Identification

Une mesure de trop, Alain Claude Sulzer

Ecrit par Stéphane Bret 15.01.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Editions Jacqueline Chambon

Une mesure de trop, septembre 2013, 267 pages, 22 €

Ecrivain(s): Alain Claude Sulzer Edition: Editions Jacqueline Chambon

Une mesure de trop, Alain Claude Sulzer

Marek Olsberg est un pianiste de renom, consacré par les medias, estimé de son propre milieu. Il va donner à la Philharmonie de Berlin un récital de piano en solo. Exercice périlleux pour un musicien, même confirmé. Il doit jouer ce soir-là des œuvres de Scarlatti, de Barber et de Beethoven dont il prévoit d’exécuter la Sonate Hammerklavier N°29 opus 106.

Alors qu’il l’interprète devant les auditeurs attentifs de la Philharmonie parmi lesquels certains de ses amis, des artistes, des élus locaux, des personnalités du monde musical, il s’arrête en plein concert, ferme le piano et quitte l’estrade en énonçant : « C’est tout ».

L’habilité d’Alain Claude Sulzer consiste à décrire dans une première partie de ce roman les vies et interdépendances entre certains personnages qui ont pour point commun d’avoir approché Marek Olsberg, de travailler pour lui, telle Astrid Maurer, secrétaire remarquablement efficace et dévouée, témoignant pour son patron une disponibilité de tous les instants, le protégeant des importuns, de la presse, du monde extérieur. Il y a également un couple d’homosexuels, Claudius et Nico. On apprendra plus tard que Claudius a été l’amant de Marek. D’autres personnes sont impliquées dans ce panorama : Esther, qui va découvrir, en rentrant chez elle plus tôt que prévu, que son époux Thomas la trompe et se comporte comme un homme salace et lubrique.

Un autre personnage, Johannes, doit se rendre à ce concert ; il tente de s’y faire accompagner par Marina, dont le véritable métier est dévoilé très vite : elle est escort-girl, a rendez-vous avec lui dans un hôtel berlinois. Johannes se rend compte à certains indices que cette femme beaucoup plus jeune que lui est la fille de l’une de ses anciennes amantes.

D’autres personnages se brouillent, se déchirent à la suite de cet imprévu, qui bouleverse leur emploi du temps d’un soir et remet en cause leurs relations, l’image qu’ils ont les uns par rapport aux autres. Ce qu’illustre à merveille Claude Alain Sulzer, dont l’écriture est élégante, fine, subtile, c’est la fragilité des relations humaines, la présence (nécessaire ?) de l’illusion dans ces dernières. Cet auteur nous révèle la puissance du détail comme révélateur de la place qu’occupe quelqu’un, ou qu’il n’occupe plus, dans nos vies. Ainsi, l’une des femmes de ce récit, Solveig, amie d’Esther avec laquelle elle a prévu de se rendre à la Philharmonie, énonce-t-elle : « Elle ne ressentait pas son manque de mémoire comme une conséquence de l’âge, mais comme la marque de son autorité. Elle pouvait se le permettre, tout compte fait. Les autres, non. Celle-là, non ».

Marek Olsberg explicitera son geste à la fin du roman ; ce sera pour lui quitter sa geôle « qui avait été belle, luxueuse même, ses dimensions avaient englobé tous les continents, mais ça n’en avait pas moins été une geôle ».

La forme d’exposition du récit, très réussie, nous permet d’entrevoir par la succession de courts chapitres l’état des relations entre les personnages du roman, réunis par l’auteur par couples significatifs ; cette succession de descriptions très fines et pertinentes nous fait entrevoir par une radiographie globale les composantes sociales et personnelles de ces individus. Autre bénéfice de la structure du roman : la division en deux parties, avant et après le concert, qui éclaire la conduite des personnages. Un jeu de boules de billard qui s’entrechoquent et se télescopent pour le plus grand plaisir du lecteur.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 2506

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Alain Claude Sulzer

 

Alain Claude Sulzer est né en 1953 à Riehen, près de Bâle, où il vit. Un garçon parfait (Jacqueline Chambon, 2008, Babel n°1116) a obtenu le prix Schiller en Suisse en 2005, le prix Médicis étranger en 2008, et le prix de la radio suisse romande en 2009. Chez Jacqueline Chambon ont également paru Leçons particulières (2009) et Une autre époque (2011).

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS