Identification

Une vie dans les mots, Paul Auster I.B. Siegmundfeldt (par Jean-François Mézil)

Ecrit par Jean-François Mézil 25.02.20 dans Actes Sud, La Une Livres, Critiques, Les Livres, Essais

Une vie dans les mots, Paul Auster I.B. Siegmundfeldt, traduit de l’américain par Céline Curiol, 2020, 340 pages, 23,80 €

Ecrivain(s): Paul Auster Edition: Actes Sud

Une vie dans les mots, Paul Auster I.B. Siegmundfeldt (par Jean-François Mézil)

 

 

Ce recueil passe au crible six écrits autobiographiques et dix-sept romans de Paul Auster, le tout présenté sous la forme de vingt-trois entretiens entre l’auteur et Inge Birgitte Siegumfeldt, professeur d’université à Copenhague. Chacun des entretiens porte sur un écrit ou un roman.

Avant eux, un prologue. Paul Auster y explique qu’il n’est guère en mesure de répondre aux questions pourquoi et comment. Il préfère s’en tenir « au quoi, au quand et au ».

Il veut aussi profiter de ce livre pour « éclaircir les choses », voire même « rectifier des erreurs monumentales » (aussi bien sur lui-même que sur Siri Hustvedt), « tant dans la presse écrite que sur Internet ».

On trouve, dans les entretiens qui suivent, quantité d’anecdotes (il a, par exemple, terminer Espaces blancs le soir où son père est mort), de commentaires (« l’inconscient joue un grand rôle dans l’invention d’histoires »), de citations (comme la formule de Beckett : « Échouez encore, échouez mieux »), d’aveux (« Je ne lisais pas beaucoup de livres quand j’étais jeune. La littérature est venue plus tard »), de réflexions (« L’écriture ou la peinture remplacent le mouvement dans l’espace ») – une mine pour qui s’intéresse de près à l’œuvre d’Auster.

Encore faut-il bien la connaître pour apprécier l’accumulation de détails et d’explications. Siegumfeldt et Auster décortiquent en effet chacun des livres et nous parlent par le menu de bien des scènes.

Un livre réservé aux experts austeriens ? À mon avis, oui, si l’on attaque cet opus de A à Z.

Pour les autres, la meilleure approche n’est pas de l’avaler d’une traite. Y recourir plutôt par épisode, juste après avoir lu l’œuvre concernée : se servir du chapitre correspondant comme d’une postface.

Les autres chapitres attendront, car pour qui n’a pas lu le livre qui en est l’objet ou ne s’en souvient que de loin, l’intérêt est fortement amoindri, sauf pour ce qui est des passages où Auster se dévoile, notamment quand il parle de son travail d’écriture.

Quelques exemples glanés çà et là (on me pardonnera d’en citer autant, l’écrivain que je suis n’a pu s’en empêcher) :

« Sans un stylo à la main, je n’ai pas les mêmes pensées. »

« La plupart des écrivains se satisfont très bien des modèles littéraires traditionnels et sont heureux de produire des œuvres dont ils ont le sentiment qu’elles sont belles, vraies et bonnes. J’ai toujours voulu écrire ce qui, pour moi, semblait beau, vrai et bon, mais je me suis intéressé à de nouvelles façons de raconter des histoires. Je voulais tout mettre sens dessus dessous. »

« Écrire un roman, c’est être victime d’un sortilège. Vous devenez le personnage – qu’il s’agisse d’une personne âgée ou jeune, d’une femme ou d’un homme. Si vous êtes capable de descendre assez profond en ce point de l’inconscient où tout s’ouvre en vous, alors vous y arriverez. »

« Quand je commence un livre, j’ai une idée de l’histoire, souvent une idée vague, puis j’avance petit à petit – guidé par mon intuition et mes tripes. »

« Plus j’écrivais, plus je comprenais que ce qui est laissé de côté est tout aussi important que ce qui est utilisé. […] tout ne doit pas être dit. Il doit rester des blancs que le lecteur puisse combler. »

