Identification

La préparation de la vie, Colette Fellous

Ecrit par Arnaud Genon 28.04.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Gallimard

La préparation de la vie, mars 2014, 208 pages, 21 €

Ecrivain(s): Colette Fellous Edition: Gallimard

La préparation de la vie, Colette Fellous

 

L’hommage à R.B.

« Dans le fond, c’était lui qui m’avait poussée à écrire et à dire je, peut-être ne l’avait-il jamais su, mais aujourd’hui j’avais envie de le retrouver comme j’avais retrouvé la voix de Jeff » note Colette Fellous, dans les premières pages de son récit. « Lui », c’est Roland Barthes. La narratrice suivit, entre 1972 et 1976, son séminaire au 6 de la rue Tournon. Jeff, c’est son premier amour. Un américain rencontré furtivement à Paris, avec qui elle entretint une correspondance avant de le retrouver à Washington, pour trois jours seulement, et de le laisser seul à son American way of life… Un peu comme dans un roman de Françoise Sagan.

Ces deux figures, celle de l’amour raté et celle du « guide vagabond », viennent à se croiser alors que Colette Fellous cherche dans de vieux cartons une lettre de Barthes. Y trouvant celles de Jeff, elle y trouve aussi l’occasion de le recontacter et d’entendre, près de 40 ans plus tard, le son de sa voix. Et l’envie de faire revivre celle de Barthes, de la ranimer, la saisit alors, car cette voix, nous dit-elle, l’a toujours accompagnée.

Comme on le ferait avec un cadeau de retour d’un voyage, ou comme le font aussi les photographies qui ponctuent le livre, Colette Fellous nous rapporte ce passé, celui où Barthes offrait à ses étudiants sa complicité, les invitait à écrire, les amenait à découvrir d’autres voix – Proust, Goethe – en confondant, selon sa propre formule, savoir et saveur. Elle rapporte de Barthes des « éclats de vie » capables de venir toucher, « à la manière des atomes épicuriens, quelque corps futur, promis à la même dispersion », ainsi que le maître l’aurait souhaité. Elle rapporte depuis la Tunisie qui était à l’époque son passé, son passé dans une Tunisie qui tente de réinventer son présent.

Barthes, à la fin de sa vie, avait, au Collège de France, préparé le roman qu’il n’écrirait jamais, parce qu’impossible. Dans ces très belles pages, Colette Fellous nous dit que, finalement, lors de ses cours et de ses séminaires, il avait fait beaucoup plus : préparer ceux qui l’avaient côtoyé à la vie, qui, à leur tour, peut-être, feraient de leur vie un roman…

 

Arnaud Genon

 


  • Vu : 2677

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Colette Fellous

 

Colette Fellous est née en 1950 à Tunis. Romancière (Avenue de France, Gallimard, 2001, Plein été, Gallimard, 2007) elle a créé et dirige, au Mercure de France, la collection Traits et portraits. Elle est également productrice sur France Culture.

 

A propos du rédacteur

Arnaud Genon

Lire tous les articles d'Arnaud Genon

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : Littérature française et francophone

Genres : Littérature du "je" (autofiction, autobiographie, journaux intimes...), romans contemporains, critique littéraire, essais

Maisons d´édition : Gallimard, Stock, Flammarion, Grasset


Arnaud Genon est docteur en littérature française, professeur certifié en Lettres Modernes. Il enseigne actuellement les lettres et la philosophie en Allemagne, à l’Ecole Européenne de Karlsruhe. Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University), il est l´auteur de Hervé Guibert, vers une esthétique postmoderne (L’Harmattan, 2007), de L’Aventure singulière d’Hervé Guibert (Mon petit éditeur, 2012), Autofiction : pratiques et théories (Mon petit éditeur, 2013), Roman, journal, autofiction : Hervé Guibert en ses genres (Mon petit éditeur, 2013). Il vient de publier avec Jean-Pierre Boulé,  Hervé Guibert : L'écriture photographique ou le miroir de soi (Presses universitaires de Lyon, coll. Autofictions etc, 2015). Ses travaux portent sur l’écriture de soi dans la littérature contemporaine.

Il a cofondé les sites herveguibert.net et autofiction.org