Identification

Les Livres

Naissance d'un pont, Maylis de Kerangal

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 05 Mars 2011. , dans Les Livres, Recensions, Verticales

Naissance d'un pont. 2010. 317 p. 18 € 90 . Ecrivain(s): Maylis de Kerangal Edition: Verticales

Le dernier roman de Maylis de Kerangal constitue une véritable gageure pour le lecteur : l’auteure l’invite en effet à suivre les étapes de la construction d’un pont gigantesque au-dessus du fleuve qui borde la fictive ville de Coca, aux Etats-Unis. Or, malgré un tel synopsis, l’ouvrage ne s’adresse en rien à des spécialistes des techniques de construction, ni aux amateurs de bâtiments insolites, quoiqu’il manie avec brio  jargons divers et détails professionnels. En revanche, il plaira à ceux qui aiment le corps à corps avec une écriture qui a du chien et qui renouvelle description et imbrication des récits, à ceux qui aiment se faire capter par des personnages inédits à qui l’auteure sait garder une part de mystère.

Naissance d’un pont est construit comme un scénario percutant, au rythme savamment maîtrisé et distille la saveur d’un style singulier, consistant et changeant comme les visages du fleuve. Il était une fois Coca en quelque sorte… Le projet est évoqué à travers des tranches de vie témoignant à la fois d’un quotidien répétitif et ménageant des rebondissements efficaces.

Robert Darnton et la bohème littéraire

Ecrit par Eddie Breuil , le Samedi, 05 Mars 2011. , dans Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, USA, Gallimard

. Ecrivain(s): Robert Darnton Edition: Gallimard

Les éditions Gallimard ont traduit, cette année, deux importants essais de l'universitaire américain Robert Darnton. Ces deux publications ont des préoccupations identiques : s'intéresser à un ensemble de documents condamnables – au regard des lois de l'époque – s'étalant jusqu'à la Révolution Française. La démarche consiste à donner un nouvel éclairage sur un corpus rarement étudié et qui a très certainement eu plus d'écho – sur cet épisode qu'est la Révolution Française – que les idées des Lumières au premier rang desquels on situe certainement de façon exagérée Voltaire. L'un des principaux mérites des recherches de Robert Darnton est d'éviter le recours aux idées reçues, et malgré sa rigueur, certains mythes qu'il contribue à défaire auront encore de beaux jours devant eux : ainsi de Voltaire, qui est encore perçu comme un précurseur, et ce même dans certains comptes-rendus de l'ouvrage de Darnton ! Ce qui, au passage, est probablement du à l'ironie supposée de Voltaire : en l'invoquant, on peut s'arranger en faisant dire toujours le contraire à un propos de Voltaire.

Le point essentiel des ouvrages de Darnton est évidemment la nature même des libellés. Comment est née cette littérature scandaleuse, politique, pornographique ou insultante ?

Voix du Futur

Ecrit par La Rédaction , le Dimanche, 20 Février 2011. , dans Les Livres, Science-fiction, Bonnes feuilles, La Une Livres

"Voix du Futur" (éd. Les Moutons électriques. 2010). Entretiens avec 8 auteurs de SF. 416p. 26 €

Interview d'AYERDHAL par Richard Comballot


Concernant la création du personnage de Ann X, tu as révélé : « J’ai travaillé pour des associations qui s’occupaient d’enfants violés. […] L’idée est venue de la rencontre avec des gens qui avaient subi ce genre de violence et de ce qui leur est arrivé. »


Tous mes bouquins ont été écrits à partir de mes rencontres, de mes lectures, de la vie. Après, il y a un gloubiboulga qui se fait dans mon cerveau, des personnages apparaissent. Lorsque j’en ai plusieurs, je me dis qu’il faudrait que je m’y mette… Si tu réussis tes personnages, tu as gagné.


Lettres en provenance de la nuit, Nelly Sachs

Ecrit par Anne Morin , le Jeudi, 17 Février 2011. , dans Les Livres, Recensions, Langue allemande, Editions Allia

Lettres en provenance de la nuit Ed. Allia, 86 pages. 6€,10 . Ecrivain(s): Nelly Sachs Edition: Editions Allia

C'est un tout petit livre, étroit comme la porte de Gide, et on en sort éclaté, transfiguré. Imprégnation et fulgurance. Rarement ici, souvent là-bas, c'est-à-dire autrefois, jadis, dans des temps immémoriaux, bibliques, et aussi plus loin, plus haut, par-delà, au-delà de l'échelle, dans le monde de l'âme, en tant que poète, bien sûr, mais aussi en tant qu'espérante, aspirante. Nelly SACHS… Et toujours dans le feu, apprendre, comme Marina TSETAIEVA, qu'il est lumière avant d'être brasier. Eclair (ant), jamais consumant.

On en ressort dépouillé, on a fait don de sa peau d'homme - de femme -.

Mais Nelly SACHS n'est pas qu'un esprit, mais si près de basculer qu'elle a fait des séjours "internés". On ne sauve (garde) pas la flamme, les mots qu'elle jette au-devant d'elle pour trouver, comme dans les contes russes, au bout, l'issue, le bout de la quête, l'extrême, jamais la vengeance, jamais l'amertume, la "nostalgie de la mort", comme passage, révélation, retrouvailles.

De L'autofiction comme outil herméneutique, Thomas Carrier-Lafleur

Ecrit par Arnaud Genon , le Jeudi, 17 Février 2011. , dans Les Livres, Livres décortiqués, Essais

Une philosophie du « temps à l'état pur ». L'autofiction chez Proust et Jutra, Laval, Presses de l'université Laval, coll. « Zêtêsis », 2010, 220 p. 30 € . Ecrivain(s): Thomas Carrier-Lafleur

L’autofiction, après avoir été considérée comme un « mauvais genre1 » nourrit de plus en plus régulièrement le champ de la théorie littéraire. Le mot vient désormais s’appliquer à de véritables monuments comme l’œuvre proustienne ou à d’autres médias artistiques tels que le cinéma2. Que l’on considère la « chose » comme un genre littéraire, comme une posture énonciative ou un concept, elle est dans tous les cas un moyen d’interroger le sujet, de renouveler son questionnement à l’ère de la crise qu’il traverse depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Considérée de cette manière, l’autofiction amène le critique à approcher ce qui touche à la philosophie, ainsi que le remarque justement Thomas Carrier-Lafleur dans l’avant-propos de la présente étude: « L’esthétique du je, la déconstruction du sujet, sa reconstruction, de même que son interprétation sont des notions philosophiques clés pour comprendre l’autofiction » (p.10).