Identification

Un tango en bord de mer, Philippe Besson

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) 24.09.14 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Les Livres, Théâtre, Julliard

Un tango en bord de mer, Théâtre, éd. Julliard, septembre 2014, 76 pages, 9 €

Ecrivain(s): Philippe Besson Edition: Julliard

Un tango en bord de mer, Philippe Besson

 

 

Un huis clos romantique dont la sensualité & la violence du dialogue ouvrent par la parole échangée la scénographie d’un véritable « tango en bord de mer ».

Un tango sur la scène du théâtre, confrontation & joutes verbales, une rencontre ambivalente de deux ex-amants dont l’amour passionné, en partage quelques années auparavant, s’est cristallisé en ressentis amers ou ressentiments / rancœurs ravivés par des retrouvailles imprévues, nostalgie…

Une danse sensuelle & provocante, dont il semble parfois que la tension du dialogue va rompre les amarres de l’oubli, pour chavirer les digues où s’est retranché le désir de continuer de vivre & d’aimer en tentant de refermer les blessures amoureuses.

« Lui », Stéphane, est un écrivain célèbre. La quarantaine passée séduisante. « L’autre », Vincent, est un jeune homme qui cherche encore sa voie, ils se sont follement aimés mais quand ils se retrouvent des années après leur séparation, par hasard, dans le bar déserté d’un grand hôtel en bord de mer, c’est la marée des souvenirs qui remonte, le déchaînement de la passion amoureuse qui refait surface, les vagues à l’âme qui font mal, jusqu’à retenir puis peut-être être emportés par le courant violent dans son intensité et sa densité contenue du dialogue, de la rencontre lorsqu’elle se déchaîne jusqu’au paroxysme.

La force de ce dialogue scénographique réside dans l’inquisition tacite, l’ambivalence des sentiments, l’ambiguïté des émotions exprimées par les deux personnages en quête de l’Autre comme en quête de soi-même.

Il semble au lecteur au fil des pages que le dialogue pourrait exploser les digues de ce qui peut être dit / être entendu dans un échange où l’intime joue sa force & sa fragilité. Comme le tango est gifle & caresse, la conversation de Vincent et de Stéphane frappe où cela fait mal & caresse parfois pour adoucir les angles abrupts qui blessent.

On IMAGine à la lecture la scénographie de ce tango. De ce genre de pièce dramaturgique où l’épure du décor suffirait, avec quelques éléments seulement – un huis clos avec, la beauté & la force des dialogues et la présence puissante des acteurs…

 

Murielle Compère-DEMarcy

 


  • Vu : 2711

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Philippe Besson

 

Philippe Besson est l’auteur du roman Son frère, publié en 2001 et adapté dans la foulée par Patrice Chéreau. Auteur de : En l’absence des hommes, L’Arrière-saison, Une bonne raison de se tuer, De là, on voit la mer ou encore de La Maison atlantique. Il signe ici pour la première fois avec Un tango en bord de mer un texte écrit directement pour la scène.

 

A propos du rédacteur

MCDEM (Murielle Compère-Demarcy)

 

Lire toutes les publications de Murielle Compère-Demarcy dans la Cause Littéraire

 

Murielle Compère-Demarcy est tombée dans la poésie addictive (ou l'addiction de la poésie), accidentellement. Ne tente plus d'en sortir, depuis. Est tombée dans l'envie sérieuse de publier, seulement à partir de 2014.

A publié, de là jusqu'ici :

Je marche--- poème marché/compté à lire à voix haute et dédié à Jacques DARRAS, éd. Encres Vives, 2014

L'Eau-Vive des falaises, éd. Encres Vives, 2014

Coupure d'électricité, éd. du Port d'Attache, 2015

La Falaise effritée du Dire, éd. du Petit Véhicule, Cahier d'art et de littératures n°78 Chiendents, 2015

Trash fragilité (faux soleils & drones d'existence), éd. du Citron Gare, 2015

Un cri dans le ciel, éd. La Porte, 2015

Je Tu mon AlterÉgoïste, éd. de l'Ecole Polytechnique, Paris, 5e, 2016

Signaux d'existence suivi deLa Petite Fille et la Pluie, éd. du Petit Véhicule, coll. de La Galerie de l'Or du Temps ; 2016

Co-écriture du Chiendents n°109 Il n'y a pas d'écriture heureuse, avec le poète-essayiste Alain MARC, éd. du Petit Véhicule ; 2016

Le Poème en marche suivi par Le Poème en résistance, éd. du Port d’Attache ; 2016

Dans la course, hors circuit, éd. Tarmac, coll. Carnets de Route ; 2017 ; réédition augmentée en 2018

Poème-Passeport pour l’Exil, avec le poète et photographe ("Poétographie") Khaled YOUSSEF éd. Corps Puce, coll. Liberté sur Parole ; mai 2017

Nantes-Napoli, français-italiano traductions de Nunzia Amoroso, éd. du Petit Véhicule, Cahier d’art et de littératures n°121, vol.2, Chiendents, 2017

dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent…, éd. Encres Vives, coll. Encres Blanches n°718, 2018

L’Oiseau invisible du Temps, éd. Henry, coll. La Main aux poètes ; 2018

 

Publications en revues : Phoenix, La Passe, FPM-Festival Permanent des Mots, Traction-Brabant, Les Cahiers de Tinbad, Poésie/première, Verso, Décharge, Traversées, Mille et Un poètes (avec "Lignes d’écriture" des éditions Corps Puce), Nouveaux Délits, Microbes, Comme en poésie, Poésie/Seine, Cabaret, Concerto pour marées et silence, … ; sur espaces numériques Terre à ciel, Le Capital des Mots, Recours au Poème, … Publications en 2018 dans Nunc, la Revue Europe et Galerie Première Ligne, …

 

Anthologies : "Sans abri", éd. Janus, 2016 ; "Au Festival de Concèze", éd. Comme en Poésie, 2017 ; Poésie en liberté (anthologie numérique progressive) en 2017 et 2018 ; citée dans Poésie et chanson, stop aux a priori ! de Matthias Vincenot, aux éditions Fortuna (2017), …

 

Rédactrice à La Cause Littéraire, écrit des notes de lecture pour La Revue Littéraire (éd. Léo Scheer), Les Cahiers de Tinbad, Poezibao, Traversées, Sitaudis.fr, Revues en ligne Texture, Zone Critique, Levure Littéraire, Recours au Poème en tant que contributrice régulière.