Identification

Ma vie sans moi, Nathalie Rheims

Ecrit par Stéphane Bret 14.09.17 dans La Une Livres, Les Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Roman, Editions Léo Scheer

Ma vie sans moi, roman, août 2017, 188 pages, 15,50 €

Ecrivain(s): Nathalie Rheims Edition: Editions Léo Scheer

Ma vie sans moi, Nathalie Rheims

 

Nathalie Rheims fait partie de cette catégorie d’auteurs susceptibles de provoquer un rejet, ou un sentiment de dérision teinté d’une compassion ironique : la fille des beaux quartiers se raconte encore… Pourtant, dans les deux précédents romans, Laisser les cendres s’envoler et Place Colette, il n’y avait guère de place prépondérante pour la superficialité ou la pure frivolité. Dans le premier récit, c’était l’absence d’une mère partie du foyer très tôt, que décrivait Nathalie Rheims. Le second roman s’attachait lui à la description d’un amour juvénile, une passion initiatique à l’amour avec un homme bien plus âgé que l’héroïne.

Dans Ma vie sans moi, roman, l’auteure aborde un vieux rêve humain : recommencer sa vie, en produire une nouvelle version, en évitant autant que faire se peut les erreurs et errements de la première vie. Cette exploration d’une deuxième vie commence après que l’intéressée a été anesthésiée lors d’une opération dans un cabinet dentaire. Le chirurgien se nomme Mithridate, ce qui laisse supposer que la narratrice va s’accoutumer aux poisons qu’il instille dans son organisme… Chaque chapitre du roman est illustré en préambule par des vers du poète Armand Robin, vers tirés de Ma vie sans moi.

Pourtant, Nathalie Rheims ne parvient pas à « refaire sa vie », à lui imprimer un cours vraiment différent de l’ancien. Ainsi l’auteure nous décrit-elle sa rencontre avec le critique Michel Delorme, à l’origine de la publication de son premier roman L’un pour l’autre, mais les deux vies se ressemblent : « Dans cette circonstance, j’avais quelque avantage sur lui. Je savais en particulier qu’il serait treize ans plus tard membre du jury du prix Goncourt. N’était-ce pas l’enjeu principal de mon voyage dans le temps, de devenir celle qui finirait par décrocher le prix ? ».

Mais cette remontée du temps aboutit également à une crainte inédite, celle de voir sa fille de cette mère incertaine devenir sa concurrente littéraire : « Elle ferait la couverture de Télérama, des Inrocks, la quatrième de Libération. J’étais dégoûtée. Elle volait ma place ». La fin du récit est marquée par des interrogations multiples, sur la mort, sur Dieu, sur les mécanismes de la vie mais ces choses dépassent l’auteure de son propre aveu. Elle renonce à modifier son existence et se réveille à l’issue de l’opération qui est terminée. Est-ce un avertissement amical pour ceux qui seraient tentés malgré tout de repartir de zéro ? Au public de trancher…

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 1101

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Nathalie Rheims

 

Fille de l'académicien Maurice Rheims, Nathalie Rheims rêve d'abord de devenir actrice. A 17 ans, elle entre au Conservatoire de la rue Blanche, et joue jusqu'en 1983 au théâtre et dans des téléfilms. L'année suivante on la retrouve dans le magazine Elle où elle mène de grands entretiens. En 1986, elle devient productrice de télévision : 'Haute curiosité' sur TV6, présenté par Maurice Rheims, avant de créer une société de communication avec son époux. C'est en 1999 qu'elle saute le pas et devient romancière. Son premier livre L'un pour l'autre (1999) confirme sa vocation puisqu'il obtient le prix du Gai Savoir. Les romans qui suivent, Lettre d'une amoureuse morteLes Fleurs du silence et L'Ange de la dernière heure, reçoivent un bel accueil du public. S'en suivent plusieurs romans publiés aux éditions Léo Scheer, L'ombre des autres, Journal intimeClaude ou Le Fantôme du Fauteuil, inspiré du Fauteuil hanté de Gaston Leroux. En 2012, elle publie Laisser les cendres s'envoler, roman autobiographique dans lequel elle revient sur l'abandon de sa mère.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS