Identification

FrICTIONS, Pablo Martín Sánchez

Ecrit par Marc Ossorguine 11.04.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Espagne, Nouvelles, La Contre Allée

FrICTIONS, février 2016, trad. espagnol Jean-Marie Saint-Lu (FrICCIONES, 2011), 224 pages, 18 €

Ecrivain(s): Pablo Martín Sánchez Edition: La Contre Allée

FrICTIONS, Pablo Martín Sánchez

 

Les humains sont épris d’ordre. Les humains passent le plus souvent leur temps – quoi qu’ils en disent ou pensent par ailleurs – à mettre le monde et les choses en ordre, à les ranger, les classer, les catégoriser… à les nommer et les renommer sans cesse. Le langage lui-même n’est-il pas autre chose qu’une activité de classement, de mise en ordre des sons qui font des signes ou des mots, que l’on arrange pour faire des phrases ? Je ne sais plus quel linguiste ou sémiologue disait que c’est de la combinaison que naît le sens. Que se passe-t-il alors quand vient le désordre ? Quand les mots n’obéissent plus aux phrases ? Quand les événements brouillent les récits, quand les idées et les images vagabondent sans avoir cure du sujet ou du thème ? C’est une des choses que nous fait explorer et expérimenter Pablo Martín Sánchez, en bon OuLiPien et dans un certain désordre.

Ces FrICTIONS, le titre nous le suggère avec un ironique surlignage, semblent jaillir à l’endroit où la fiction et la réalité se frottent l’une à l’autre. Une vague rigueur philosophique nous pousserait même à dire que ces divers textes – qu’il ne faut pas forcément prendre pour des récits ou des nouvelles au sens habituel des termes (pour ceux qui se targuent de causer littérature) – ont été engendrés par les contacts frictionnels, les frotti-frotta entre le réel et la fiction.

Dans une telle affaire, il vaut peut-être mieux renoncer à savoir qui dépasse l’autre, du réel ou de la fiction. Il se pourrait d’ailleurs bien que l’une et l’un soient également dépassés par l’écriture, par les jeux de l’écriture… Une écriture qui leur impose de se frôler, puis de se caresser pour finalement s’étreindre au fil du volume et des pages. Pas sûr que réel et fiction soient totalement consentants et il se pourrait qu’auteur et lecteur s’amusent sur leur dos… C’est que pour le lecteur témoin de ces étranges amours, il y a de quoi lire, de quoi rire, de quoi dire peut-être aussi. C’est qu’il suffit d’un tout petit effort de l’écriture pour nous faire passer de l’un à l’autre : juste une lettre. On pourrait aussi craindre le pire, mais rassurons le lecteur, tout le monde se porte bien à la sortie de l’ouvrage. Et peut-être même un peu mieux qu’à l’entrée.

Nous avons ainsi droit à un récit où les notes de bas de pages envahissent les dites pages jusqu’à réduire le texte à une espèce de note de haut de page que l’on peut se dispenser de lire, comme le font bien des lecteurs. Juste revanche des appendices que l’on néglige et qui sont bien souvent plus que de simples commentaires (1). Nous découvrons le curieux destin de Rodolfo, l’homme qui n’écrivait qu’avec ses doigts, ceux-ci étant des crayons qu’il pourra même tailler si besoin. On pourrait être tenté de deviner des sources à ce que nous lisons, mais s’il y a ombre de plagiat ce ne sera que de plagiat par anticipation, car dans ce que nous croyons être le désordre du monde, on apprend que Socrate, Descartes et Einstein ne sont pas si nets que ça et que les plagiaires ne sont peut-être pas ceux qu’on pense. Si les contes sont des mensonges qui disent la vérité (2) cela se vérifie aussi avec les récits littéraires, fussent-ils des témoignages « objectifs », à l’occasion d’un accident. Dans le désordre des mots, tout peut alors faire récit, toute phrase, toute page peuvent réfléchir le monde, même un texte en forme de notice pharmacologique, même un texte à la syntaxe gravement perturbée, et bien d’autres…

Nous ne saurions trop conseiller aux amateurs de papous (3) de se réjouir de ce recueil réjouissant avant que l’entropie – qui peut toucher le monde du langage comme celui de la thermodynamique – n’en disperse irrémédiablement les pages (4).

 

Marc Ossorguine

 

Une présentation pas trop en désordre de l’auteur sur le site de l’OuLiPo

 

(1) L’auteur de cet article ayant un goût prononcé pour la note de bas de page et son péri-texte, cette petite revanche de la trop méprisée note de bas de page le réjouit au plus haut point.

(2) Il paraît que c’est ce qui se dit du côté de l’Afrique de l’ouest, m’avait un jour appris un anthropologue africain de l’ouest lui aussi.

(3) De ceux qui trottent dans la tête de France Culture chaque dimanche en début d’après-midi au nom de l’OuLiPo.

(4) « En thermodynamique, le mot désigne une fonction définissant l’état de désordre d’un système, croissante lorsque celui-ci évolue vers un autre état de désordre accru ». Entropie du réel quand il évolue vers la fiction, de l’écriture quand la lecture s’en mêle…

 

  • Vu : 943

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Pablo Martín Sánchez

 

Ex-athlète, ex-comédien, ex-chercheur, Pablo Martín Sánchez devient écrivain quand il découvre l’Oulipo. Lui offrant La Vie mode d’emploi, sa mère le pousse à abandonner ses études théâtrales et s’installer à Paris, où il assiste à l’une des réunions publiques du groupe à Jussieu. De retour en Espagne, il co-fonde la revue ludolinguistique Verbigràcia, parrainée par l’oplepien Màrius Serra, et commence à préparer une thèse doctorale intitulée L’Art de combiner des fragments : pratiques hypertextuelles dans la littérature oulipienne (Raymond Queneau, Italo Calvino, Georges Perec, Jacques Roubaud), qu’il finira quelques années plus tard à l’Université de Lille, sous la co-direction de Christelle Reggiani. Entre-temps, il participe à diverses manifestations oulipiennes en France (Bourges, Lille, Pirou) et en Espagne (Vigo, Madrid), il traduit des auteurs de la taille de Marcel Schwob, Alfred Jarry, Raymond Queneau, Bernard-Marie Koltès ou Wajdi Mouawad, et il publie le livre de nouvelles Frictions (FriccionesE. D.A., 2011) ainsi que le roman L’Anarchiste qui s’appelait comme moi (El anarquista que se llamaba como yo, Acantilado, 2012). Il travaille depuis 2002 à un projet intitulé Le Projet (El Proyecto), inspiré des Lieux de Georges Perec, qui devrait finir en 2026. Il réside actuellement à Barcelone et, avec l’Argentin Eduardo Berti, est le premier écrivain en langue espagnole coopté par l’Oulipo.

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr