Identification

Par ailleurs (exils), Linda Lê

Ecrit par Stéphane Bret 03.09.14 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Les Livres, Essais, Christian Bourgois

Par ailleurs (exils), août 2014, 168 p. 13 €

Ecrivain(s): Linda Lê Edition: Christian Bourgois

Par ailleurs (exils), Linda Lê

 

Quel peut être le rôle de l’exil, du déracinement dans la vision du monde d’un écrivain ? Frein, déclin ou ressourcement ?

Dans un essai intitulé Par ailleurs (Exils), Linda Lê aborde cette question en évoquant tour à tour le sort d’écrivains en dissidence, exilés de l’intérieur ou contraints au départ physique. Elle y évoque également le cas de ceux qui ont changé de langue pour écrire et s’approprier ainsi un nouvel univers intellectuel autant que linguistique. La conduite d’un exilé, apprend-on, doit éviter de nombreux écueils : Edward Saïd met en garde de tomber dans « le narcissisme masochiste » et de ne pas faire de l’exil un « fétiche, une pratique qui l’éloigne de tout rapprochement ou engagement ».

Sur ce qui déclenche l’exil, comme sentiment intérieur, Linda Lê cite avec grande pertinence André Gide qui avait en son temps mené bataille contre les liaisons dangereuses entre nationalisme et littérature. Il répondit que la France devait beaucoup « à un confluent de races » et que les grands artistes étaient « les produits d’hybridations et le résultat de déracinements, de transplantations ». Un autre exilé des lettres, Klaus Mann, vit dans l’exil un aiguillon, il se définissait comme « un cosmopolite d’instinct », « toujours inquiet, toujours en quête ».

On le voit, cette situation de l’exil est loin d’avoir des conséquences identiques sur les destins de ces écrivains. Imre Kertész, dont l’œuvre est habitée par la Shoah, voit dans l’exil « une grandeur amère ». Le royaume qu’il cherche est juste « un endroit habitable ». Il y a dans cet essai beaucoup d’autres cas cités, tous significatifs et riches d’enseignement sur le rôle de l’exil dans la littérature. Ils nous donnent des indications très précieuses sur l’élaboration de l’écriture dans ce genre de circonstances. Elle peut, selon Maurice Maeterlinck, faire grandir des errants qui ont soif d’espaces et ne grandissent que dans la mesure où « ils cultivent les mystères qui les accablent ».

Un dernier rôle peut être assigné à l’écrivain, celui de l’éternel Cassandre. Cela pourrait, selon Linda Lê, s’appliquer à la situation de Marina Tsvetaeva, dont la devise était « Seule contre tous », poétesse de « l’éternelle vaillance », selon le mot de Boris Pasternak.

Ce livre fera comprendre grâce à ces multiples allusions, citations, exemples de situations les plus diverses, ce que produit l’exil dans une œuvre littéraire. Eclairant, attrayant, éloquent.

 

Stéphane Bret


  • Vu : 3539

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Linda Lê

Linda Lê est née en 1963. Elle habite Paris. Depuis Dalat, sa ville natale du Viêt-Nam, jusqu’à Paris, il y a eu de nombreuses étapes : Saïgon d’abord et ses études au lycée français, puis après la chute de Saïgon, son rapatriement en France avec sa mère française et sa sœur. Après avoir publié très jeune trois livres, elle a publié Les Evangiles du crime dont une presse unanime a salué l’originalité exceptionnelle. En 1993, Christian Bourgois a édité son cinquième livre, le roman Calomnies (traduit et publié aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et au Portugal), puis en 1995, Les dits d’un idiot. Les Trois Parques et Voix ont paru chez Christian Bourgois Editeur en 1998, Lettre morte en 1999, Personne en 2003, Kriss/L’homme de Porlock en 2004, In memoriam en 2007 et Cronos en 2010. Linda Lê obtient le prix Wepler-Fondation de la Poste 2010 pour Cronos (source éditeur).

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS