Identification

Une infinie tristesse, Alfredo Bryce-Echenique

Ecrit par Marc Ossorguine 17.12.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Amérique Latine, Roman, Métailié

Une infinie tristesse (Dándole pena a la tristeza), février 2015, trad. espagnol (Pérou) Jean-Marie Saint-Lu, 280 pages, 19 €

Ecrivain(s): Alfredo Bryce-Echenique Edition: Métailié

Une infinie tristesse, Alfredo Bryce-Echenique

Chronique d’une décadence attendue

Voilà une saga familiale qui tourne bien mal. Qui tient même plus du jeu de massacre que de quoi que ce soit d’autre. Tout commence avec l’ancêtre à l’origine de cette dynastie liménienne (de Lima) au début du siècle dernier, Don Tadeo De Ontañeta, devenu très riche et très vieux. Une vieillesse qu’il accepte assez mal comme il annonce dès l’ouverture de cette « infinie tristesse ».

– Ne vieillis jamais, Alfonsinita… Ne sois jamais vieille, au grand jamais.

– …

– Et encore moins archivieille, Carlita, jamais…

– …

– Et toi non plus, Ofelita… Ne sois jamais archivieille, ce qui s’appelle jamais… Et encore moins archivieux, comme moi. Archivieux, comme moi. Archivieux pour de bon comme moi seul peut l’être. Archivieux, comme moi seul, ça alors non, jamais, jamais, jamais, Elenita…

C’est que don Tadeo va avoir 105 ans. Et cela il entend bien le fêter en grande pompe, dans la serre monumentale qu’il s’est fait construire – sorte de Crystal Palace privé à l’échelle de son immense fortune – ne serait-ce que pour contrarier Don Fermin Antonio, son héritier. Un 105e anniversaire qui sera le dernier qu’il célébrera malgré tout et qui aurait pu s’achever sur un scandale plus énorme que la fameuse serre. Mais Don Fermin a su magistralement gérer une situation bien compromettante pour l’ancêtre et ses héritiers. Apparence et fortune seront sauves. Car dans ce monde-là, on peut se permettre bien des choses, pour peu qu’elles demeurent tues, cachées, secrètes même. Et génération après génération, jusqu’à notre époque cela n’ira pas vraiment en s’arrangeant. Cette famille est sans doute, comme l’ancêtre légendaire, devenue vieille, archivieille… et cela, il ne le faudrait pas. Il ne l’aurait pas fallu.

De génération en génération les apparences seront de plus en plus difficiles à sauver, tout comme la fortune et le statut social qu’il faudra toujours maintenir à bout de bras, à coup d’intrigues, de secrets, quand ce n’est pas pire. Mais le pire est toujours mené avec la bonne conscience, celle qui empêche d’hésiter quand nécessité a force de loi, quel que puisse être le prix à payer.

Un famille somme toute plus amorale qu’immorale, mais éprise de style. Un style que l’auteur s’amuse à restituer avec une ironique emphase dans l’écriture qui en rajoute dans la belle écriture telle que pouvait l’entendre l’académie et le bon goût bourgeois. Un écriture qui presque insensiblement évolue au fil des générations et des pages, ponctuées de sonores écarts aux conventions, laissant fugacement transparaître la vérité des De Ontañeta, effrayante dans sa rationalité calculatrice qui n’est peut-être, tout compte fait, qu’une résistance désespérée contre cette infinie tristesse d’un monde peuplé de fantômes qui n’en finit pas de finir.

Une infinie tristesse est le 8è opus de l’auteur péruvien publié par les éditions Métailié et tous traduits par Jean-Marie Saint-Lu. Son œuvre n’est que partiellement traduite et compte plus d’une vingtaine de titres rassemblant contes, romans et chroniques.

 

Marc Ossorguine

 


  • Vu : 3055

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Alfredo Bryce-Echenique

 

Alfredo Bryce-Echenique est né à Lima, au Pérou, en 1939. Il a fait ses études primaires et secondaires dans des établissements dirigés par des nord-américains ou des Anglais. Il obtient les titres d’avocat et de docteur ès lettres à l’université nationale de San Marcos. En 1964 il s’installe en Europe et réside en France, Italie, Grèce et Allemagne. Puis il enseigne dans les universités de Nanterre, Vincennes et Montpellier. Il a vécu à Madrid entre 1984 et 1999 puis au Pérou, et vit actuellement à Barcelone. Bryce-Echenique est l’un des écrivains latino-américains les plus traduits en Europe. Il a reçu en 2002 le Prix Planeta pour son roman Le Verger de mon aimée.

Editions Métailié : Un monde pour Julius (Un mundo para Julius, 1970), 2001 ; Le petit verre de ces dames (Dos señoras conversan, 1990), 1994 (nouvelles) ; Ne m’attendez pas en avril (No me esperen en abril, 1995), 1997 ; Noctambulisme aggravé (Reo de nocturnidad, 1997), 2000 ; Guide triste de Paris (Guía triste de París, 1997), 2003 ; L’amygdalite de Tarzan (La amigdalitis de Tarzán, 1999), 2001 ; Le verger de mon aimée (El huerto de mi amada, 2002), 2006 (prix Planeta 2002).

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr