Identification

Récits

Paris-Austerlitz/Paris

Ecrit par Didier Ayres , le Dimanche, 09 Septembre 2012. , dans Récits, Ecriture, La Une CED

Jeudi

Depuis le quai de la gare, je vais comme si je retrouvais le fil d’une liaison entre les différentes personnes que je suis, comme un anonyme, fait d’humeurs et de corps, de pensées, de matières spirituelles variables. Cette déambulation, qui se terminera ce soir au train de une heure, me conduit depuis le quai de la Râpée jusqu’à la place de la République.

Qu’ai-je vu ? Des statues japonaises, boulevard des Filles du Calvaire, deux philodendrons vert chou qui s’épanouissaient dans le hall, et l’entrée de l’immeuble décorée par du marbre, et mille visages.

Paris-Austerlitz, quai 6, sous la grande coupole qui rappelle certains tableaux impressionnistes, coupole qui maintenant est accompagnée de beaux et grands immeubles de verre dépoli, je marchais jeudi, cherchant le beau, l’angoisse et le beau. Car il y a peut-être une vision qui anime l’angoisse ? Je dis cela sans prétention, juste parce qu’il y a cette jeune femme avec sa blouse blanche et sa minerve comme un bandage, ou ce livret à demi lu des poèmes d’Haussmann, et cette vibration, brève et plaisante, de la présence des êtres humains dans la rue qui sont touchés par le secret, par une question suspendue en eux dans leur regard, dans le pli noir de cette chevelure de femme : qui sont-ils ? Quelle est-elle ? Je ne sais. Beauté et douleur vont ensemble en même temps aujourd’hui.

Le cimetière monumental

Ecrit par Marie du Crest , le Lundi, 03 Septembre 2012. , dans Récits, Ecriture, La Une CED

 

A l'entrée d'Iglesias, apparaît l'enceinte, la haute ceinture qui emmure les trépassés. Les cigales stridulent. Est-ce bien le cimitero ? Ou un jardin de sculptures ? La mort est si belle. Le marbre vient de Carrare. La mort est un signe ostentatoire. Dans l'éclat de juillet, des promeneurs suivent les sentes entre les tombes. Les proches fleurissent, entretiennent les architectures post mortem. Une femme se tient immobile devant la tombe de son époux. Elle lui raconte que la vie continue après lui mais que rien ne compte. Elle porte le deuil : voyez, je suis de noir vêtue  pour lui, vierge à nouveau sans homme. Il ne reconnaît plus sa voix.  Parle-t-elle trop bas ? Elle sait que les morts restent avec nous. Elle s'attendrit en pensant à tous ceux qui sont réunis dans cette ville à l'écart de l'autre ville. Deux photos. Etre à nouveau jeunes mariés. Elle a lu maintes fois l'histoire de Giuseppe rejoint par sa veuve. Leurs enfants les pleurent. Un peu plus loin ; contre le mur de l'enceinte, elle passe souvent devant le jeune Lecca 1903 à l'air canaille des années trente, la main gauche sur la hanche et un chapeau citadin sur la tête, à la conquête de la vie. Elle sourit toujours en pensant aussi à Sergio qui aimait le foot. Il n'a pas eu le temps de se fiancer. A-t-il eu un accident de voiture sur une mauvaise route de montagne ; avait-il une maladie incurable malgré sa vigueur sportive ? Ses parents ont dépensé une petite fortune pour son monument.

Maman Vs Plouc-la-Ville

Ecrit par Sana Guessous , le Samedi, 04 Août 2012. , dans Récits, Ecriture

Sans doute l’événement le plus cocasse de la semaine. Je longe tranquillement la côte, m’attardant tantôt sur l’écume des vagues, tantôt sur des enfants d’une dizaine d’années, dormant à même le sol, emmitouflés dans de petites couvertures trouées et grelottant de froid. La folle crinière de ma mère flotte sur son front soucieux. Je lui raconte l’essentiel de mes échanges avec un journaliste de la Gazette du Maroc, qui m’a certifié que le huitième congrès international de l’église évangélique américaine s’articulerait en septembre prochain autour de notre pays. Que les évangélistes ambitionnaient de convertir 10% de la population du Royaume à l’horizon 2020. La voiture repose à quelques mètres du Lido et nous avons déjà parcouru toute la distance séparant l’hôtel Riad Salam du KFC. Trois énormes silhouettes se profilent sur les petites bosses du trottoir. Le temps de m’exclamer en un « Salut ! » agacé à la vue de ce même reporter que j’ai laissé « flasher » à la rédaction il y a une heure, que le trio de faces de fouine nous dépasse de quelques centimètres. Les sifflotements fusent, le darija est tordu dans tous les sens, le suc des compliments les plus libidineux m’est déroulé sous les pieds, tel un tapis de clous. Ma mère s’arrête et m’immobilise dans une empoignade sans équivoque. Bon. J’en profite pour scruter les Unes de la Yellow Press arabophone. Les ploucs s’engagent dans le kiosque et tripotent des sacs de chips en me regardant de la manière la plus « parlante » qui soit. Maman, ou le Dragon, pour changer un peu, m’arrache presque un lambeau de chair en reprenant sa course effrénée vers la voiture.

A Tlemcen (3) : Les maisons, les demeures

Ecrit par Simon Paul Benaych , le Vendredi, 08 Juin 2012. , dans Récits, Ecriture, La Une CED

 

Sélim et Aïssa m’ont rejoint. Je leur raconte comment devant cette maison, avec mes copains Caparos et Chiali, je jouais au cyclorameur, un bel engin que mes parents m’avaient offert pour mes six ans et qui me valait l’amitié fervente de tous les gars du quartier.

En nous dirigeant vers les quartiers neufs, un peu à la périphérie, nous passons devant un superbe bâtiment d’architecture arabe, élégant et lumineux. C’est le Centre culturel de Tlemcen. Il a été construit l’an dernier, à l’occasion des rencontres sur la culture islamique.

Le repas de midi : nous mangeons chez Selim, qui nous a invités, Aïssa et moi. L’appartement est richement meublé, spacieux et avenant. Les quatre enfants de Selim et de son épouse viennent nous accueillir. Nous étions manifestement attendus. Sur la table, trois couverts. Une salade de poivrons, des pâtés à la viande dans des feuilles de brik et des rouleaux au fromage. Après le passage aux toilettes, nous nous installons à table. Je suis étonné de ne pas voir la maîtresse de maison, pour la remercier de ce beau repas. Mais Aïssa m’explique discrètement que c’est l’usage, la femme ne peut voir aucun homme étranger chez elle, et ne peut être vue. Que dire ici, dans cette maison, à la fois si hospitalière et si décalée au regard de nos valeurs européennes ?

A Tlemcen (2) : entrée dans la ville

Ecrit par Simon Paul Benaych , le Vendredi, 01 Juin 2012. , dans Récits, Ecriture, La Une CED

En ce 27 janvier 2012, la route est humide quand on arrive à Tlemcen, c’est le soir. En arrivant sur le plateau qui surplombe la ville, presque sans transition avec la lumière de la journée, nous trouvons cinq centimètres de neige sur la route, le brouillard et le froid. Lentement, au rythme des chicanes liées aux travaux en cours, nous descendons vers le cœur de Tlemcen, le paysage devient plus clément (tiens ! clément, c’est l’anagramme de Tlemcen…).

Tout se bouscule, l’émerveillement du regard qui découvre des lieux nouveaux vient envelopper les souvenirs et les attentes pour empêcher la moindre nostalgie. Moment plein, fait d’élan, de curiosité. Ici et maintenant, sentiment de grâce, d’une offrande qui m’arrive au moment précis où je suis disponible pour cela. La ville offre des possibles, mais elle gardera, je le sais, ses mystères. Comment pourrait-il en être autrement ? Tlemcen, ville où je n’ai eu que le temps de forger des images d’enfant. Rien aujourd’hui pour me pincer le cœur ; l’adolescent et l’homme ont grandi en métropole.

L’entrée de Tlemcen offre une perspective harmonieuse, les avenues sont larges et bordées d’arbres soigneusement entretenus. En 2011, la ville a accueilli le congrès de la culture islamique. Pour l’occasion, on a embelli les grands axes.

La rencontre avec le Tlemcen de 2012 crée en moi un monde neuf, sans doute assez éloigné de la réalité objective de la ville, c’est un monde où le Tlemcen imaginé entre en synergie avec la tranquillité apparente du paysage.