Identification

Premières neiges sur Pondichéry, Hubert Haddad (2ème critique)

Ecrit par Sylvie Ferrando 27.02.17 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Zulma

Premières neiges sur Pondichéry, janvier 2017, 192 pages, 17,50 €

Ecrivain(s): Hubert Haddad Edition: Zulma

Premières neiges sur Pondichéry, Hubert Haddad (2ème critique)

 

Le récent livre de Hubert Haddad est un hymne à l’amour, dans chacune des formes qu’il peut prendre dans cette vie et sur cette terre.

C’est d’abord l’amour porté à une ville : Si je t’oublie Jérusalem est inscrit en lettres blanches sur le bandeau rouge de la couverture de l’ouvrage, comme un leitmotiv subliminal. Jérusalem considérée comme un paradis perdu, en quelque sorte retrouvé au cours d’un voyage en Inde, de Pondichéry à Chennai. L’Inde comme refuge, « destination privilégiée des jeunes refuzniks de Jaffa et de tel-Aviv ».

Hochéa Meintzel, violoniste virtuose maintenant âgé, a échappé par miracle, avec sa fille adoptive Samra, à un attentat à Jérusalem ; il s’agit d’un drame qui a eu lieu il y a vingt-sept ans et qui l’a marqué à vie.

« Chez nous, au Kerala – lui raconta Naudi-Naudi un jour de verve –, les juifs ont été accueillis à bras ouverts par les rajahs, voici des siècles. […] Les juifs se sont si bien intégrés à la société indienne qu’ils ont adopté ses festivités petit à petit, sa cuisine, ses modes vestimentaires, et même ses castes, Blancs et Noirs bien séparés, les Pardesi et les Malabari ! »

Les retrouvailles d’Hochéa avec la foi juive et une forme de paix sont célébrées au cours de ce voyage initiatique, dans ce pays profondément croyant et religieux, à sa manière.

C’est ensuite l’histoire d’une amitié indéfectible qui se noue entre Hochéa et Matuswami, jeune musicienne qui accompagne pas à pas le violoniste lors de son séjour indien. Les liens d’affection qui attachent Hochéa à Matuswami sont très forts et se révèlent à l’occasion d’un morceau privé que lui joue Hochéa : « C’était pour toi, Matuswami. Je ne jouerai sans doute plus jamais cet air. Enfant, j’ai dû l’entendre à Lodz, peut-être dans un rêve ».

On assiste ici également au désir érotique et violent d’un homme, Anandham, pour la jeune Matuswami : homme-taureau, sorte de prédateur-séducteur dont Matuswami se gausse mais dont elle a un peu peur, car elle ne l’aime pas d’un amour charnel : « Elle s’était imaginée sous la protection d’Anandham, son éventreur. Un taureau ivre ne distingue plus les cris des mots ni la peau du vêtement. La violence des hommes est identique à leur désir ».

Enfin et surtout, ce qui se joue ici, c’est la rencontre entre deux pays, deux cultures, deux religions : l’Inde et Israël. Accompagnés par la musique, le temple hindouiste et la synagogue se côtoient dans un œcuménisme humaniste empreint de douceur.

 

Sylvie Ferrando

 

Lire la critique de Léon-Marc Levy sur la même oeuvre


  • Vu : 2207

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Hubert Haddad

Tout à la fois poète, romancier, historien d’art, dramaturge et essayiste, Hubert Haddad, né à Tunis en 1947, est l’auteur d’une œuvre vaste et diverse, d’une forte unité d’inspiration, portée par une attention de tous les instants aux ressources prodigieuses de l’imaginaire. Depuis Un rêve de glace, jusqu’aux interventions borgésiennes de l’Univers, premier roman-dictionnaire, et l’onirisme échevelé de Géométrie d’un rêve ou les rivières d’histoires de ses Nouvelles du jour et de la nuit, Hubert Haddad nous implique magnifiquement dans son engagement d’artiste et d’homme libre. (Présentation de l’auteur sur le site des Éditions Zulma)

 


A propos du rédacteur

Sylvie Ferrando

Lire tous les articles de Sylvie Ferrando

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : littérature française, littérature anglo-saxonne, littérature étrangère

Genres : romans, romans noirs, nouvelles, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Grasset, Actes Sud, Rivages, Minuit, Albin Michel, Seuil

Après avoir travaillé une dizaine d'années dans l'édition de livres, Sylvie Ferrando a enseigné de la maternelle à l'université et a été responsable de formation pour les concours enseignants de lettres au CNED. Elle est aujourd'hui professeur de lettres au collège.

Passionnée de fiction, elle écrit des nouvelles et des romans, qu'elle publie depuis 2011.

Depuis 2015, elle est rédactrice à La Cause littéraire et, depuis 2016, membre du comité de lecture de la revue.

https://www.edilivre.com/?s=Ferrando