Identification

Sérotonine, Michel Houellebecq (par Jean-Paul Gavard-Perret)

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret 28.01.19 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Flammarion

Sérotonine, janvier 2019, 352 pages, 22 €

Ecrivain(s): Michel Houellebecq Edition: Flammarion

Sérotonine, Michel Houellebecq (par Jean-Paul Gavard-Perret)

 

Gilets jaunes, gilets verts

Qui connaît l’œuvre de Michel Houellebecq ne sera pas étonné par son nouveau roman en droite ligne de ses « domaines de la lutte ». L’auteur annonçait il y a près de deux ans qu’il renonçait au roman et à la critique politique et sociale au profit de l’amour, enfin d’en toucher le fond ou l’essentiel. Voire…

Certes, de l’amour il est bien question : c’est même la clé du livre. Mais il est recouvert de substrats. Pour les montrer, l’auteur fait preuve de toute sa verve et son autodérision. Poreux à son époque, il anticipait là (car le livre fut écrit avant) l’épisode des gilets jaunes de France par la jacquerie de ses gilets verts normands qui partent en guerre contre le consumérisme d’un capitalisme effréné. Le tout dans une sauce où, et volontairement, rien n’est épargné aux lecteurs surtout lorsqu’il s’agit de la choquer par une sexualité non tempérée via et par exemple la pédophilie ou la zoophilie dont son ingénieur agronome dépressif est la victime.

Annonçant la défaite individuelle et collective de l’occident, le diable se rebiffe dans ce qui tient d’une sotie. Quoique s’affirmant positiviste, sa filiation est moins à chercher chez Auguste Comte que chez le philosophe allemand cher à son cœur : « Aucun romancier, aucun moraliste, aucun poète ne m’aura autant influencé qu’Arthur Schopenhauer. Il ne s’agit même pas de “l’art d’écrire”, de balivernes de ce genre ; il s’agit des conditions préalables auxquelles chacun devrait pouvoir souscrire avant d’avoir le front de proposer sa pensée à l’attention du public », écrivait naguère l’auteur. Il n’a pas changé. Son ombre – ou plutôt sa lumière – la farce est aussi drôle que cruelle.

La « Plateforme » est remplacée ici par un « Carrefour » où beaucoup en prennent pour leur grade dans un irrésistible tir aux pigeons. Il n’épargne ni les Hollandais, ni les Anglais pas plus que la bourgeoisie parisienne. Mais ce ne sont pas les seuls car les salves sont nourries et les formules à l’emporte-pièce de canon. Sérotoninen’a donc rien d’un laborieux exercice manipulant la substance des rêves.

Houellebecq tient à nous faire admettre les évidences qu’il place sous nos yeux et que nous ne voyons pas. Ce qui est vu, par quelque artifice que ce soit, existe : nulle explication n’est nécessaire. C’est le credo des plus excellents observateurs de tout écrivain digne de ce nom : établir avec exactitude l’existence des choses. Les instruments « d’optique » littéraire, en doublant l’œil, élargissent ou approfondissent le champ visuel. Ils rendent visible le « non encore vu ». Ils font se confondre imperceptible et imperçu. Ils tirent de l’ombre où ils stagnent les animalcules que nous sommes. Et une nouvelle fois l’auteur oblige à franchir des frontières interdites.

Imperceptiblement, le texte dilue et déjoue les registres et les catégories (phénomènes réels, rêves), jusqu’au vraisemblable de l’invraisemblance. Existe ici une inquiétante étrangeté dont Freud voyait en Hoffmann le maître inégalé. Mais pour lui, le premier ne fut que le « charlatan autrichien ». Manière de choquer le lecteur à coups de pied de l’âne (l’animal est intelligent). De la sorte il nous conduit, chancelants, près de nos trous d’ombre. Nos certitudes cèdent. Le doute et l’effroi nous saisissent. Mais le rire de la farce est encore plus prégnant : nous devenons les lecteurs abandonnés au charme ravageur du texte.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 


  • Vu : 446

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Michel Houellebecq

 

Michel Houellebecq est un écrivain, poète, et essayiste français. En parallèle de ces activités littéraires, il est également chanteur, réalisateur et acteur. Il est révélé par les romans Extension du domaine de la lutte et, surtout, Les Particules élémentaires, qui le fait connaître d’un large public. Les particules… et le suivant Plateforme sont considérés comme précurseurs dans la littérature française, notamment pour leur description de la misère affective et sexuelle de l’homme occidental dans les années 1990 et 2000. Avec La Carte et le Territoire, Michel Houellebecq reçoit le prix Goncourt en 2010, après avoir été plusieurs fois pressenti pour ce prix. Soumission est son dernier roman… pour le moins sulfureux et sujet à de violentes polémiques.

 

A propos du rédacteur

Jean-Paul Gavard-Perret

Lire tous les articles et textes de Jean-Paul Gavard-Perret

 

Domaines de prédilection : littérature française, poésie

Genres : poésie

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Fata Morgana, Unes, Editions de Minuit, P.O.L

 

Jean-Paul Gavard-Perret, critique de littérature et art contemporains et écrivain. Professeur honoraire Université de Savoie. Né en 1947 à Chambéry.