Identification

Nulle part dans la maison de mon père, Assia Djebar

Ecrit par Stéphane Bret 17.10.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Babel (Actes Sud), Maghreb, Roman

Nulle part dans la maison de mon père, 452 p. 9,50 €

Ecrivain(s): Assia Djebar Edition: Babel (Actes Sud)

Nulle part dans la maison de mon père, Assia Djebar

 

Peut-on prendre congé de son existence, dire adieu à sa propre personne, à son passé ? C’est la voie apparemment décrite par Assia Djebar dans un roman, autobiographique, Nulle part dans la maison de mon père. Ce père, instituteur, seul indigène de son village ayant accédé à cette fonction, est immensément sévère, rigoriste. Il élève l’héroïne en l’entourant d’une protection qui entraîne, bien vite, l’apparition de toutes sortes d’interdits : vestimentaires, relationnels. Le puritanisme est de rigueur.

Pourtant, l’héroïne du récit parvient à échapper, un peu, à cette atmosphère familiale pesante ; elle est admise dans un internat, y fait la connaissance de camarades musulmanes comme elle, et de pensionnaires européennes. Elle y découvre les joies de la lecture, de la complicité intellectuelle avec Mag, Jacqueline, Farida. Elle goûte à la liberté de mouvement, ayant la faculté de retourner dans son village à chaque fin de semaine.

Cette jeune femme est torturée par toutes sortes d’interrogations : l’émancipation intellectuelle va-t-elle de pair avec l’émancipation des mœurs si étroitement contrôlés dans cette Algérie coloniale ? Que représente son père, censeur omniprésent dans sa conscience d’enfant, dans sa vie : un protecteur ou un castrateur impitoyable ?

Les rencontres faites par l’héroïne sont toutes significatives et exercent une influence sur le cours de sa vie : la directrice de l’école, à laquelle s’oppose un groupe d’élèves musulmanes à propos de la composition d’un repas servi à la cantine de l’établissement, jugé discriminatoire pour les musulmanes. Le récit laisse découvrir, à de nombreuses reprises, les divisions et déchirures de l’Algérie française : « Ainsi la partition coloniale restait-elle pérenne : monde coupé en deux parties étrangères l’une à l’autre, comme une orange pas encore épluchée que l’on tranche n’importe où, sans raison ! Je ne me vois donc jamais franchir le seuil familial d’une de mes condisciples européennes, même si, comme avec la jolie Jacqueline du dortoir, les chuchotements échangés entre nous se prolongeaient tard, souvent dans la nuit ».

Ce chemin vers la vérité personnelle est douloureux, il passe ainsi par une tentative de suicide que l’héroïne commet en plein centre d’Alger à l’automne 1953, douze mois avant le début de la guerre d’Algérie, période sur laquelle l’auteure reste silencieuse. Cette dernière entrevoit une explication à ce geste : échapper à cette sujétion morale engendrée par ce patriarche, n’en plus pouvoir de n’être « nulle part dans la maison de son père ».

Beau livre, pudique, qui nous rappelle à bon escient que la marche vers l’émancipation est complexe, douloureuse, qu’elle prend du temps pour s’enraciner, vraiment, dans nos existences, que l’on ne doit pas oublier d’où l’on vient. Assurément, Assia Djebar vient de loin, et sa description de la longue marche vers la liberté est d’autant plus magistrale.

 

Stéphane Bret


  • Vu : 6488

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Assia Djebar

 

Née en Algérie en 1936, Assia Djebar a publié son premier roman, La Soif en 1957. Auteur d’une œuvre importante traduite dans le monde entier, membre de l’Académie royale de Belgique et docteur honoris causa de plusieurs universités prestigieuses, Assia Djebar est entrée à l’Académie française en 2006.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS