Identification

Documents

Les Degrés de l’incompréhension, Max de Carvalho

Ecrit par Didier Ayres , le Vendredi, 07 Novembre 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

Les Degrés de l’incompréhension, Max de Carvalho, éd. Arfuyen, octobre 2014, 158 pages, 14€

 

« alors l’heure en elle-même s’efface »

Comment aborder l’étude de ce beau livre des Cahiers d’Arfuyen, qui sort de la plume de Max de Carvalho, le traducteur de Herberto Hélder, le grand poète portugais ? Oui, comment en venir à l’essentiel, à ce qui reste de l’écume du temps et du poème ? Comment décrire le précipité – au sens des sciences physiques – des sentiments que j’ai éprouvé à la lecture de ce recueil de vers ? Et bien d’abord en regardant la scansion, comment l’ouvrage est élaboré en parties, titres, sous-parties, sous-titres qui, pour finir, dresse un tableau d’aspect proustien, qui m’a beaucoup touché.

Quand la politique tue, Dominique Labarrière

Ecrit par Vincent Robin , le Jeudi, 06 Novembre 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

 

Quand la politique tue, Dominique Labarrière, La Table Ronde, octobre 2014, 160 pages, 16 €

 

La place éminente occupée par eux sur le devant de la scène publique et leur disparition subite sous forme d’un rendez-vous inopiné avec la mort sont les marques premières qui les assemblent. A des degrés d’implication différents mais avec une même appartenance au monde politique, tous également se sont révélés par une notoriété ressortie du contexte français de la République. A partir de là, mais à des moments distincts et pour des motifs séparés, se voit leur convergence vers un sort unique : une mort non point scellée par la maladie ou l’accident fatidique, celle que réserva autrement la brutalité du suicide ou de l’attentat.

La Durance, terre de polar : Week-end Polar de Noves du vendredi 7 au lundi 9 novembre

Ecrit par Marc Ossorguine , le Mardi, 04 Novembre 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

En matière de polar et de salon, il y a toujours les grands événements dont on parle, beaucoup. Et puis il y a ceux dont on parle moins, ou pas, un peu à l’écart des grandes routes de l’édition, un peu trop hors saison, mais tout de même fréquentés par des grandes et des grands. Voire par des très grandes et des très grands, qui sont beaucoup plus accessibles dans ces vrais lieux de rencontre entre lecteurs et écrivains, à distance des grosses foires promotionnelles. Le « week-end polar » de Noves est de ceux-là, ne revendiquant d’ailleurs ni le titre de salon, ni celui de foire ou de festival.

Jamais entendu parler de Noves (et encore moins de son week-end) ? Cela ne constitue pas vraiment un délit. Encore que… Quand vous saurez qui y sera le 2e week-end de novembre, du 7 au 9, il est bien possible que vous envisagiez le déplacement vers ce village situé à mi-chemin entre Avignon et Cavaillon et où vous pourrez rencontrer quelques spécialistes es-polar, au masculin comme au féminin : Gilles del Papas, Laurence Biberfeld, Gildas Girodeau, Florence Brenier, Maurice Gouiran, Jean-Hugues Oppel, Ingrid Astier, André Fortin… 14 auteurs sont annoncés. 14 plumes, comme on dit, qui sont de celles qui font l’honneur de la littérature dite « populaire » et pour qui le polar est aussi, peut-être même d’abord, une forme d’engagement qui permet de montrer et dire les réalités de notre monde : sociales, politiques, économiques ou écologiques, du local au global.

Samouraï, 1000 ans d’histoire du Japon, au musée d’Histoire de Nantes

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Mercredi, 29 Octobre 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED, Entretiens

 

« La fleur des fleurs est le bourgeon de la fleur du cerisier – le samouraï est l’homme parmi les hommes ».

 

Pour sa grande exposition annuelle, le musée d’Histoire de Nantes du Château des ducs de Bretagne, avec le partenariat exceptionnel du musée-château d’Osaka, le musée national des Arts asiatiques – Guimet, le musée Stibbert, et l’apport d’une dizaine de collections de privés, françaises et étrangères, présentent l’évènement : Samouraï, 1000 ans d’histoire du Japon, jusqu’au 9 novembre 2014.

Entre modernité et altérité, plus de 400 objets historiques et l’esprit du Sarinagara permettent à cette exposition de rendre accessible à tous un monde flottant. A travers l’âme d’une nation, c’est la noblesse et toutes les poésies de l’envoûtante culture du Japon d’hier et d’aujourd’hui qui ont pris leurs quartiers dans ce fief ducal et royal de Bretagne.

Festival du livre « D’une mer à l’autre », de Collioure

Ecrit par Marc Ossorguine , le Lundi, 01 Septembre 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

Que l’on considère le festival du livre de Collioure comme la dernière manifestation littéraire de l’été ou la première de la rentrée, peu importe au fond, la vraie originalité de ce festival c’est qu’il est à la fois marin, catalan et littéraire.

Catalan, car nous sommes en terre catalane, et il y aura des invités venus de Barcelone. Marin et littéraire car ouvert sur la grande bleue et au-delà et attentif à l’avenir du livre et de l’édition. Cet enracinement et cette ouverture sont deux des fils conducteurs de ce festival qui fait peau neuve, avec une nouvelle équipe et un nouveau calendrier.

Au programme de ce nouveau cru, soigneusement élaboré, le centenaire d’un enfant d’adoption du pays, l’écrivain Patrick O’Brian qui adopta Collioure dès 1949 et qui y repose aujourd’hui avec son épouse. Si ses premiers romans et nouvelles publiés l’ont été dès les années 30, sous son « vrai » nom, Patrick Russ (romans maritimes, mais aussi de voyage ou d’espionnage), c’est sur les bords de la grande bleue avec un pseudonyme irlandais qu’il écrivit les aventures maritimes et napoléoniennes du Capitaine Jack Aubrey et de son médecin de bord, Stephen Maturin.