Identification

Amérique Latine

Gîtes, Julio Cortazar

Ecrit par Cathy Garcia , le Mardi, 24 Juillet 2012. , dans Amérique Latine, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Nouvelles, Gallimard

Gîtes, trad. de l’esp. par Laure Bataillon, Gallimard, Collection L’imaginaire, Mai 2012, 280 p. 9,50 € . Ecrivain(s): Julio Cortázar Edition: Gallimard

 

Ce qu’il y a de fascinant dans les nouvelles de Cortázar, très représentatives de la riche littérature fantastique latino-américaine, c’est qu’elles partent quasi toujours du quotidien, de situations des plus banales, et puis, comme si la réalité commune n’était protégée que par un voile extrêmement ténu, soudain par une brèche, une faille, une déchirure, elle est envahie ou insidieusement pénétrée par d’autres réalités bien plus sombres et menaçantes, où évoluent des créatures dangereuses, effrayantes, ou pire encore. Elles montrent à quel point notre normalité, finalement, tient à peu de chose et qu’un rien peut nous faire basculer dans la folie, attiser nos pulsions les plus obscures, les plus animales, comme la statuette qui rend fou et sanguinaire dans L’idole des Cyclades et Les ménades, où un chef d’orchestre paye cher et probablement en chair, son moment de gloire, quand le concert classique se transforme en orgie carnassière, sous la conduite d’une femme vêtue de rouge. Le talent de Cortázar n’est plus à démontrer, et bien que les nouvelles de Gîtes, dont certaines figurent également dans d’autres recueils, commencent à dater – première parution chez Gallimard en 1968 – elles n’ont pas pris une ride. Elles se lisent avec toujours autant d’intérêt, de frissons et de plaisir.

Sept façons de tuer un chat, Matías Néspolo

Ecrit par Cathy Garcia , le Dimanche, 10 Juin 2012. , dans Amérique Latine, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Thierry Magnier

Sept façons de tuer un chat, trad. de l’espagnol (Argentine) par Denise Laroutis, 2012, 254 p. 22,30 € . Ecrivain(s): Matias Nespolo Edition: Thierry Magnier

 

Cette histoire est un premier roman plutôt réussi. Un récit nerveux, sec, dense et noir, qui laisse peu de place à la respiration, très vivant aussi grâce aux très nombreux dialogues dans lequel le traducteur retranscrit le style et le ton du lunfardo, l’argot de Buenos Aires. Le Gringo celui qui raconte et Chueco, le Tordu, son copain d’infortune, sont deux adolescents, mais l’âge ici a peu d’importance, on vit vite et on meurt tôt dans ce bidonville en périphérie de la capitale argentine. L’existence est un rouleau compresseur, misère, violence, corruption en guise de sainte trinité, et toute tentative pour sauter hors du bocal est vouée à l’échec. Pas d’espoir pour ceux et celles qui sont nés du mauvais côté, parents perdus très vite, la petite rapine de survie quand elle ne conduit pas au trou, mène en chute libre dans la guerre des dealers. Chueco le Tordu n’y échappera pas. L’amitié ici est fragile, à la merci de n’importe quelle trahison et l’amour n’y a pas sa place. Même sur le point de passer son bac, la jeune Délia dont Le Gringo est amoureux, n’échappera pas au droit de cuissage de Jetita, un chef de gang. Le trottoir et les coups sont la destination souvent finale des filles et femmes de ces quartiers. Drogues, alcool sont les seules et illusoires portes de sortie de cet enfer et Mamina, une vieille, pauvre mais courageuse femme, tente de redonner un peu de dignité à ces gamins de la rue en les recueillant et les élevant comme elle peut.

Piercing, Viviana Lysyj

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 30 Juillet 2011. , dans Amérique Latine, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Le Serpent à plumes

Piercing, traduit de l’espagnol (Argentine) par Henri Müller, 2011, 279 p. 22 €. . Ecrivain(s): Viviana Lysyj Edition: Le Serpent à plumes


Piercing nous emporte au cœur d’une famille argentine dans une fresque sensuelle et féroce. Toutes les générations y sont confrontées aux questionnements, aux déboires et aux plaisirs d’une sexualité qui se plaît à dévoiler la vérité des êtres. La petite part à la découverte des mystères du baiser, la grande explore d’autres territoires en compagnie d’un amoureux ou d’un inconnu. La mère et le père soignent leur crise de la quarantaine par de brèves liaisons. Tantes et oncle touchent aux limites de leurs choix : virginité à trente ans, impossibilité de garder un amant…

Chacun s’embarque pour un voyage initiatique où les réponses s’esquissent dans l’écoute du corps, dans l’émergence du désir, dans le lâcher-prise. Que trouve-t-on au bout de cette quête ? Un baiser avec piercing ou un fabuleux œuf de dinosaure.