Identification

Une année qui commence bien, Dominique Noguez

Ecrit par Matthieu Gosztola 19.06.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Récits, Flammarion

Une année qui commence bien, 2013, 383 pages, 20 €

Ecrivain(s): Dominique Noguez Edition: Flammarion

Une année qui commence bien, Dominique Noguez

 

Parler de soi. C’est-à-dire parler d’un amour impossible. Amour construit non « par des réalités » mais « par des manques ». Non par « des plaisirs » mais par « des désirs ». Restituer les grandes et farouches et douloureuses lueurs d’un amour déçu, vécu dans l’absence de partage, dans l’idéalisation, dans l’espoir sans cesse recommencé, qui finit par se confondre avec les minutes, avec la façon qu’elles ont de passer, au travers de soi, arrachant des bouts de rien, des bouts de rêves, des bouts de tout.

Espoir que tout change et que la clairière brûlée (étendue intérieure, mais qui finit par épouser de ses contours sans contours l’ensemble du visible, de ce en quoi l’on est amené à vivre) à laquelle nous soumet l’autre idéalisé et aimé laisse place à une douce brume d’abandon de soi, de véritable vie à deux, fût-elle le fait d’un seul instant.

Et, parlant de lui, Dominique Noguez s’attache à le faire avec la plus grande honnêteté possible : « Je vais essayer de tout dire. J’ai un retard de sincérité à rattraper, il y a longtemps que j’y pense ». Afin de pouvoir, ce faisant, parvenir à une forme de clairvoyance qui lui permette de se détacher de lafigure si longtemps adorée, d’une adoration sans fin, sans pulsation même qui puisse être identifiée, cette adoration ayant fini par se confondre avec tout ce qui du temps présent était, est… écoute, attention ; en somme vie ; éveil et sommeil, – car il y a les rêves, persistants, précipités chimiques qui – bien souvent – nous sédimentent. Dans nos peurs, véritables charriots remplis à ras-bord d’une lave que nous ne cessons de vouvoyer. « Ceux qui aiment, constate Noguez, c’est bien connu, sont des aveugles persistants et consentants. Je ne suis pas mécontent de l’être un peu moins aujourd’hui. Raconter sa vie, ce n’est pas seulement, comme dit Martial, vivere bis, vivre deux fois, c’est vivre, la deuxième fois, un peu moins sot ».

Et pour parvenir à une certaine objectivité, Noguez s’attache à faire en sorte – sans relâche ! – que sa prose soit « sans affect, presque clinique, et ordonnée quasiment comme dans un livre de Barthes », en somme exactement ce qu’il dit à propos de La Vie sexuelle de Catherine M.

 

Matthieu Gosztola

 


  • Vu : 1949

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Dominique Noguez

 

Dominique Noguez, né le 12 septembre 1942 à Bolbec (Seine-Maritime), est un écrivain français.

 

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com