Identification

Vies voisines, Mohamed Berrada

Ecrit par Stéphane Bret 20.04.13 dans La Une Livres, Sindbad, Actes Sud, Les Livres, Recensions, Maghreb, Roman

Vies voisines, février 2013, 189 pages, 20 €

Ecrivain(s): Mohamed Berrada Edition: Sindbad, Actes Sud

Vies voisines, Mohamed Berrada

Peut-on associer des modalités de narration issues de traditions littéraires différentes ? C’est à cet exercice que s’emploie Mohamed Berrada dans son roman Vies voisines. Ce roman s’articule autour de la vie de trois personnages : une femme en recherche d’émancipation, Naïma Aït Lahna, hôtesse de l’air, banquière, et trafiquante de drogue au final, un jeune homme en mal d’évasion et de dépaysements, le fils de H’Nia, et Abdel Moujoud-al-Wariti, vieux politicien roué.

Tous ces personnages ont pour point commun d’avoir participé, chacun selon son parcours, à l’histoire du Maroc contemporain, d’en être un échantillon parfois très représentatif. La vie de chaque personnage y est décrite. Mohamed Berrada y ajoute le récit de ce qu’il appelle le narrateur-narrataire, sorte de dépositaire de l’authenticité de chaque récit. L’auteur du roman y superpose la voix d’un conteur, le râwî, figure centrale de la littérature populaire arabe.

Ce qui frappe dès les premières pages de l’ouvrage c’est l’omniprésence de l’histoire du Maroc depuis l’Indépendance. Ainsi, Naïma évoque-t-elle les idéaux – ou la naïveté ? – d’une certaine jeunesse marocaine : « Notre jeune âge conjugué aux échos de la révolte mondiale nourrissait notre volonté de détruire l’ancien pouvoir qui s’était ravivé après l’Indépendance. Nous avions l’ambition d’imposer les valeurs du changement pour affranchir les gens de l’esclavagisme ».

Abdel Moujoud-al-Wariti confesse, lui aussi, quelques espérances démesurées et semble réévaluer le rôle qu’il a joué comme homme public lors d’une interview accordée à une chaîne de télévision marocaine : « Wariti répondit avec une certaine animosité : il n’avait cessé de conseiller les gens du pouvoir et de les mettre en garde, mais il n’était pas directement responsable des violences faites. Puis il ajouta : par ailleurs, je connais mes limites, et on ne plaisante pas avec le pouvoir ».

Pour le jeune homme, fils de H’Nia, il tentera une libération sexuelle dans les bars de Casablanca, puis une vie nouvelle en Allemagne avec un homosexuel rencontré dans une boîte de nuit au Maroc. Les destins de ces trois personnages se croisent, interfèrent. Ils se rencontrent, se séduisent, souvent, et se dupent. Leurs tentatives d’entrer dans la modernité, par le culte du corps, de l’argent, par la défense d’idées ressenties comme novatrices et progressistes, sont un reflet assez fidèle de la situation du Maroc contemporain, pays en proie, tous comme ses romanciers, à un questionnement passionnant sur l’orientation à donner à sa société.

Mohamed Berrada prend ainsi en tant que romancier toute sa place dans cette interrogation du Maroc sur lui-même.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 2545

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Mohamed Berrada

 

Mohamed Berrada est né à Rabat en 1938. Romancier, nouvelliste, critique littéraire traducteur, il a été professeur de littérature arabe à l’université Mohamed-V à Rabat et, de 1976 à 1983, président de l’Union des écrivains marocains. Sindbad/Actes Sud a publié Le jeu de l’oubli (1993), Lumière fuyante (1998), et Comme un été qui ne reviendra pas (2001).

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS