Identification

Côté écrans

Poésie et cinéma, entretien avec Matthieu Gosztola Questions posées par Béatrice Bonhomme

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 03 Mai 2018. , dans Côté écrans, Les Dossiers, La Une CED, Entretiens

 

– Quand et avec qui allez-vous au cinéma (seul, en couple, en famille, avec des amis…) ?

 

En matinée (souvenir inoubliable, enfant, de La Nuit du chasseur de Laughton) ou le soir. Plus souvent le soir. Seul ou en couple. Mais être au cinéma, dans ce noir chaud, accueillant, qui est (excitation et légère angoisse) comme le prélude d’une survenue, d’un accouchement miniature (l’accouchement d’une émotion), être au cinéma, c’est : ne jamais être seul, n’est-ce pas ? Puisque l’émotion que l’on éprouve est à la fois hautement singulière et universelle, étant partagée, du moins supposément, par toutes les personnes présentes. L’on est tous ensemble, toujours, et la solitude à laquelle nous convie la salle de cinéma, lorsque l’on y va seul, nous le fait confusément sentir, ressentir, à chaque instant, même quand cette constatation n’affleure pas, n’embrasse pas la conscience mais demeure nichée dans le profond inintelligible. Être au cinéma me fait toujours songer au sermon de John Donne mis en exergue par Hemingway dans Pour qui sonne le glas : « La mort de tout être humain me diminue, / Car je suis concerné par l’humanité tout entière ».

Rencontre avec Laurent Schérer, créateur de la plate-forme Chacun cherche son film, par Sylvie Ferrando

Ecrit par Sylvie Ferrando , le Mercredi, 07 Mars 2018. , dans Côté écrans, Les Dossiers, La Une CED, Entretiens

 

Rencontre avec Laurent Schérer, créateur de la plate-forme Chacun cherche son film, site internet dédié au cinéma indépendant et présenté à la presse le 18 janvier 2018 au cinéma Le Majestic Passy à Paris

 

1/ Comment vous est venue l’idée de créer ce site ? Etait-ce pour faire de la concurrence à Allociné ? Pour concevoir un site plus complet, une véritable base de données cinématographiques ? Pour lancer un travail d’équipe ?

 

En fait, je dis toujours en introduction que je suis parti du constat suivant : je déteste me trouver tout seul dans une salle obscure. Je suis cinéphile et je trouve dommage que certains films que je trouve intéressants, voire géniaux, ne rencontrent pas leur public. J’étais prof de lettres et à la mort de mon père en 2010 j’ai décidé de reprendre la compagnie de production Eric Rohmer, que mon père avait créée, et j’ai passé un master de production cinématographique.

David Lynch, Twin Peaks, The Return, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 09 Novembre 2017. , dans Côté écrans, Les Chroniques, La Une CED

David Lynch, via la troisième saison de sa mythique série, dilatant et le temps* (en témoignent les si nombreuses répétitions, l’ineffable longueur de certains plans…) et l’espace (expliquer en quoi, serait déflorer l’inconnu), nous invite à vivre – grâce à cette forme d’immersion que provoquent la bande-image et la bande-son – une expérience, dans une forme de lâcher-prise, et non à être dans la position d’un spectateur recomposant patiemment, épisode après épisode, un savant puzzle.

Lynch nous invite, avec les moyens (relativement innombrables) que lui offre la série, à renoncer au désir de comprendre. À ce grand, profond désir qui nous anime, face à toute narration, serait-elle éclatée. Dévoyant, d’expérimentale manière, le précepte en germe dans Mulholland Drive (qui devait déjà être, à la base, une série) comme quoi une clé présentée comme signe, comme indice, devrait immanquablement, en ouvrant quelque chose, dénouer un mystère (alors qu’il s’agit bien plutôt de façonner le mystère).

Jusque dans l’horreur, la série est (et l’usage des synonymes est, ici, de rigueur) grotesque, bizarre, insolite, déroutante, fantasque, fantastique, drôle, abrupte, comique, farfelue, changeante, déconcertante, monstrueuse, bizarroïde, amusante, anormale, étonnante, abracadabrante, baroque, loufoque, belle, dérangée, biscornue, brindezingue, insensée, cocasse, hallucinée, curieuse, déséquilibrée, excentrique, extravagante, fêlée, fantaisiste.

La Grande Bellezza : Quand la nostalgie se pétrit dans le regard au loin

Ecrit par Nassim Achour , le Mercredi, 06 Janvier 2016. , dans Côté écrans, Les Chroniques, La Une CED

 

« Quand je suis arrivé à Rome à 26 ans, je me suis précipité assez tôt, sans presque m’en rendre compte, dans ce que l’on peut définir comme le tourbillon des mondanités. Je ne voulais pas être simplement un mondain, je voulais devenir le roi des mondains, et j’y suis parvenu. Je ne voulais pas seulement participer aux soirées, je voulais avoir le pouvoir de les gâcher ».

Jep Gambardella

Il y a des œuvres en cette époque – la plupart même – portées sur le médiocre, le fastidieux, sur l’inutile. Une œuvre n’est-elle pas faite inutilement et pour rien pensons-nous ? Certainement. Toutefois, ce qui reste agréable dans l’inutile de bonne qualité, c’est la capacité à rompre le blet pour rajeunir le teint sur fond de sourire intérieur. La beauté jointe à l’éclat provoque un sentiment, et le fait sortir de son terreau pour le donner en spectacle au corps. De même qu’une œuvre écrite comme le pensaient Bataille et Barthes, une œuvre cinématographique se doit aussi d’être érotique, érotique en ce qu’elle raconte, érotique en ce qu’elle suscite.

Rohmer en poèmes (24) Pauline à la plage

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Lundi, 05 Octobre 2015. , dans Côté écrans, Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Pauline avec son livre,

A l’écart,

Très précisément à l’écart,

C’est-à-dire restée près des autres,

Tout près,

Juste un pas de côté,

Un pas de côté que fait la chaise (avec son osier),

La chaise qu’elle a choisie

Pour s’asseoir.