Identification

Documents

Un Batman dans ta tête de David Léon

Ecrit par Marie du Crest , le Vendredi, 11 Avril 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

La baignoire de Matthieu

Onzième

 

A Hélène Soulié

 

Il est entré, côté jardin, je l’ai vu passer près de moi, inconnu encore. Il est jeune homme en short, en tee-shirt et il marche pieds-nus comme s’il allait vers une plage du nord. Tout est noir comme chaque fois au théâtre mais une flaque sur le plateau s’anime des reflets rouges et jaunes d’un soleil, d’une lumière de projecteur. Hélène Soulié a fermé la porte de la salle.

Salon du livre 2014 - Les lettres Argentines à l’honneur

Ecrit par Laurence Biava , le Lundi, 31 Mars 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

Ce passé qui ne passe pas, on comprend qu’il pèse. Qu’il pèse comme un couvercle sur l’imaginaire des écrivains argentins contemporains. Longtemps, oui, ce passé fut tu.

Aujourd’hui, la brèche est largement ouverte et cette littérature qui fouille les années noires a explosé. Non seulement elle a explosé mais elle a exploré et fouillé dans tous les genres : récit historique, roman, poésie, bande dessinée, jeunesse.

Au Salon du Livre de Paris 2014, la France et l’Argentine, invitée d’Honneur du Salon, ont mesuré leurs nombreuses histoires en partage, qui, depuis longtemps, cultivent la diversité et le bouillonnement. Cette actualité fut l’occasion de porter des regards croisés sur la création littéraire argentine et les écrivains adulés dont les œuvres circulent entre les deux pays.

Il y eut d’abord une présentation de l’anthologie des Lettres argentines en France, une anthologie à deux versants qui montrent les échanges culturels entre la France et l’Argentine depuis l’Indépendance et les grands voyageurs du XVIIème siècle jusqu’à Borgès, Cortazar, etc.

Tourisme, littérature, culture : les Paris numériques et interactifs

Ecrit par Elisa Amaru , le Mardi, 04 Mars 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

En 2014, beaucoup se cherchent parmi les professionnels de secteurs culturels détachés du tourisme, de la littérature, ou de l’information. Certains se trouvent. Ce sont des hommes, des femmes venus d’horizons lointains, de formations diverses, mais qui ont tous en commun la certitude d’être à un carrefour. Et quel meilleur carrefour dans une vie que Paris ? Inspirés par la modernité, pensés dans un but de diffusion au plus grand nombre, leurs initiatives et leurs choix les ont poussés sur l’échiquier interactif du numérique. Deuil du papier ? Adieux aux outils « physiques » voués à l’obsolescence rapide ? Le Mot et la Chose est parti à la rencontre de trois nouveaux acteurs qui incarnent, chacun à leur manière, la révolution digitale en pratique. Plus une pépite de lecture interactive et un papetier de référence, preuves que le papier a encore de beaux jours d’échange et de partage devant lui !

 

Blue Lion Guides : promenades parisiennes à la demande

Henry Miller et Anaïs Nin : « A comme Anaïs » au Théâtre Le Poche à Genève

Ecrit par Valérie Debieux , le Mercredi, 05 Février 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

« Je viens seulement de prendre conscience que tu représentais le monde entier pour moi. Lorsque j’ai parlé avec désinvolture de mon autonomie, je fanfaronnais. Je suis complètement désorienté. Je t’aime ».

Henry Miller

« […] Tout ce que je fais sans sentiment n’a pas de valeur ».

Anaïs Nin

Françoise Courvoisier, auteur, metteur en scène, comédienne et directrice du Théâtre Le Poche à Genève, signe une délicieuse adaptation de cette correspondance entre Anaïs Nin et Henry Miller. Un théâtre intimiste pour une écrivaine intimiste. Difficile de piocher dans cet échange passionné et pourtant, un challenge plus que réussi. Une mise en scène rythmée, tonique et brillamment interprétée par Frédéric Landenberg qui campe un génial « écrivain-gangster » et par Olivia Csiky-Trnka, qui redonne, sur scène, une âme à Anaïs Nin, à travers laquelle se dégagent toute la sensualité, fragilité et force de cette sublime écrivaine d’avant-garde.

Remise du Prix Mémoire Albert-Cohen 2013, 1ère Edition

Ecrit par Laurence Biava , le Lundi, 03 Février 2014. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

au Conseil Constitutionnel, mercredi 22 janvier 2014

 

La Cause Littéraire avait l’insigne honneur d’être conviée au Conseil Constitutionnel pour la remise du Prix Mémoire Albert Cohen 2013, dont c’est la première édition. J’étais particulièrement heureuse d’être présente ce soir-là pour représenter ces deux nobles Causes admirablement, et forcément liées. La littéraire. Et l’humaniste.

A l’initiative de la Fondation Mémoire Albert Cohen, fut créé le Prix littéraire « Mémoire Albert Cohen » afin de récompenser un roman écrit en français paru au cours de l’année 2013, interrogeant la figure de l’étranger, à l’instar de l’œuvre littéraire et de l’héritage intellectuel et humaniste d’Albert Cohen, en sa qualité de fonctionnaire international ayant promu les droits des réfugiés et des apatrides dans l’immédiat après-guerre.