Identification

Une vie entière, Robert Seethaler

Ecrit par Stéphane Bret 15.10.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Langue allemande, Sabine Wespieser

Une vie entière, octobre 2015, traduit de l’allemand (Autriche) par Élisabeth Landes, 157 pages, 18 €

Ecrivain(s): Robert Seethaler Edition: Sabine Wespieser

Une vie entière, Robert Seethaler

 

La vie peut-elle être désespérante ? Et dans ce cas, pourquoi s’accrocher à elle ? Ces questions trouvent des réponses dans le roman, saisissant, de Robert Seethaler, Une vie entière. Il s’agit de la vie d’Andreas Egger, jeune paysan né – peut-être ? – le 15 août 1898, dans un village des alpes autrichiennes. Il naît orphelin, battu par l’homme qui l’a recueilli chez lui, un certain Kranzstocker, au point de le rendre boiteux. Le roman débute par la découverte faite par Andreas Egger de Jean des Cornes. Ce dernier agonise sur sa paillasse, Andreas Egger le porte jusqu’au village sur un sentier de montagne long de plus de trois kilomètres. Premières souffrances, douleurs préliminaires de la vie.

Il tombe amoureux de Marie, jeune femme embauchée à la ferme où il travaille, parvient à la rejoindre clandestinement dans le village, mais ne parvient pas à entamer une relation pleine avec cette femme, ne peut lui exprimer son amour, faute de maîtrise suffisante du langage, et ne peut consommer cette relation jusqu’à son terme naturel…

Il a conscience de la nécessité de sortir de cette impasse : « Il brûlait de lui demander sa main, le jour même autant que possible, au plus tard le lendemain. Mais il ne savait absolument pas comment s’y prendre. Des nuits entières, il resta assis sur ce seuil construit de ses mains, à fixer l’herbe à ses pieds au clair de lune, en ressassant ses propres insuffisances. Il n’était pas fermier et ne voulait pas l’être ».

Pourtant, le sort, déjà exceptionnellement cruel pour cet homme, s’acharne encore, par la survenance d’une terrible avalanche, décrite par l’auteur en des termes dantesques : « Dix-neuf bovins, vingt-huit porcs, d’innombrables poules et les six malheureux moutons du village y laissèrent la vie. Des jours durant, la puanteur des chairs calcinées empesta l’air et couvrit l’odeur du printemps ».

Marie, cette femme aimée quasi-virtuellement, trouve la mort à l’occasion de cette catastrophe naturelle. Plus tard, mobilisé pendant la seconde guerre mondiale, Andreas Egger est fait prisonnier dans le Caucase. Libéré en 1951, il endure durant sa captivité à Vorochilovgrad les souffrances dues à la malnutrition, au froid, fréquente encore une fois la mort de près : « La mort faisait partie de la vie comme les moisissures faisaient partie du pain. La mort, c’était la fièvre, la mort, c’était la faim ».

Pourtant, Andrea Egger est embauché après la guerre par la société Bittermann & Fils, qui est impliquée dans la construction d’un téléphérique. La mise en route de ce dernier, l’arrivée des touristes donnent à ce lieu un tout autre visage ; celui d’une ville « où le maire n’est plus nazi, à la place des croix gammées, les géraniums ornent de nouveau les fenêtres des maisons ». Après avoir exercé le métier de guide de montagnes et constaté la capacité d’oubli de ses concitoyens, Andreas Egger s’éteint, dans le froid…

Le roman de Robert Seethaler illustre l’omniprésence de la douleur et de la souffrance dans une vie humaine, et aussi la tentative, vaine dans le cas du personnage, d’en atténuer les aspérités et les rigueurs.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 5160

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Robert Seethaler

 

Né à Vienne, Robert Seethaler est également acteur et scénariste. Il vit à Berlin. Après Le Tabac Tresniek (Sabine Wespieser éditeur 2014), qui a rencontré en France un très bel accueil critique et public, Une vie entière, élu Livre de l’année 2014 par les libraires outre-Rhin, confirme la profondeur de son talent d’écrivain, capable de mener avec une grande simplicité son lecteur au plus près de ses émotions.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS