Identification

Sexe, Christophe Donner

Ecrit par Arnaud Genon 05.03.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Grasset

Sexe, janvier 2018, 272 pages, 19 €

Ecrivain(s): Christophe Donner Edition: Grasset

Sexe, Christophe Donner

 

A la fin de L’Image fantôme, Hervé Guibert eut cette jolie formule : « Il faut que les secrets circulent » (1). Elle pourrait résumer à elle seule le projet littéraire de Christophe Donner, initié avec Petit Joseph (Fayard, 1982) il y a 36 ans. Celui qui avait signé un essai intitulé Contre l’imagination (Fayard, 1998) n’a jamais eu pour sujet, à quelques exceptions près, que lui-même, sa famille et ses proches (et les proches de ses proches), non pas par narcissisme béat (loin de là), mais tout simplement parce que sa vie a souvent été plus romanesque que ne le sont beaucoup de romans qui se présentent comme tels. Christophe, le narrateur de Sexe, le remarque lui-même : comme dans toute bonne autofiction, « la réalité finit toujours par écraser la fiction ».

Sexe, c’est le roman que le narrateur tente d’écrire depuis plusieurs années, mais dont les différentes versions ne le satisfont jamais. C’est un peu le roman de Christophe Donner qui contiendrait tous les autres, qui les lierait, qui ferait de ses histoires passées une histoire, son histoire. Bien sûr, il n’est jamais question que d’amour. De la relation avec son amant mexicain, Moïse, avec qui il visite les backrooms du bar gay La Casita de Mexico, de sa difficulté à échanger avec lui autre chose que du sexe…

De leur rupture, à Paris, cinq plus tard, vécue par le narrateur comme une trahison. De la rencontre avec Dora, une productrice télé devenue depuis sa femme, et de la découverte d’un amour et d’une sexualité qui lui étaient jusque-là inconnus. Histoires d’amour mais aussi sombres histoires, celle de Raphael ami d’enfance du narrateur chez qui ses parents, en plein divorce, l’envoyèrent passer quelques mois alors qu’il était encore adolescent. Raphael aurait-il été la victime de Lou, son beau-père, sous l’œil complice de sa mère ? Au cœur de la trajectoire du narrateur, s’immiscent et resurgissent les secrets enfouis de son entourage. « Il faut que les secrets circulent »…

Car en effet, parler de soi, ce n’est en fait jamais que parler des autres, comme le narrateur le note lui-même : « Je peux vous dire qu’après tous les livres que j’ai écrits à la première personne, à la troisième personne, au présent, au passé, au masculin, ou au féminin (…) aucun ne m’a aidé à savoir qui j’étais, au contraire, ils ont chaque fois placé des écrans entre moi et ce que je croyais savoir de moi. D’ailleurs je ne parle de moi que pour mieux parler des autres ». Christophe Donner a de la chance, sa vie est un roman, ses proches, des « personnages en or massif » (2) aurait dit Guibert, à l’image de Farah, la mère de Dora, qui fait des pieds et des mains pour rencontrer le Pape François et les entraîne sur la place Saint-Pierre où le narrateur trouvera, comme par miracle, « la fin de (s)es malheurs ».

Enfin, Sexe, c’est aussi un roman sur l’écriture du roman en train de s’écrire, un retour constant au présent de la narration dans lequel le narrateur dévoile les secrets de son texte mais aussi de son corps pris dans une série d’accidents et de maladies et qui entame, à force de rendez-vous chez les spécialistes, d’analyses et de traitements, une véritable renaissance.

Avec Sexe, Christophe Donner signe un de ses meilleurs livres, parfaitement maîtrisé dans sa construction, dans l’équilibre du drame et de l’autodérision, dans le regard sur soi et celui porté sur les autres. Cette vie mise en roman qui n’en finit pas de s’écrire est toujours aussi séduisante et se bonifie avec le temps. Puisque le regretté Serge Doubrovsky nous a quittés en mars 2017, c’est peut-être désormais à Christophe Donner que doit revenir le titre de « Pape de l’autofiction ». Il porte cette écriture de soi dans ce qu’elle a de meilleur !

 

Arnaud Genon

 

(1) Hervé Guibert, L’Image fantôme, Minuit, 1981, p.170

(2) Hervé Guibert, A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, Gallimard, coll. Folio, 1993, p.274

 

  • Vu : 1160

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Christophe Donner

 

Né Christophe Quiniou en 1956, Christophe Donner est un écrivain, journaliste, critique littéraire et cinéaste français. Fasciné par les courses hippiques, il a été chroniqueur hippique à France-Soir avant de créer sa propre revue Of course, en 2003.

Il défend l’aspect autobiographique de ses livres dans Contre l’imagination, essai qu’il a fait paraître en 1998 chez Fayard.

Son roman Un roi sans lendemain a connu un grand succès public et critique lors de sa parution en 2007.

 

A propos du rédacteur

Arnaud Genon

Lire tous les articles d'Arnaud Genon

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : Littérature française et francophone

Genres : Littérature du "je" (autofiction, autobiographie, journaux intimes...), romans contemporains, critique littéraire, essais

Maisons d´édition : Gallimard, Stock, Flammarion, Grasset

 

Arnaud Genon est docteur en littérature française, professeur certifié en Lettres Modernes. Il enseigne actuellement les lettres et la philosophie en Allemagne, à l’Ecole Européenne de Karlsruhe. Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University), il est l´auteur de Hervé Guibert, vers une esthétique postmoderne (L’Harmattan, 2007), de L’Aventure singulière d’Hervé Guibert (Mon petit éditeur, 2012), Autofiction : pratiques et théories (Mon petit éditeur, 2013), Roman, journal, autofiction : Hervé Guibert en ses genres (Mon petit éditeur, 2013). Il vient de publier avec Jean-Pierre Boulé,  Hervé Guibert : L'écriture photographique ou le miroir de soi (Presses universitaires de Lyon, coll. Autofictions etc, 2015). Ses travaux portent sur l’écriture de soi dans la littérature contemporaine.

Il a cofondé les sites herveguibert.net et autofiction.org