Identification

Malraux face aux jeunes, Mai 68, avant, après. Entretiens inédits

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret 06.12.16 dans La Une Livres, Les Livres, Histoire, Folio (Gallimard), Essais

Malraux face aux jeunes, Mai 68, avant, après. Entretiens inédits, novembre 2016, 102 pages, 2 €

Ecrivain(s): André Malraux Edition: Folio (Gallimard)

Malraux face aux jeunes, Mai 68, avant, après. Entretiens inédits

 

Quoique historiquement codés dans une période précise, ces entretiens inédits la dépassent largement. Plus que de parler uniquement aux jeunes et plus que de s’installer dans son statut de ministre, Malraux prolonge son soliloque avec lui-même sans chercher de pose et de rôle de magister dans ce contexte particulier.

De fait sa réflexion reste toujours la même : accorder le sens qu’il convient à l’histoire, à la révolution, au jeu de pouvoir qu’entretiennent les maîtres du monde avec leur propre idéologie et leur peuple et bien sûr à la religion et son – dit Malraux – « inépuisable » question.

Au passage l’auteur lance quelques discrètes flèches à un intellectualisme germanopratin qui préfère Le Flore à l’action en oubliant que « le catéchisme est cinq cent fois plus sérieux que les professeurs » lorsqu’on parle de révélation. Et ce même si l’auteur relit les Evangiles « avec une certaine déception ».

Mais cela reste des épiphénomènes par rapport à son retour incessant sur une conception du monde qu’il ne cesse de chercher : « Beaucoup croient encore qu’ils la trouveront. Il y a ceux qui croient qu’ils ne la trouveront pas » dit Malraux. Tout compte fait, il pourrait se situer entre les deux. Avec bien sûr pour lui un bonus envers ceux qui se battent.

Tout dans ses textes reste actuel : « Faire l’Europe est prodigieusement difficile et ce que nous avons découvert ces vingt dernières années c’est cette difficulté ». Près de cinquante ans plus tard le mal court. Reste néanmoins un espoir imprévu. Faire entrer l’Angleterre dans l’Europe était pour l’Europe « se mettre à terre ». Le Brexit serait donc une solution pour croire à nouveau à l’Europe. Et Malraux d’ajouter à la jeunesse de Mai 68 : « Si vous contribuez à la faire, n’hésitez pas, c’est la seule chose véritablement importante qui puisse être faite de notre temps ». Dont acte.

Bruts de décoffrage mais tout autant théologiques, ces entretiens sont dominés par le charme et la puissance de l’oralité. Elle prouve que « le mot est le cadavre de la parole » – selon la formule de Jacques Derrida. Examinant une nouvelle fois le théâtre de la Cruauté du monde, Malraux sait que si le dernier mot ne sera jamais dit, il ne convient pas renvoyer l’être à son impuissance. Tout se joue encore entre le feu et le désert.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 


  • Vu : 1769

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

André Malraux

 

André Malraux 1901-1976 ne cessera d’écrire des essais et des romans, de La Tentation de l’Occident, 1926, à l’Intemporel, 1976 ; comme d’aucuns il aura marqué les lettres françaises, et on peut à cette occasion relire Les Conquérants, La Voie royale, mais aussi Antimémoires et Les Chênes qu’on abat, les Six entretiens sur les écrivains de son temps avec Frédéric J. Grover, la plupart sont disponibles chez Gallimard et en six volumes dans La Pléiade.

 

A propos du rédacteur

Jean-Paul Gavard-Perret

Lire tous les articles et textes de Jean-Paul Gavard-Perret

 

Domaines de prédilection : littérature française, poésie

Genres : poésie

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Fata Morgana, Unes, Editions de Minuit, P.O.L

 

Jean-Paul Gavard-Perret, critique de littérature et art contemporains et écrivain. Professeur honoraire Université de Savoie. Né en 1947 à Chambéry.