Identification

Tuez qui vous voulez, Olivier Barde-Cabuçon

Ecrit par Catherine Dutigny/Elsa 17.02.14 dans La Une Livres, Critiques, Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Polars, Roman

Tuez qui vous voulez, une enquête du commissaire aux morts étranges, février 2014, 384 p. 22,90 euros

Ecrivain(s): Olivier Barde-Cabuçon Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

Tuez qui vous voulez, Olivier Barde-Cabuçon

 

Troisième volet des enquêtes de Volnay, le commissaire aux morts étranges, Tuez qui vous voulez plonge le lecteur à la veille de Noël 1759 dans un Paris trouble, partagé entre l’excitation des fêtes données par Louis XV, les remous subversifs politico-religieux des convulsionnaires, héritiers des jansénistes, les intrigues, les luttes intestines entre les services de police, les Affaires étrangères et le Secret du Roi, avec d’un côté Sartine, le duc de Choiseul, et de l’autre le Chevalier d’Éon et la tentative de résurrection par un inconnu d’une fête moyenâgeuse transgressive : la fête des fous.

Autant d’ingrédients sulfureux, propres à brouiller les pistes pour brosser le portrait d’une capitale à deux doigts de l’implosion.

«La semaine dernière reprit Sartine d’une voix sourde, nous avons connu une émeute. Un laquais avait dit des sottises à ses maîtres. Pour le punir, on le condamna à être exposé en public au carcan avant d’être conduit en prison au Châtelet. On n’eut pas le temps de planter le poteau du carcan que la populace s’en émut, balaya les rangs des archers du guet et brisa le poteau. Les archers durent tirer, faisant plusieurs morts. Le quartier est resté en ébullition jusqu’à la nuit malgré les renforts envoyés sur place. »

Et lorsque dans ce contexte, trois hommes se font sauvagement assassiner, gorge tranchée, langue arrachée, sans qu’aucun lien logique ne puisse relier ces meurtres entre eux, il faudra toute la ténacité et la sagacité de Volnay secondé par son père, dit le moine, pour arriver à dénouer le mystère et faire éclater la vérité.

Olivier Barde-Cabuçon sait décrire à merveille le Paris de ce milieu du XVIIIe siècle peuplé d’artisans, d’ouvriers au cœur du quartier Saint-Antoine. Il ne manque pas de talent pour dépeindre les rues envahies par la boue où les décrotteurs s’activent en tendant des planches au-dessus du ruisseau afin de permettre aux « honnêtes gens » de traverser la chaussée sans maculer leurs habits, pour restituer l’ambiance lourde des cabarets, où l’on boit, joue aux dés tout en lutinant des prostituées. Mille et un détails qui révèlent un goût prononcé pour la vraisemblance historique et l’anecdote juste, l’envie aussi de restituer une langue et des expressions aujourd’hui oubliés, de partager de manière vivante des connaissances sur cette période du règne d’un roi devenu impopulaire et perpétuellement en conflit avec son clergé et son parlement.

Le personnage du père de Volnay, Guillaume,  gagné aux idées des encyclopédistes, véritable puits de science et préfigurant, trente ans à l’avance, l’homme éclairé qui n’hésitera pas à soutenir les révolutionnaires est très habilement traité et sert de pivot à l’intrigue.

Si le roman n’est pas exempt de certaines longueurs et de redites, de dialogues ou de monologues à portée trop clairement pédagogique, l’intrigue est suffisamment bien ficelée pour tenir le lecteur en haleine et saupoudrée d’allusions coquines pour lui donner du piment.

Que l’enquêteur se nomme Volnay sous la plume d’Olivier Barde-Cabuçon ou Nicolas Le Floch, sous celle de Jean-François Parot, Voltaire dans la série des Voltaire mène l’enquête de Frédéric Lenormand, ou Sauve-du-Mal dans celle de Dominique Muller, les amoureux du roman policier historique au cœur du XVIIIe, n’ont vraiment que l’embarras du choix.

Tuez qui vous voulez trouve sa place dans cet engouement et vraie manne littéraire.

 

Catherine Dutigny/Elsa

 


  • Vu : 2759

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Olivier Barde-Cabuçon

 

Olivier Barde-Cabuçon vit à Lyon. Féru de littérature, d’art et d’histoire, son goût pour les intrigues policières et son intérêt pour le XVIIIe siècle l’ont amené à créer le personnage du commissaire aux morts étranges, dont la première enquête, Casanova et la femme sans visage, a été publiée en 2012 (Actes noirs, 2012, prix Sang d’encre 2012), puis en 2013 Messe noire (Actes noirs, 2013, prix Historia 2013 du roman policier historique).

 

A propos du rédacteur

Catherine Dutigny/Elsa

 

Lire tous les articles de Catherine Dutigny/Elsa


Rédactrice

Membre du comité de lecture. Chargée des relations avec les maisons d'édition.


Domaines de prédilection : littérature anglo-saxonne, française, sud-américaine, africaine

Genres : romans, polars, romans noirs, nouvelles, historique, érotisme, humour

Maisons d’édition les plus fréquentes : Rivages, L’Olivier, Zulma, Gallimard, Jigal, Buschet/chastel, Du rocher, la Table ronde, Bourgois, Belfond, Wombat etc.