Identification

Une chance folle, Anne Godard

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret 20.10.17 dans La Une Livres, Les Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Roman, Les éditions de Minuit

Une chance folle, septembre 2017, 144 pages, 14 €

Ecrivain(s): Anne Godard Edition: Les éditions de Minuit

Une chance folle, Anne Godard

 

Sauvée après avoir été brûlée par de l’eau bouillante suite à un accident domestique, lorsqu’elle était bébé, Magda, la narratrice, survit avec une blessure qui peine à se refermer. Elle s’élargit même, eu égard à ce qu’on en dit. Si bien que le corps au lieu d’être carapace devient un territoire presque « abject » d’exposition aux yeux du monde. Au fil de sa narration, Magda tente de remonter l’histoire de sa vie et de son corps dont le haut à l’exception d’un visage (superbe) a été altéré.

Cette histoire, elle la connaît trop. Sa mère n’a cessé de la ressasser devant tous ceux qu’elle croisait comme pour justifier son propre chemin de croix. De toute ces douleurs, la narratrice tente de se débarrasser en précisant au lecteur : « Pardon pour la laideur infligée, j’étais petite, je ne me souviens plus, mais vous avez le droit à des explications, ma mère m’en a légué tout un sac, tenez, écoutez, et ensuite laissez-moi passer, je ne veux pas déranger ».

L’auteur tente de se prendre en charge pour s’apaiser en auto-guérisseuse d’une peau et ses greffes et d’un poids mental, physique et affectif d’une estropiée. Elle s’apprend à faire avec ce corps, lui offre une nouvelle chance plus profonde et au-delà des stigmates. L’objectif est de sortir de son statut d’« infirme » pour qu’une renaissance ait lieu. Et que finisse la blessure d’enfance puis de l’adolescence spoliée entre opérations et de cures thermales douteuses. Le livre, quoique moins convainquant que L’Inconsolable (Minuit, 2006) reste puissant. La narratrice a certes du mal à proposer sa propre version.

Mais c’est là que le roman est fort : il bégaie subtilement… « Je m’étais promis de l’écrire » dit-elle en croyant « qu’il suffisait d’écrire, en suivant le fil jusqu’à ce que la bobine soit dévidée ». Mais sous la version « officielle » s’en cachent bien d’autres. Et il faut tout l’espace du roman afin qu’une rémission ait lieu là où les mots d’Anne Godard créent une autre opération (entendons ouverture) qui permettra enfin au corps et à l’âme de cicatriser.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 


  • Vu : 929

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Anne Godard

 

Anne Godard est née en 1971 à Paris. Elle vit à Tours. Elle enseigne la langue et la littérature françaises à la Sorbonne-Nouvelle-Paris 3. Elle a obtenu le Grand Prix RTL/Lire 2006 pour L’Inconsolable.

 

A propos du rédacteur

Jean-Paul Gavard-Perret

Lire tous les articles et textes de Jean-Paul Gavard-Perret

 

Domaines de prédilection : littérature française, poésie

Genres : poésie

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Fata Morgana, Unes, Editions de Minuit, P.O.L

 

Jean-Paul Gavard-Perret, critique de littérature et art contemporains et écrivain. Professeur honoraire Université de Savoie. Né en 1947 à Chambéry.