Identification

Russie

Potemkine ou le troisième coeur, Iouri Bouïda

Ecrit par Yann Suty , le Mercredi, 25 Janvier 2012. , dans Russie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Gallimard

Potemkine ou le troisième cœur. Traduit du russe par Sophie Benech, janvier 2012, 162 p. 17,50 € . Ecrivain(s): Iouri Bouïda Edition: Gallimard

Quand un film change une vie.

Paris, 1926. En prenant son ticket de cinéma pour aller voir l’une des toutes premières séances du Cuirassé Potemkine, de Sergueï Eisenstein, Fiodor Ivanovitch Zavalichine, dit Théo, n’imaginait pas que « soixante quinze minutes après le début de la séance, sa vie allait connaître un changement irréversible. »

En tant que militaire, il avait participé à la répression de 1905 et « c’est seulement alors, en découvrant sur l’écran sur qui il avait tiré bien des années auparavant, que cet homme dit avoir compris l’horreur du crime auquel il avait participé sans s’en rendre compte ».

Il se rend à la police en se déclarant coupable d’avoir commis un crime épouvantable.

« Un hasard m’a ouvert les yeux et j’ai compris que j’étais un criminel. J’ai commis un crime, il y a vingt et un ans, et je viens seulement de l’apprendre… A l’époque, je croyais juste exécuter un ordre. Je croyais tirer sur des insurgés, et voilà que maintenant, j’ai découvert que ce n’étaient pas des insurgés, mais des femmes et des enfants. »

Dimitri Mérejkovski, Mystères d'Orient et d'Occident ...

, le Lundi, 07 Mars 2011. , dans Russie, Les Livres, Critiques, L'Âge d'Homme

Les Mystères de l'Orient, Egypte-Babylone, Dimitri Mérejkovsky, Editions Delphica / L'Age d'Homme, 2010, 297 p. 28 € . Ecrivain(s): Dimitri Merejkovski Edition: L'Âge d'Homme

« Si, en entrant aujourd'hui dans une société de gens « comme il faut », vous faisiez le signe de la Croix, on vous prendrait, dans le cas le plus favorable, pour un fou et, dans le pire, pour un imposteur. Je ne suis pas un imposteur : ce que je fais actuellement m'est trop préjudiciable. Celui qui écrit veut avoir des lecteurs, car « il n'est pas bon pour l'homme d'être seul », surtout en matière de religion. L'écrivain aime son oeuvre comme son enfant, et voici qu'aux yeux de la plupart de mes lecteurs, en mettant mon livre au nom de la Sainte Trinité, sous le signe de la Croix, je le détruis aussi sûrement que si je le jetais au feu. Mais qu'y faire ? Je ne puis agir autrement. Je fais ce petit sacrifice à ce qui est tout mon amour, toute ma foi. Que ce livre, mon enfant, se consume donc, infime holocauste à la gloire des Trois ! » (p.7)

Première partie du maître ouvrage de Dimitri Mérejkosky, Atlantide-Europe ou le Mystère de l'Occident, Les Mystères d'Orient forme pourtant un texte suffisamment puissant par lui-même. Hymne à l'incompréhensibilité trinitaire, se formant en trois parties (en comptant la détonante préface) ces lignes tracent la carte d'un invisible voyage au cours duquel l'Egypte antique et Babylone nous deviennent spirituellement contemporaines.