Identification

Soleil patient, Gabrielle Althen

Ecrit par Matthieu Gosztola 25.01.16 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Arfuyen, Poésie

Soleil patient, juin 2015, 144 pages, 14 €

Ecrivain(s): Gabrielle Althen Edition: Arfuyen

Soleil patient, Gabrielle Althen

 

 

Dans Soleil patient, Gabrielle Althen nous invite à vivre autrement le vent, les forêts : ce bal. « Le vent venait à moi / Lissant les arbres / Et me donnant raison ». « Amulette à mon cœur / Oiseau précis de ma sécurité / Dans le bal admirable du vent / J’ai visité le monde ». « [C]’est grand bal parmi les jeunes arbres ». L’auteure nous invite à vivre autrement cette nudité : « Au travers du sous-bois / Les anges vont sans perles ».

Et si l’effroi est chevillé au cœur, en ces temps – eau démesurément troublée –, y compris lorsque l’on déambule avec ses souvenirs, avec ses souvenirs d’avant les souvenirs, parmi les chênes, parmi les hêtres, parmi les bouleaux, parmi les châtaigniers, parmi les charmes, et les pins, et les sapins, et les saules, et les épicéas (« Pourquoi l’effroi va-t-il au bois ? »), rejoindre la mer, rejoindre ce bleu, vivant psaume : « [l]e monde commence ici avec son air de tissu bleu » ; « [l]e bleu habite sur la terre ».

Élire… quel navire ? « Et le bateau va vers son immensité ». Ou être avec ses pas, humblement : « [d]es pentes pieuses descendaient toucher la mer / (J’aimais son bleu endolori) ».

« Couverte d’épines la mer / Maintient vive sa promesse ». C’est cette promesse que Gabrielle Althen fait bellement chanter dans Soleil patient.

Lire : élire ; ce livre : « [u]n bleu pensant posé sur la peau nue ». Paumes ouvertes, toujours.

 

Matthieu Gosztola

 


  • Vu : 1773

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Gabrielle Althen

 

Gabrielle Althen habite à Paris ou dans le Vaucluse. Elle est professeur émérite de littérature comparée à l’Université de Paris X-Nanterre. (Thèse d’état : Rôle et fonction du meurtre dans la narration romanesque)
Membre du jury Louise Labé

 


A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com