Identification

Première à éclairer la nuit, Jocelyne Desverchère

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret 14.10.16 dans La Une Livres, Les Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Roman, P.O.L

Première à éclairer la nuit, octobre 2016, 140 pages, 9 €

Ecrivain(s): Jocelyne Desverchère Edition: P.O.L

Première à éclairer la nuit, Jocelyne Desverchère

 

Ce court roman saisit d’abord par le vocabulaire et la syntaxe minimalistes en parfait accord avec les personnages : « Je n’ai connu que le sud, Marseille, Aix-en-Provence, au-delà je n’ai jamais rien imaginé » dit le narrateur. Il finit par renoncer à aller voir les putes. Son histoire aussi est simple. Une histoire d’adultère si l’on veut avec des allers mais aussi des retours. Tout lecteur (ou lectrice) avec un peu d’honnêteté peut s’y retrouver. Les prénoms changent : mais pas vraiment les histoires d’amour. Tout est à la fois dit sans fards et en demi-teinte. C’est une histoire de gens simples : nous. Sans le moindre jugement et sans bobos chics mais en d’incisives syncopes. On passe d’un détail à l’autre de manière sèche. Rien à ajouter puisque tout est dit.

Le lecteur balance entre deux désirs. L’horizon du corps soudain est et n’est pas. L’amour délimite, donne son contour, étend un temps des pouvoirs qui se contrecarrent. On ne sait plus qui imprègne qui. Quel est l’être ? Quel est son esprit ? Quel être est donc le bon puisque soudain deux qui se rencontrent ne peuvent pas vraiment se « superposer » ? L’amour est et n’est pas. Il est en n’étant pas sinon ce qui lui échappe et qui le marque et le couvre et semble veiller sur lui jusqu’à ce que la femme ou l’homme après s’être abandonné à sa force, s’en dégage.

L’amour devenu chair provoque son évitement, sa disparition. Il s’empare d’abord du corps, le cannibalise jusqu’à devenir encombrant, ce qui n’empêche pas une certaine clémence et des accords tacites pour que le réel soit vivable loin du simple drame ou de la comédie. En filigrane la jeune romancière rappelle que la fiction n’est pas le corps, le mot n’est pas la chose, tout comme l’art n’est pas la vie. Le livre lui non plus n’est pas la vie. Mais il s’en rapproche pourtant.

C’est pourquoi si tout roman est illusion, celui-ci n’est en rien une chimère. Il est dérisoirement épiphanique au sein même de destins troubles et troublants. Lieux du rien et du tout, l’écriture fait signe en ouvrant sur un regard d’attente et en attente des aventures qui finiront encore dans le passage d’une frontière qui à l’inverse de la ligne d’horizon ne recule pas toujours. Le roman nous engage ainsi dans une dimension qui jusque-là nous échappait et que pourtant nous connaissons trop bien.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 


  • Vu : 1383

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jocelyne Desverchère

 

Jocelyne Desverchère est comédienne.  Elle a travaillé avec Olivier Assayas, Brigitte Sy, Jean-Marie et Arnaud Larrieu, Valérie Mréjen, Laurent Larivière, Jeanne Waltz ; pour la télévision avec Denys Granier-Deferre, Laurence Fereira-Barbosa, Siegrid Alnoy ; au théâtre avec Redjep Mitrovitsa et Anne-Marie Lazarini.  Elle a aussi réalisé deux courts métrages : Je suis une amoureuse et Un Petit d’Homme. "Première à éclairer la nuit" est son premier roman.

 

A propos du rédacteur

Jean-Paul Gavard-Perret

Lire tous les articles et textes de Jean-Paul Gavard-Perret

 

Domaines de prédilection : littérature française, poésie

Genres : poésie

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Fata Morgana, Unes, Editions de Minuit, P.O.L

 

Jean-Paul Gavard-Perret, critique de littérature et art contemporains et écrivain. Professeur honoraire Université de Savoie. Né en 1947 à Chambéry.