Identification

Mort et vie de Lili Riviera, Carole Zalberg

Ecrit par Victoire NGuyen 20.01.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Babel (Actes Sud), Roman

Mort et vie de Lili Riviera, 8 janvier 2014, 154 pages, 7 €

Ecrivain(s): Carole Zalberg Edition: Babel (Actes Sud)

Mort et vie de Lili Riviera, Carole Zalberg

 

Une descente aux enfers

Lili Riviera, née Liliane Rivière, est une jeune fille ordinaire et rêveuse. Cependant, les fées qui se sont penchées sur son berceau lui ont assigné un destin tragique. En effet, livrée à une mère au cœur de glace et soutenue par un père aimant mais lâche, la petite fille grandit dans un univers étriqué et sans amour. Son besoin d’affection la pousse dans les bras des petites frappes et souteneurs. Ceux-ci, flairant sa fragilité, l’exploitent et la jettent à la pâture d’une foule en délire, tantôt fascinée par ses formes monstrueuses tantôt dégoûtée par son audace de freak. Son mal-être et ses failles psychologiques l’emmènent aux confins de la folie et l’abandonnent à la froide solitude du monde.

Dans un style simple et dépouillé de toute artifice littéraire, Carole Zalberg s’emploie à décrire l’univers pathétique et misérable qui environne la vie et la mort de cette « star » de l’effeuillage érotique et pornographique. Le roman s’ouvre sur sa mort. Sans concession, l’auteur entraîne son lecteur dès les premières pages dans l’univers glauque et poisseux de la défunte :

« Lili, semble-t-il, s’est étouffée dans son vomi de pilules et d’alcool. Elle en a sur le menton et cette simple souillure suffit à faire basculer les personnes présentes du voyeurisme à la compassion. C’est une pauvre fille qui est là, dans un fouillis de draps et de peluches ridicules. Une créature dont la solitude effroyable saute au visage et force à détourner les yeux ».

Lili est sortie de la scène, elle vient de tirer sa révérence. L’auteur peut donc remonter le temps pour expliquer sa vie, ses transformations corporelles et sa mort. Le roman puise sa force dans l’évocation du destin de Lili. En effet, Carole Zalberg restitue son parcours de vie, ses choix et ses errances. Elle les décrit dans une prose empreinte de compassion et de respect pour un être torturé, fragile mais cependant extrêmement lucide sur elle-même et sur ceux qui l’entourent :

« Elle avait en effet appris à ne pas se voir, ou juste assez pour farder ses traits grotesques avant de les livrer aux regards de milliers d’inconnus. Qui savait que ces yeux avides faisaient encore une déchirure en elle, même après toutes ces années d’exhibition crue ? Elle rêvait qu’on dénonçât l’imposture et qu’enfin elle n’eût plus à donner le change. Elle était un désastre ; même pas à la hauteur de son personnage provocant ».

Toute sa vie, Lili danse, Lili se dépouille de sa dignité, Lili oublie le respect qu’elle se doit à elle-même. Elle monte sur scène en gardant dans un coin de son cœur à l’abri des regards un reste de son jardin d’enfance, de son innocence ravagée. C’est précisément cette part là de Lili que Carole Zalberg veut ramener à la lumière à la rencontre du lecteur : « Lili l’enfant, réfugiée au plafond parmi les projecteurs, regarde Lili la pute faire son numéro ».

Inspiré de la vie de Lolo Ferrari, ce récit est poignant car il retrace la descente aux enfers d’une femme entièrement transformée par la chirurgie esthétique pour devenir un objet sexuel. Livrée à la foule lors des parades monstrueuses, Lili-Lolo devient un freak offert sur l’autel du sexe :

« L’atmosphère évoque à la fois celle d’un zoo, d’un cirque miteux et d’un cinéma porno. Les spectateurs serrés les uns contre les autres (…) Sur la scène Lili est apparue, la moue figée des lèvres laquées de gloss, ses formes délirantes engoncées dans une combinaison de latex rouge, les jambes prises dans des cuissardes à talons tellement hauts qu’ajoutés au poids de ses seins on se demande comment elle est encore debout. La lumière des spots multicolores accentue sa matérialité de poupée boursouflée ».

Mort et vie de Lili Riviera est sans conteste un roman qui décrit avec habileté et subtilité les rêves brisés d’une jeune fille confrontée à la violence et à l’avidité du monde.

 

Victoire Nguyen

 


  • Vu : 2197

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Carole Zalberg

 

Carole Zalberg est née en 1965 et vit à Paris. Romancière, elle a participé à divers recueils collectifs. Elle écrit par ailleurs des chroniques littéraires pour le Magazine des livres, des chansons (pour Norazia, entre autres), travaille à plusieurs projets pour le cinéma, la télévision et le théâtre, anime des ateliers d’écriture en milieu scolaire et des rencontres avec des écrivains.


A propos du rédacteur

Victoire NGuyen

Tous les articles de Victoire Nguyen

 

Un peu de moi…

Je suis née au Viêtnam en 1972 (le 08 Mars). Je suis arrivée en France en 1982.

Ma formation

J’ai obtenu un Doctorat es Lettres et Sciences Humaines en 2004. J’ai participé à des séminaires, colloques et conférences. J’ai déjà produit des articles et ai été de 1998 – 2002 responsable de recherche  en littérature vietnamienne dans mon université.

Mon parcours professionnel

Depuis 2001 : Je suis formatrice consultante en communication dans le secteur privé. Je suis aussi enseignante à l’IUT de Limoges. J’enseigne aussi à l’étranger.

J'ai une passion pour la littérature asiatique, celle de mon pays mais particulièrement celle du Japon d’avant guerre. Je suis très admirative du travail de Kawabata. J’ai eu l’occasion de le lire dans la traduction vietnamienne. Aujourd’hui je suis assez familière avec ses œuvres. J’ai déjà publié des chroniques sur une de ses œuvres Le maître ou le tournoi de go. J’ai aussi écrit une critique à l’endroit de sa correspondance (Correspondance 1945-1970) avec Mishima, auteur pour lequel j’ai aussi de la sympathie.