Identification

Kabuliwallah, Rabindranath Tagore

Ecrit par Ivanne Rialland 29.02.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Asie, Nouvelles, Zulma

Kabuliwallah, février 2016, trad. bengali (Inde), présentées par Bee Formentelli, 400 pages, 22 €

Ecrivain(s): Rabindranath Tagore Edition: Zulma

Kabuliwallah, Rabindranath Tagore

 

Petites vies, petits chagrins

Petites histoires de malheur,

D’une linéarité, d’une banalité radicales ;

Des milliers de larmes versées chaque jour,

Si peu sauvées de l’oubli […]

À jamais inachevées,

Les innombrables histoires du monde :

Boutons arrachés avant maturité,

Gloire en poussière avant d’avoir été chantée,

L’amour, l’effroi, l’injustice

De milliers de vies obscures.

Cet extrait d’un poème de Tagore, En passant le temps des pluies, que Bee Formentelli a choisi pour épigraphe de son texte, propose un juste condensé des vingt-deux nouvelles ici réunies. Elles sont pour la plupart poignantes : Rabindranath Tagore y représente avec une merveilleuse tendresse la grâce de l’enfance pour nous la montrer broyée par une société cruelle. Plusieurs de ces récits mettent ainsi en scène des petites filles arrachées par les mariages traditionnels à leurs foyers, « boutons » dépérissant avant même leur fleurissement. Ces petites filles ne sont toutefois que le contingent le plus nombreux d’un peuple de cœurs sensibles, qui ne semblent aussi délicatement peints par Tagore que pour mieux nous faire éprouver l’horreur de leur déchirement au contact d’un monde au mieux indifférent, au pire volontairement brutal. Petites filles, jeunes garçons, pères ou mères de famille ne doivent souvent qu’à la mort l’apaisement de leurs souffrances.

La satire n’est pas absente de ces nouvelles, et domine même certains récits : on rencontre dans le recueil des femmes aveuglément cupides et des hommes sottement vaniteux, qui évoquent au lecteur français les petits bourgeois et les paysans normands de Maupassant. Comme chez Maupassant, d’ailleurs, le rire est difficile, tant la moquerie se mêle au tragique.

Dans ce monde désespéré, où des coutumes iniques sont vécues comme des fatalités, quelques nouvelles offrent des moments de lumière, ou une tonalité plus douce, et apportent des respirations dans une lecture à la fois enchanteresse et éprouvante. Tel est le cas de la nouvelle-titre, Kabuliwallah, qui relate l’amitié d’un marchand ambulant et d’une petite fille. KabuliwallahUn brillant satiriste, ouThākurdā ou l’Illusion vitale, sont racontées à la première personne par un narrateur masculin, écrivain : cette proximité du narrateur et de l’auteur semble chaque fois provoquer un adoucissement de la veine de Tagore. Leurs dénouements notamment sont plutôt heureux alors que le reste du recueil se caractérise par des fins elliptiques aux accents désespérés.

Cette diversité de ton – relative – interroge sur la composition du recueil par la traductrice. Son texte de présentation est intelligemment placé en postface, laissant le lecteur libre dans sa découverte des textes. Il propose des commentaires tout à fait intéressants, mais ne dit que peu de choses sur le choix des nouvelles. La position initiale de L’histoire du ghā s’explique apparemment par son antériorité chronologique et sa dimension emblématique. Qu’en est-il des vingt et une autres nouvelles ? D’après la postface, la traductrice se serait concentrée sur une première période d’écriture, de 1891 à 1895, et aurait écarté les histoires fantastiques. Mais il manque au lecteur d’autres éléments d’information, et notamment la date et le lieu de leur première édition. Le début du recueil est particulièrement homogène et concentre les histoires d’enfants les plus poignantes, tandis que la suite fait preuve de plus de variété : est-ce le signe d’un déploiement plus divers du talent de novelliste de Tagore au fil du temps ? Ou est-ce un choix de Bee Formentelli – alors quelque peu préjudiciable à l’équilibre du recueil ? Quoi qu’il en soit, on ne peut que souhaiter la poursuite par Zulma de la réédition des œuvres de Tagore, et en particulier de l’intégralité des nouvelles.

 

Ivanne Rialland

 


  • Vu : 2347

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Rabindranath Tagore

 

Rabindranath Tagore (1861-1941). De son vivant, Tagore fut considéré comme le plus mystique des poètes et le plus poète des mystiques. Tandis que l’Inde retrouvait dans ses accents le souffle védique, l’Occident était séduit par l’un des rares écrivains indiens que de nombreuses traductions – réalisées en anglais par l’auteur lui-même – mettaient à sa portée. Non que Tagore fût le seul écrivain de langue bengali, mais son rayonnement universel lui valut en 1913 le prix Nobel de littérature. Si les adaptations de ses œuvres en anglais et en français contribuent grandement à sa célébrité, elles n’ont cependant cerné qu’une part relativement minime d’une création qui s’échelonna sur quelque soixante années. À la fois maître spirituel, peintre, réformateur littéraire et social, romancier, polémiste et poète, on lui doit d’avoir révélé à l’Occident le génie bengali (source Encyclopedia Universalis).

 

Bibliographie très partielle :

Recueils de poèmes : L’offrande lyrique ; Le Jardinier d’amour ; La Jeune Lune

Romans : Gora ; La Maison et le Monde ; Quatre chapitres ; Charulata ;  Kumudini

Recueils de nouvelles : Mashi ; Epousailles et autres histoires ; Le Vagabond et autres histoires ; Au bord du Gange et autres nouvelles

 

A propos du rédacteur

Ivanne Rialland

 

Lire les textes et articles d'Ivanne Rialland


Rédactrice


Ivanne Rialland est écrivain et chercheur.

Elle travaille notamment sur l'écrit sur l'art au XXe siècle et sur le récit surréaliste.

Agrégée de lettres, elle enseigne à l'heure actuelle à l'université de Versailles-St Quentin en Yvelines.

Elle a publié deux romans chez Alexipharmaque, C (2009) et Pacific Haven (2012)