique au récit initiatique. La page d’ouverture laisse entendre qu’un drame angoissant se déroule et cette ombre planera sur tout le récit qui commence pourtant de façon légère : Lou et Mathilde s’offrent des vacances au bout du monde avant d’entrer dans l’univers des adultes.

« ‒ Une vraie pause avant la fac, Lou ! On lâche les connards du lycée ! Nous deux, en maillot sur une pirogue à balancier, au milieu d’un lagon de pub pour gel-douche.

Voilà. C’est comme ça qu’elles sont arrivées là toutes les deux, en maillot sur une pirogue à balancier, au milieu d’un lagon de pub pour gel-douche.

Lou écrase sa clope au fond de la pirogue. Mathilde nage vers elle, la tête immergée, son tuba dressé fièrement vers un ciel sans nuage. Elle se cogne dans le bois du balancier et surgit en crachotant ».