Identification

Côté Arts

Un peu de beauté (4ème et dernière partie)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 26 Juin 2015. , dans Côté Arts, Les Dossiers, Etudes, La Une CED

 

Réalisme symbolique (19ème siècle)

Portrait de la sœur de l’artiste (1887, 96x74,5 cm) (1) de Fernand Khnopff (1858-1921)

Quand l’artiste Fernand Khnopff peint sa sœur Marguerite, son double, une jeune fille énigmatique apparaît, en pied, dans une robe immaculée. 400 ans plus tard, telle La Dame à la Licorne de Raphaël, elle ne nous livre qu’une part d’elle, une bouche fermée, un regard fuyant et un visage tourné sur le côté. Elle tient son bras ganté, ne dénude aucune partie de sa chair. La couture du milieu de la robe suture le buste, la poitrine haute. Tous les blancs – de l’ivoirin des longs gants au laiteux de l’étoffe – sont traités de manière liliale. La sœur inspiratrice du Beau s’élève comme une colonne lactescente, dans un environnement clair où, à la hauteur du cœur, un objet rond, en or, est accroché au mur.

Un peu de beauté (1ère partie)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 05 Juin 2015. , dans Côté Arts, Les Dossiers, La Une CED

 

 

« Est beau ce qui est connu sans concept comme objet d’une satisfaction nécessaire »

(Critique de la faculté de juger, Emmanuel Kant)

 

« Sans doute des jeunes gens avaient surgi qui aimaient aussi la peinture mais une autre peinture, et qui n’avaient pas comme Swann, comme M. Verdurin, reçu des leçons de goût de Whistler, des leçons de vérité de Monet, leur permettant de juger Elstir avec justice. Aussi celui-ci se sentait-il plus seul à la mort de M. Verdurin avec lequel il était pourtant brouillé depuis tant d’années, et ce fut pour lui comme un peu de la beauté de son œuvre qui s’éclipsait avec un peu de ce qui existait, dans l’univers, de conscience de cette beauté »

(Le Temps retrouvé, Marcel Proust)

Backstage Cirque du Soleil

Ecrit par Elisa Amaru , le Lundi, 20 Avril 2015. , dans Côté Arts, Les Dossiers, La Une CED

 

Backstage Cirque du Soleil, éd. Assouline, mars 2015, photographies Véronique Vial, préface Guy Laliberté, éd. bilingue français-anglais, 200 ill., 232 pages, 65 €

 

Les éditions Assouline célèbrent le 30e anniversaire du Cirque du Soleil avec un beau livre en forme d’hommage. L’occasion d’un retour en images solaire qui lève le rideau sur les artisans du rêve avec plus de 200 clichés rares ou inédits de la photographe Véronique Vial, qui signe ici son 6e livre photo sur la plus mythique des troupes circassiennes !

Complice des aventures backstage du Cirque du Soleil depuis 25 ans lors du spectacle Nouvelle Expérience, la française Véronique Vial s’installe à cette période à Los Angeles, en 1989, une ville qu’elle dit avoir choisi « pour sa lumière ». Elle poursuit : « à l’époque, un magazine m’avait envoyé faire un reportage au cirque et je suis tombée amoureuse de la troupe et de tout le chapiteau ! »

Max Rouquette ou la liberté de l’imaginaire Exposition de la Médiathèque centrale Émile Zola, Montpellier

Ecrit par Martine L. Petauton , le Lundi, 23 Février 2015. , dans Côté Arts, Les Chroniques, La Une CED

 

Très belle expo de Zola cet hiver, donnant, comme toujours ici, l’envie de lire, de découvrir plus loin, et, surtout, fournissant cette pépite si rare : un moment de pur bonheur, au milieu de documents précieux, de photos émouvantes, bercés par – voix off – cette langue, cette musique ! occitane qui est l’autre nom de Max Rouquette. 10 ans après sa mort, l’hommage est réussi ; beau, émouvant, porteur de la liberté de la poésie, magique, universel ; on peut sans craindre penser qu’il aurait aimé !

L’homme des vieilles pierres de Montpellier, mais aussi des garrigues et de leurs animaux : « Ara es vengut lo tems de la becassa / », traduisant Joseph d’Arbaud ; du Larzac mystérieux ; « il était une fois… / Là passe le grand vent de Dieu/ »… l’enfant écoutant les contes d’ici dans leur étrange langue, pour tellement plus tard – enfin, pas tant que ça – nous les redonner en poèmes ; le jeune médecin arpentant son pays d’Oc des ruelles de la ville, aux murailles de son Argelliers perché au-dessus des vignes…

La visibilité de l’image, Histoire et perspectives de l’esthétique formelle, Lambert Wiesing

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Mardi, 17 Février 2015. , dans Côté Arts, Les Chroniques, La Une CED

 

La visibilité de l’image, Histoire et perspectives de l’esthétique formelle, Lambert Wiesing, éd. Vrin, décembre 2014, traduit de l’allemand par Carole Maigné, 320 pages, 30 €

Qu’est-ce que la Beauté ?, René Villemure, Ebook, 2011

http://www.chasseursdetendances.net/ http://www.ethique.net/index.php/fr/

Photos ebook reproduites, Marc Michiels

 

Qu’est-ce que la Beauté ? / La visibilité de l’image, Editions Vrin

 

« La chair du monde décrit la visibilité et le devenir visible des choses même ».

B. Waldenfels