Identification

Un nouveau monde, Poésies en France 1960-2010, un passage anthologique, Yves di Manno & Isabelle Garron

Ecrit par Matthieu Gosztola 06.06.17 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Anthologie, Poésie, Flammarion

Un nouveau monde, Poésies en France 1960-2010, un passage anthologique, février 2017, 1504 pages, 39 €

Ecrivain(s): Yves di Manno & Isabelle Garron Edition: Flammarion

Un nouveau monde, Poésies en France 1960-2010, un passage anthologique, Yves di Manno & Isabelle Garron

 

Indispensable anthologie, qui vient combler « une étrange lacune et propose pour la première fois un large panorama des écritures de poésie en France depuis 1960, tenant compte de leur remarquable diversité ».

« D’abord conçu comme une anthologie regroupant plus d’une centaine d’auteurs, [ce livre] offre aussi un récit chronologique accompagné de notices détaillées » et d’une « bibliographie générale » fort bien faite.

« Ce volume est […] un acte. Il est l’impossible, l’horrible travail que nous savons. Il pointe un manque de retour général sur ce qui a lieu depuis cinquante ans, sur ce qui se poursuit et se déroule dans le champ de cet art qu’est l’écriture de poésie ».

Un manque de « retour général » ? « Si ce volume tente […] quelque chose, c’est l’approche d’un territoire encore mal défriché dans la somme de ses possibles. Il répond au désir de conduire le lecteur vers ce que la poésie désigne, investissant un lieu de parole où le sens est repoussé aux limites de sa connaissance ».

Et Yves di Manno et Isabelle Garron d’éviter les deux écueils suivants : « [o]n notera […] combien, dans les manuels et les lieux de formation, [la poésie] demeure confinée au seul registre du littéraire. Ou encore, comment la volonté de combler autrement un déficit d’ouverture entraîne un excès inverse, l’associant à de nombreuses disciplines (anthropologie, philosophie…) avec lesquelles les poètes n’ont jamais eu de rapports simples. Car enfin, quelle est la pratique essentielle d’un poète en dehors du monde et du langage ? ».

Pourquoi avoir débuté ce « passage anthologique » à l’aube des années 1960 ? « Ce n’est pas en vertu d’une simple commodité calendaire […] ; c’est au cours de cette décennie […] que va prendre corps de manière encore incertaine, partielle, souterraine, une mutation fondamentale regardant aussi bien la conception que les méthodes de l’écriture poétique, dans notre pays. À bien des égards, on peut même considérer que c’est une nouvelle crise de vers qui s’amorce alors, aussi profonde que celle ouverte à la fin du XIXe siècle par l’abandon du mètre ancien ».

Parmi les auteurs figurant dans Un nouveau monde, une découverte : Pauline Von Aesch, née en 1988. Voici – voir p.1440 et suivantes – quelques extraits de Nu compris (Nous, 2012) :

 

rapide avec des hanches en saccade

ou des mains fermées sur cela signifie

un tu perdu

te vider la contenance

te

imaginer assemblage d’organe qui

désire

je suis bouleversée par ton organisation

connue ou morte

qui claque

son accent sur l’os

de mon langage parle langage

sans savoir

qu’autre son corps

séparé s’appartient

d’être à peine le mime de mon propre langage

 

*

 

à cet t’autre

qui s’use le pluriel

geste mené sur le V de mon corps

dont je fais la réduction

laisse

me cacher dans la cuillère

incurvée O brise le V

 

*

 

tu dis je te touche violemment

alors et alors

c’est parce que je suis dans l’agression

de

ce que je veux te faire

moi-même je suis désolée

il y a 0 minutes

je rentre en limite

 

*

pour si peu de mien

creux de toi s’il se lance

se lève

rate le coche

file le vêtement

déchire le rideau

mais pas que

devient une chose à mordre

 

*

 

nous y voilà

 

Matthieu Gosztola

 


  • Vu : 1261

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Yves di Manno & Isabelle Garron

 

Yves di Manno et Isabelle Garron sont écrivains et universitaires.

 

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com