« Vous écrivez avec vos tripes, vous écrivez avec votre inconscient, mais ce n’est pas non plus de la sauvagerie pure. Tout n’est pas qu’impulsion. Tenter de bien écrire requiert aussi art et technique. Ce pourquoi les écrivains passent tant de temps à revoir leurs phrases et leurs paragraphes. Écrire, c’est surtout réécrire. »

« Vous entrez en eux [les personnages] et très vite, ils vous annoncent ce qu’ils ont l’intention de faire. Je ne les manipule pas. »

« Je n’avais rien prévu au départ mais l’inattendu n’a cessé de surgir au fil du texte. »

Et peut-être, comme mot de la fin :

« Chaque livre est une expérience différente. »

 

 

 

Inge Birgitte Siegumfeldt est professeur de civilisation anglaise et germanique à l’université de Copenhague au Danemark. Elle est à l’origine de la création du Centre Paul Auster de l’université de Copenhague, où elle est professeur au département des études d’anglais.

[source : Actes Sud]

 

Jean-François Mézil

 

  • Vu : 777

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Paul Auster

 

Paul Auster est un écrivain américain né en 1947 à Newark dans le New Jersey. De 1965 à 1970, il étudie les littératures française, anglaise et italienne à Columbia University où il obtient un Master of Arts. Il publie à cette époque, des articles consacrés essentiellement au cinéma dans la Columbia Review Magazine, et commence l’écriture de poèmes et de scénarios pour films muets. De 1971 à 1975, il s’installe à Paris et, en connaisseur attentif de notre langue, il traduit Dupin, Breton, Jabès, Mallarmé, Michaux et Du Bouchet. Unearth, son premier recueil de poèmes paraît aux Etats-Unis en 1974, puis en France, en 1980, aux éditions Maeght. Sa Trilogie new-yorkaise, constituée deCité de Verre (1987), Revenants (1988) et La Chambre dérobée (1988), paraît aux éditions Actes Sud et connaît un succès immédiat auprès de la presse et du public. Suivront des essais, des recueils de poésie et de nombreux romans, dont Moon Palace (1990) ou encore Léviathan qui obtient en 1993 le Prix Médicis étranger. Paul Auster a aussi écrit des pièces de théâtre dont Laurel et Hardy vont au paradis qui a été joué au Théâtre de La Bastille en 2000. Cité de verre qui a été adapté en bande dessinée par David Mazzucchelli en 1995. En 1993, La Musique du hasard a fait l’objet d’un film réalisé par Philip Haas. Passionné depuis toujours par le cinéma, Paul Auster réalise Smoke et Brooklyn Boogie en collaboration avec Wayne Wang. En 1996, ces deux films sont diffusés sur les écrans internationaux. Smoke obtient le Prix du meilleur film étranger au Danemark et en Allemagne. En 1998, Paul Auster écrit et réalise Lulu on the bridge, avec Harvey Keitel, Mira Sorvino et Willem Dafoe, film sélectionné à Cannes dans la catégorie “un certain regard”. Il poursuit son activité de cinéaste en réalisant La Vie intérieure de Martin Frost d’après un scénario composé à partir de l’une des intrigues de son roman, Le Livre des illusions, en 2007.
En France, toute l’œuvre de Paul Auster, traduite en trente-cinq langues, est publiée chez Actes Sud. Il est membre de The Academy of Arts and Letters et a reçu le Prix du Prince des Asturies en 2006 (entre autres distinctions prestigieuses).Paul Auster vit à Brooklyn avec sa femme, la romancière Siri Hustvedt.
Derniers ouvrages parus : Seul dans le noir (2009 ; Babel n° 1063), Invisible (2010 ; Babel n° 1114), Sunset Park (2011) et Chronique d'hiver (2013).

 

A propos du rédacteur

Jean-François Mézil

Lire tous les articles de Jean-François Mézil

 

Jean-François Mézil est né à Cannes. Il vit et écrit à Lautrec. Il a publié, à ce jour, trois romans.